1. //
  2. // 34e journée
  3. // Lille/PSG (2-1)

Lille enterre le PSG

Alors que le PSG menait tranquillement en terre lilloise, un penalty bêtement concédé par Mamadou Sakho a relancé le LOSC et tout le championnat. Victorieux des Franciliens, les Lillois peuvent voir plus grand. Très grand, même. Paris, lui, peut flipper.

Modififié
6 35
Lille - PSG : 2-1

Buts: Hazard et Roux pour Lille. Pastore pour Paris.

Jimmy Algerino a 41 ans. Ce soir, il a regardé le match sur son canapé. Un verre de vin blanc à la main et les yeux humides. Il y a près de quinze piges (le 30 avril exactement), l'ancien latéral droit claquait son seul but de la saison contre Lille. Un caramel de la tête qui donnait au PSG une précieuse victoire dans le Nord. C'est la dernière victoire des Franciliens contre les Dogues. Une éternité. A cette époque, Leonardo jouait au PSG. Ce soir, le Brésilien était une nouvelle fois dans le Nord. Mais en tribunes; avec les stars du soir (Rafel Benitez, Patrick Vieira, Martin Ferguson etc.). Pour croire encore à l'Hexagoal, le PSG d'Ancelotti devait s'inspirer des exploits de la bande à Jimmy. Sauf que les Dogues du soir, outre leur statut de bête noire du PSG, avaient surtout envie de consolider leur troisième place et, pourquoi pas, se rapprocher des ouailles de Momo Sissoko en cas de victoire. D'ailleurs, les deux coaches envoyaient du lourd avec le 4-3-3 habituel chez les champions de France et le 4-3-2-1 d'Ancelotti (Gameiro jouant en pointe suite au forfait de Menez).

On ne va pas se mentir, le PSG n'aime pas jouer à Lille. Il n'y arrive pas. Et ça se voit. Les Parisiens se sont fait trimballer dès l'entame de la rencontre par d'entreprenants nordistes. Et sans un grand Sirigu, le PSG aurait entamé le premier quart d'heure avec un ou deux buts de retard. Les champions de France chopent les Franciliens à la gorge, très haut. Tactiquement, c'est parfait. Kevin Gameiro ère comme une âme perdue sur le front de l'attaque. Il tente des appels fantômes. Visiblement, ça marche puisqu'il ne reçoit aucun ballon. Javier Pastore, positionné en neuf et demi, ne sert à rien. L'Argentin ralentit le jeu et perd énormément de balles. Ce n'est même plus triste tant c'est prévisible. Jusqu'à sa reprise sur la barre transversale venue de nulle part. Même inutile, l'Argentin est capable d'éclairs de génie. Un génie qui en appelle un autre, celui d'Eden Hazard, qui profite d'une relance plein axe de la défense parisienne pour fracasser le montant de Sirigu d'une quiche du droit. Boum. Le combat des deux meneurs de jeu fait passer au second plan la guerre de titans dans la raquette parisienne entre Tulio "Dennis Rodman" De Melo et Milan "Gheorghe Muresan" Bisevac. Des deux, on sait qui est le meilleur rebondeur. Les situations chaudes sont nombreuses, mais le dernier geste laisse à désirer. Des deux côtés.

Javier Pastore en mode footing

Comme souvent avec les génies, ils s'éparpillent. Entre deux footings, Pastore balance un coup de casque pour claquer son onzième but en Ligue 1. Un but venu du côté droit après une belle montée de Christophe Jallet sur une contre-attaque avant de combiner avec Kevin Gameiro. Ce dernier centre très fort devant le but et oblige Landreau à sortir dans ses six mètres. La balle revient sur Pastore qui tente une tête lobée du point de penalty. Une tête chercheuse qui lobe Debuchy, calé sur sa ligne, et termine sa course dans les ficelles. Décidément, ce joueur est unique. Nonchalant pendant 99% du match, l'Argentin sait se transformer en clutch player quand il faut (pour étayer la chose, Pastore est le seul joueur de Ligue a avoir claqué un pion à Lille ET à Montpellier). Même Kevin Gameiro fait un bon match. L'ancien Lorientais est à deux doigts - ceux de Landreau en l'occurrence - de doubler le score. Paris doit faire le break pour ne pas revivre le scénario d'Auxerre. Les occasions de claquer le but du KO sont trop nombreuses. C'est criant. Ce manque d'efficacité est flagrant d'une équipe qui ne contrôle pas entièrement son match. Et comme souvent, l'égalisation est ridicule. Pris à défaut sur une longue ouverture plutôt banale, Mamadou Sakho accroche Nolan Roux dans la surface, prend un rouge et s'enfonce un peu plus dans sa depression.

Sans forcer son talent, Hazard trouve le petit filet de Sirigu et remet le LOSC dans le bon chemin. Un chemin que Nolan Roux, hors-jeu au début de l'action, valide en crucifiant Sirigu à bout portant de la tête après un amour de centre d'Eden Hazard en coup du foulard remisé par De Melo. Paris est KO. Debout. Hazard a fait de la défense parisienne son esclave. Sans forcer. Ce PSG-là ne mérite pas grand-chose. C'est un fait. Même une seconde place serait presque miraculeuse compte tenu de la fin de saison francilienne. Encore une fois, le PSG a perdu un match qu'il semblait contrôler. Encore une fois, le coaching de Carlo Ancelotti, surtout à 1-0, est incompréhensible. Au delà de la perte, probable, de l'objectif titre, le PSG a perdu beaucoup plus. Mamadou Sakho va devoir revenir. Mentalement. Ce soir, il n'a pas réussi son entrée. Ensuite, Carlo Ancelotti devrait accepter l'inévitable : il n'a pas réussi à faire du PSG, leader et champion d'automne, une équipe capable de gagner quelque chose. Et ça, c'est dramatique. A l'inverse, Lille a peut-être tout relancé. Notamment pour son cas personnel. Les Lillois, qui doivent encore jouer Montpellier, peuvent encore croire au back-to-back. Ils peuvent également coiffer le PSG pour la seconde place. Comme quoi, rien n'est fait. Sauf peut-être au PSG où le moral est en berne...


Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Kombouaré dislike this.
Yes merci Lille ! Dans un moi le titre sera sur la Comédie !

Il est bon ce Pastore mais on dirait vraiment que ça le fait chier de jouer au foot avec Paris. Et Sakho... C'est triste pour lui, pour le club même.
Pas mérité cette défaite...
J'imagine Kombouaré en train de se marrer seul dans son canapé.
Et effectivement, Sakho doit être pas loin de la dépression ce soir.
il a quoi d'incompréhensible le coaching de ancelotti? c'est bien beau de tailler mais il faut peut être étayer tout cela.
Il fallait bien faire rentrer un défenseur, il n'y a que des footix qui pensent que on peut défendre à 3 avec deux latéraux
Merci à Carlo Ancelotti d'avoir fait grandir Mamadou Sakho !!
Je sais que je suis surement de mauvaise foi mais il y a vraiment faute de Sakho?
Enfin ya contact mais rien de special, non?
En fait, c'est surtout le carton rouge qu'est abusé, mais il y avait bien péno
Franchement non, l'arbitre assistant droit relance Montpellier c'est tout. C'est lui qui indiqué peno (pas i évident que ça mais Sakho n'a pas le droit de jouer à ça quand on joue le titre) et c'est lui qui ne lève pas le drapeau sur le hors-jeu du 2ème but. Enfin, je dis ça parce que j'avais l'impression que personne n'en parlait. Cela dit maintenant, Paris aurait dû mener 2-0 à la 72ème et on ne peut s'en prendre qu'à nous pour cette défaite. On tenait les 3 points, là on se tient la tête.
Faudrait éviter d'utiliser le terme footix à tord et à travers ! Le coaching de CA est loin d'être parfait ! Et je ne parle pas que du match de ce soir ! Et le coaching ça se travaille tous les jours... c'est pas juste faire des changements pendant un match
Si tu siffles faute, tu mets rouge. Normal. Par contre moi je vois pas de faute.

Le hors jeu sur le deuxieme but, je le siffle pas non plus. J'espere que Bisouvac va se remettre parce qu'avec Lugano on va finir 4eme.
ya bien péno... par contre, roux est hors jeu et sur la trajectoire de la balle que joue de melo... en plus, je trouve que de melo balance un peu jallet mais bon...

On a quand même pas de bol avec la défense cette année... ils n'arrêtent pas de se blesser les uns les autres...

c'est le foot ma pauvre lucette...
@tarikou : sauf si sakho n'est pas dernier défenseur

"Gameiro ère comme..." : no comment
je pense que ce n'est pas à cause du coaching que le psg a perdu.
Ils ont bien joué et loupé l but du break avec gameiro...aprés bah sakho se troue et voilà à 11 contre 10, fallait pas trop rêver, ce n'est pas dijon en face
Bien sur qu'il y a penalty! Pour le rouge c'est moins évident mais il était dernier défenseur et Roux allait tirer.
Pour le hors jeu sur le deuxième but, c'est ce qu'on appelle un "Hors jeu de position". La centre n'est pas pour lui mais bien pour De Melo. Ensuite Jallet contre la tête de De Melo et la Roux n'est plus hors jeu.
Et bizarre qu'aucun parisien ne reparle de la main dans la surface de Jallet en première mi-temps.
Pour ce qui est du mérite, au vu du match après le but de Pastore, je voyais Lille perdre 0-2. Mais Roux est entré et Hazard à fait le reste...
je crois que l'épaule n'est pas compté comme main...

Sinon, on parle beaucoup du public du parc mais à 0-1, personne ne chantait pour lille mais à 2-1 avec un péno et à 11 contre 10, ça nous faisait des "olé"...

A croire que dans tous les stades, ça se footixise...
Concernant le coaching de CA, sachant qu'il fallait que Paris gagne, il aurait pu tenter un coup en ne sortant pas Nene. Mais bon, c'est pas non plus une erreur. Juste un choix. C'est pas comme sur le match d'Auxerre ou j'ai trouvé ses changements dans la défense peu judicieux.
Pour l'ambiance, tu exagérés Buddy Lové je trouve. On a qd même bien entendu les supporters! Faut pas oublier que le stadium est petit.
Après, c'est sur que le public lillois est plus un public récent. À part les DVE (qui ont été dissouts) il n'y avait pas grand monde il y a 5 ans. Mais, je vous en prie, arrêtez de toujours reprendre ce terme de footix à chaque commentaire.
en digérant la déception, y'avait quand même un match de niveau ligue des champions ce soir...

lille joue bien, paris a fait également un bon match et ce sont des faits de jeu qui ont emporté la décision...

c'est l'année de montpellier... tout leur réussi, les poteaux, les buts de raccros ( comme camara contre valencienne ) etc... le auxerre ou le lens de 2012...

par contre, le psg et le losc sont à leur place mais où sont ceux qui devraient etre à la place de montpellier ?
oé il a sorti néné, à ce moment du match, on tenait le nul, il voulait assurer le deuxième place, choix logique mais non payant au final
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Le bal de promo
6 35