En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 13 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 2e journée
  3. // Lille/Nancy

Lille invite enfin à diner

Après une première victoire probante à Saint-Étienne en ouverture de la saison, samedi dernier, Lille s'apprête à recevoir l'AS Nancy-Lorraine dans son nouveau grand stade. Forcément, il n'est pas question de se rater.

Modififié
Cela fait longtemps que Lille ne sait plus recevoir. Et force est de constater que ce n'est pas de la faute du LOSC mais plutôt de la table. Depuis huit ans, les Nordistes étaient obligés d'ouvrir les portes du Stadium Lille Métropole à Villeneuve d'Ascq pour chaque sauterie. Une relique des années 70, avec une piste d'athlétisme et 18 000 places assises. Une misère. Austère. Tout sauf un stade de football. C'est comme inviter à bouffer quelqu'un dans sa cave. Ça ne laisse pas de bons souvenirs. Ça, c'était avant. Une époque révolue car Lille va enfin pouvoir se la raconter. Ce soir, Nancy sera bien reçu. Au Grand Stade. Un bijou de 50 000 places qui sera plein à craquer, ce soir, puisque la rencontre se joue à guichets fermés (Lille compte également 28 000 abonnés). Après de nombreuses batailles juridiques (notamment sur le permis de construire) et 320 millions dépensés, le club champion de France en 2010 passe la vitesse supérieure. Après le magnifique domaine de Luchin, perle de modernité servant de centre d'entraînement, les Lillois possèdent maintenant un stade ultra-moderne et digne de leur statut. L'assurance d'un club qui évolue.

En milieu de semaine, les joueurs de Rudi Garcia se sont entraînés pour la première fois dans leur nouvelle baraque. Et les avis sont unanimes : de la bombe. De Franck Beria, pour lequel "il y a une impression de grandeur [...] Franchement, ça a de la gueule ! C’est une toute autre dimension…", à Florent Balmont, qui trouve qu'"il ressemble un peu à l’Emirates Stadium d’Arsenal. Il y aura une communion avec le public. Les gens seront proches de nous. C’est une grosse arène ! Chaque année, le LOSC grandit. C’en est une nouvelle preuve !", en passant par Benoît Pedretti pour qui "c’est un outil fabuleux. Les gens seront agréablement surpris. J’ai déjà joué à l’Arena d’Amsterdam et je pense qu’ils se ressemblent", les Lillois se sont épanchés dans La Voix du Nord de mardi. Le nouveau jouet fait l'unanimité. D'autant que la bête a tout pour séduire : toit amovible, écran géant, places VIP etc. Le décor est planté. Reste à assurer le show.

Kalou a la pression

A Saint-Étienne, les Lillois ont pu compter sur un collectif rodé et expérimenté. Le nouveau trident de l'entrejeu Martin-Mavuba-Balmont est déjà dans le rythme (sans parler des jokers comme Pedretti et Gueye). L'arrivée du Sochalien, subtil mix entre Pedretti et Cabaye, fait déjà du bien. Sa vista et sa qualité de passe sont des atouts supplémentaires pour le jeu lillois. Devant, que ce soit Roux ou De Melo, le poste d'avant-centre est bien garni. Sur les côtés, le départ de Hazard a laissé un vide. Sidéral. L'arrivée de Salomon Kalou, en provenance de Chelsea, doit venir combler ce trou. En théorie. A Saint-Étienne, l'Ivoirien a été en-dedans. Il débarque dans une nouvelle équipe, on va lui laisser un peu de temps, mais le bon rendement du LOSC cette saison passera par un très bon Kalou. Autrement dit, le petit reuf de Bonaventure a la pression. A 27 piges, il n'a pas le droit de se louper. Il le sait.


Bref, collectivement, Lille est l'équipe la plus solide du pays. Un vrai bloc homogène. Une valeur refuge. Rudi Garcia connaît sa troupe. Même si Mathieu Debuchy est d'ores et déjà forfait pour ce soir (blessure à la cheville contractée avec l'équipe de France), le groupe est suffisamment étoffé pour venir à bout de Nancy. Commencer le championnat par deux victoires de rang serait un signe fort. D'aucuns placent les Lillois comme la seule alternative au sacre parisien. Ils ont raison. Il y a quelque chose de costaud qui se dégage de l'équipe du 59. Une aura. Par contre, il faudra du temps aux joueurs pour appréhender et s'adapter à leur nouveau terrain. Une manière d'excuser un éventuel faux-pas. Et encore, personne n'y pense vraiment. C'est peut-être ça la plus grande réussite lilloise. Être devenue, en l'espace d'une décennie, une référence française. La preuve, même leur maillot a de la gueule.


Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 6
Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 23 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
mercredi 17 janvier 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 16 mercredi 17 janvier Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 7
À lire ensuite
Capoue envoie un message