1. //
  2. // 25e journée
  3. // Lille/Rennes (2-0)

Pas aussi brillants qu'à Gerland, les Lillois ont assuré l'essentiel et les trois points face à Rennes (2-0). Maladroits et passifs, les Bretons n'ont pas été aidés par la chance, entre un but contre leur camp et la perte de l'homme en forme Romain Alessandrini, sorti sur blessure.

Modififié
0 8
Lille-Rennes : 2-0 (1-0)
Buteurs : Mavinga (24e csc) et Payet (61e) pour le LOSC.

Ce soir, il y a peut-être pire que la défaite, pour les Rennais. L'inquiétude. Celle de perdre jusqu'à la fin de saison l'un des cadres de l'effectif, Romain Alessandrini. « Ça a l'air d'être les croisés. Il s'est déjà fait l'autre genou, il n'est pas optimiste » , commentait avec la grimace coach Antonetti à la pause. Touché en fin de première période au genou, l'ailier rennais, auteur de trois buts sur les quatre dernières rencontres de Ligue 1, est sorti en larmes du Grand Stade. C'est sur le banc, regard triste, qu'il verra Payet doubler la mise et valider le succès lillois en seconde période. Trop maladroits, trop passifs, trop peu inspirés, les Bretons ne méritaient pas mieux. Mais ils feraient mieux de se faire à telle difficulté en phase offensive. Si la longue absence d'Alessandrini venait à se confirmer, ils perdraient leur dynamiteur.

Rennes malheureux

Visiblement convaincu par la prestation des siens à Gerland, coach Garcia décide d'aligner la même composition, avec, notamment, un Salomon Kalou en pointe. Mais là où cette équipe lilloise avait séduit la semaine dernière en première période, elle doit cette fois-ci prendre son mal en patience. Certes, au terme de cinq premières minutes décousues, ce sont bien les Dogues qui prennent le jeu à leur compte. Mais entre le manque de vitesse dans les transmissions et la belle organisation rennaise, difficile pour eux de réitérer la perf' lyonnaise. Les Bretons, en effet, s'ils sortent rarement de leur camp, opposent un joli bloc, le duo Diarra-Makoun gênant considérablement la construction. Dans ce contexte, cette domination stérile, le rythme est lent. Très lent. C'est sur un éclair, un petit enchaînement de Kalou, que la situation se débloque : dévié par Costil, le ballon de l'Ivoirien revient dans les pieds de Rodelin côté droit, lequel centre à ras de terre. Mavinga, au sol, détourne le ballon dans ses cages (1-0, 24e). Pas de bol pour les Rennais. D'autant que l'ouverture du score ne les remobilise pas, et qu'Alessandrini est contraint de sortir sur blessure. Mis à part une contre-attaque foirée des Lillois, la fin de première période sera tout à fait insipide.

Lille profite des contres

Contraints de sortir davantage pour revenir au score, les Bretons éprouvent exactement les mêmes difficultés que leurs adversaires en première période. Pas de dynamisme, aucune solution. D'autant que cette volonté de se projeter profite plutôt aux Lillois, toujours à l'aise en contre. Et c'est en effet dans ce registre, que les hommes de Rudi Garcia vont faire la différence : suite à une perte de balle d'Erding au milieu de terrain, Kalou est lancé à droite, et sert parfaitement Payet, lequel croise sa tête face au portier (2-0, 61e). Trop passifs, ces Rennais lâcheront complètement après coup, ne se réveillant qu'en fin de rencontre. Trop tard pour venir contrarier les Lillois, qui sur deux ou trois ballons de contre – ou un enroulé de Kalou qui frôlera le montant – auraient également pu aggraver le score. Mais l'essentiel est assuré pour les Dogues, ils confirment leur succès à Lyon et reviennent provisoirement à trois points de la zone Europe. La zone où se trouvent encore ces Rennais, qui manquent l'occasion de couler un concurrent, et celle de grimper sur le podium. Une soirée à oublier, en somme.

Modifié

Spartakist Niveau : CFA2
"Rennes rate l'occasion de monter sur le podium", ben ça alors ! Quel choc ! J'arrive pas à y croire. C'est pas comme si c'était le même refrain tous les ans...
Partenaires
Trash Talk basket Vietnam Label Le kit du supporter
0 8