1. //
  2. //
  3. // Lille/OL (3-1)

Lille aime sa Ligue 1

Chahuté par la presse et par ses supporters suite aux échecs répétés en Ligue des Champions, le 4-3-3 lillois est venu à bout de l’Olympique Lyonnais au terme d’un excellent match (3-1). Le LOSC est troisième.

Modififié
3 3
Lille - Lyon: 3-1
Buts: Sow (45e+1), Basa (64e) et Cole (83e) pour le LOSC. Briand (22e) pour l'OL.


La dernière nuit de certains, la plupart des hommes de l’Hexagone, en fait, remonte à vendredi. Pendant que quelques-uns écumaient les pubs parisiens les uns après les autres en enquillant les vodka-red bull afin de rester éveiller jusqu’à dix heures, d’autres, passionnés d’un ballon plus rond, tentaient désespérément de noyer leurs angoisses dans un verre de whisky avant un derby que l’on annonçait comme totalement fou. Résultat, le dimanche soir est difficile, la défaite face à la Nouvelle-Zélande indigeste, la pinte d’adrénaline du derby trop soudaine, trop forte, pour s’en remettre en quelques heures. Mais pour les plus téméraires, l’overdose était possible, ce soir, à 21 heures. Et le cocktail du soir a tenu toutes ses promesses. Dans un Stadium Nord plein à craquer, Lillois et Lyonnais ont envoyé du jeu et pansé les plaies de la Ligue des Champions. Costauds dans les jambes et dans la tête, les Lillois montrent qu’ils restent les tauliers en Ligue 1.

Les deux équipes se connaissent, les compositions sont sans surprises, le round d’observation inexistant. Deuxième minute de jeu, Gomis, très inspiré, lance Briand dans la profondeur qui, comme trop souvent, bafouille dans la finition. La réponse lilloise ne se fait pas attendre, la prise d’ascendant non plus. Vexés par cette occasion rapidement concédée, les joueurs de Rudy Garcia mettent le pied sur le ballon et croient bien à l’ouverture du score lorsque sur un ballon bien gratté par Balmont, Hazard, balle au pied, peut jouer un trois contre trois aux abords de la surface. Malheureusement pour les Nordistes, le Belge tente une talonnade un brin présomptueuse, et gâche l’occasion de but. Sans doute motivé par la présence sur le terrain de son concurrent numéro un pour un place à l’Euro, Mathieu Debuchy récite sa partition habituelle. Débordements, accélérations et présence offensive démesurée (12 ballons touchés dans les 13 derniers mètres après 15 minutes de jeu), l’international français pèse dans le jeu, mais ses bons centres ne trouvent pas preneur.

Éclair de Gourcuff vs opportunisme de Sow

Sow a beau surnager techniquement face à la charnière lyonnaise, ce sont bel et bien les ouailles de Rémi Garde qui vont ouvrir le score. 22e minute, Gourcuff, sollicité dans l’axe par Gonalons, dégaine sa première inspiration géniale depuis son retour, et trouve magistralement Briand dans la profondeur. Après avoir faussé compagnie à Béria sur le côté droit, l’ancien Rennais, sans solution dans l’axe, tente une frappe un peu désespérée, qui file sous les jambes de Landreau. Un premier but lyonnais à l’extérieur depuis 420 minutes et un LOSC qui broie du noir après avoir dominé, comme face à l’Inter. Sonnés, les coéquipiers de Rio Mavuba plient face à un Lyon en confiance. 33e minute, Michel Bastos, d’un joli piqué pied gauche, trouve Gomis seul dans la surface, mais l’attaquant lyonnais, gêné par la sortie de Landreau, ne cadre pas sa demi-volée. Malgré ce show rhodanien, la fin de mi-temps est lilloise. Et si, sur une action supposée facile, Sow ne parvient pas à transformer le centre de Debuchy en passe décisive, le Sénégalais ne pardonne pas une triste faute de main à Hugo Lloris. A l’affût suite à une tête de Basa, le meilleur buteur de Ligue 1 la saison passée pousse le ballon dans les filets d’une jolie talonnade. Mi-temps, les joueurs peuvent souffler. Le public également.

Coaching gagnant, Lloris fébrile

La deuxième mi-temps est un bon remake de la première. Lyon s’essaye à toutes sortes de tentatives lointaines, via Kallström et Gourcuff, mais ce sont bel et bien les Lillois qui ont la mainmise sur ce match. Bien décidé à priver les hommes de Rémi Garde d’un précieux point, Rudy Garcia sort Gueye pour Joe Cole et son short remonté jusqu’au thorax. Bon coaching, opération du Saint-Esprit ou simple coup de bol, les Lillois prennent l’avantage quelques minutes plus tard. A la réception d’un coup-franc de Payet, Basa s’élève plus haut que Koné et, d’un coup de tête qui heurte le crâne du Burkinabé, trompe Hugo Lloris, fébrile aujourd’hui. Plus en difficulté en seconde période, les Lyonnais ne profitent pas de leurs rares occasions, en témoigne la mauvaise gestion d’un ballon de contre par Briand, qui perd le ballon alors que l’OL jouait un 4 contre 3. Bien décidé à conserver ce résultat, Garcia fait sortir Payet pour Pedretti, et regarde ses joueurs dérouler leur football jusqu’au terme d’une rencontre rondement menée. En témoigne ce contre d’école avec un Joe Cole tout en classe à la baguette, qui lance Sow à la limite du hors-jeu, et vient catapulter le centre du Sénégalais dans le but de Lloris. Largement dominateurs en seconde période, plus frais physiquement et plus inspirés, les Lillois s’emparent de la troisième place de la Ligue 1, avec deux points d’avance sur leur adversaire du soir. Paris peut commencer à regarder dans le rétro.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Franchement, Lloris se trouve 2 fois dans la semaine et il y en a encore pour dire qu'"il est plus régulier que Mandanda".
Balmont mérite la place de saucisse Diarra dix fois en EDF
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
3 3