1. //
  2. // GR.B
  3. // Lille/Trabzonspor

Lille face à son destin

Maîtres de leur sort, les Lillois, en s’imposant à domicile face à Trabzonspor, ont l’occasion d’arracher la qualification en huitième de finale et de rattraper le temps perdu. Favoris légitime d’une rencontre à leur portée, les Nordistes devront faire plier une équipe turque solide, à qui un match nul pourrait convenir.

Modififié
5 3
« Une finale ne se joue pas, elle se gagne » . Dans le top 100 des éléments de langage que tout footballeur doit maîtriser face à la presse, la dernière pépite de Rudi Garcia se situe dans le haut du classement, quelque part entre « le plus important ce soir c'est les trois points » et « sans mes coéquipiers, j'aurais jamais pu marquer ce but » . Comme dans la plupart de ces déclarations toutes faites, une part de vrai sommeille au cœur des propos de l’entraîneur du LOSC : ses joueurs doivent gagner. Pourquoi ? Pour l’égo, mais aussi pour la thune. Oui, à quelques mois des courses de Noël, ou plus sérieusement de l’ouverture du fameux grand Stade, les millions grappillés en cas de qualification en huitième de finale de Ligue des Champions pourraient faire du bien. Mais ce soir, à Lille, la vérité se situe ailleurs. Derrière leurs faux airs décontractés, les troupes de Michel Seydoux savent pertinemment qu’une élimination constituerait bien plus qu’une déception. S’ils se disent heureux d’être encore en course, au vu de leur parcours semé d’embuches, les Nordistes n’en demeurent pas moins conscients d’être la meilleure équipe de ce groupe. Attendus au tournant par les observateurs, les parieurs et les supporteurs, les coéquipiers de Rio Mavuba subissent en C1 un traitement médiatique tout à fait à l’opposé de celui qui est le leur en Ligue 1. Pour le même résultat ?

Les Stars d'IPSOS

L’effet Joe Cole, l’effet Hazard, ou tout simplement les fruits du travail bien fait. A quelques points près. Forts d’une très belle prestation sur la pelouse du CSKA Moscou (0-2) il y a quinze jours, les Lillois ont donc leur qualification entre les pieds. Et à en croire la vox populi, l’affaire est déjà dans le sac. Archi-dominateurs contre les Turcs lors du match aller, les hommes de Rudi Garcia bénéficient d’une cote de sympathie qui ferait frémir d’envie Nicolas Sarkozy. Il faut dire que les Nordistes sont en forme. Véritablement relancés en Ligue 1 après deux succès consécutifs face à Brest (2-0) et Ajaccio (2-3), les coéquipiers de Mickaël Landreau semblent avoir appris de leurs erreurs du mois de septembre. Déterminé, le portier lillois, présent en conférence de presse, ne cache pas que la rencontre face aux Turcs trotte dans les têtes depuis un petit moment : « Depuis Moscou, on sent bien qu’il y a Trabzon dans les têtes » . Dans la caboche des joueurs, mais aussi dans celle de Rudy Garcia. Fin gestionnaire depuis le début de la saison, le technicien du LOSC manie à merveille son effectif. De quoi se présenter ce soir à cent pour cent. Ou presque.

Football manager 2.0

Stade François-Coty, Ajaccio, 20h16. Joe Cole cède sa place à Eden Hazard. Jelen sort pour Sow. Une panenka de la victoire, un coup-franc sur la barre, du rythme, et trois points précieux. Pour les puristes, même si l’on ajoute à ça la titularisation de Ludovic Obraniak, buteur, il ne s’agit pas de coaching gagnant. Peut-être. Mais cette gestion de Garcia est en tout cas du coaching confiant. Sûr de ses forces, en Ligue 1 comme en Ligue des Champions, l’ancien coach du Mans fait ce qu’il peut avec ce qu’il a. Et avec le retour progressif de Dimitri Payet à son niveau d’antan, les progrès physiques de Cole, le renouveau de Sow, et le retour de Marko Basa, Garcia va enfin pouvoir dégainer l’artillerie lourde. Privés de Benoît Pedretti, les Lillois devraient évoluer dans un système résolument offensif, au sein duquel Payet, jouera un cran en-dessous, avec Cole, Hazard et Sow devant lui. Suffisant pour faire sauter le verrou turc ? Didier Zokora, ancien pensionnaire de Ligue 1, vexé par le statut d’outsider réservé à son équipe, n’en est pas si sûr : « C’est un match historique. On a confiance. Nous avons pris quatre points contre l’Inter. On a hâte de montrer au football international que nous sommes en pleine progression. Je pense que la presse nous a un peu titillés en disant que nous allions faire de la figuration » . Deuxième du groupe B avec un point d’avance sur Lille et le CSKA Moscou, les Turcs bien qu’outsiders, sont en position de force. En position de montrer à Rudy Garcia qu’une finale peut aussi se terminer par un match nul.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aller, on y croit! Lille est meilleur lorsqu'ils n'ont plus d'autre choix que de gagner vu qu'ils ne savent pas gérer un score.
LibidoPostToxico Niveau : National
J'etais comme un fou hier devant ma télé ! normal je supporte l'om. Mais ce soir j'aimerais bien que Lille fasse de meme
C'est marrant. Moi hier j'étais super content et ce soir j'espère être comme un fou (normal je suis supporter du Losc)
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Rémy et l'éclair Valbuena
5 3