1. //
  2. // Trabzonspor/Lille (1-1)

Lille abonné au nul

Lille a maîtrisé les débats mais n'a pas su, encore une fois, tuer le match. Du coup les Lillois enchaînent un deuxième résultat nul en coupe d'Europe, le cinquième de suite toutes compétitions confondues. Ce soir, le LOSC est troisième de sa poule alors qu'il aurait pu être leader. Rageant.

Modififié
0 3
Trabzonspor/Lille : 1-1


Buts : Colman (75e sp) pour Trabzonspor. Sow (30e) pour le LOSC.

Ce soir, les Dogues se déplaçaient en Turquie pour y affronter le surprenant leader de ce groupe B, Trabzonspor, vainqueur de l'Inter Milan il y a deux semaines mais à la peine en championnat. “Trabzon” est 10e et vient de remporter son premier match de Super Lig lors de la 4e journée, le week-end dernier. L'ambiance de dingue, promise aux Lillois, est bien là. Le match s'annonce chaud. Pas de quoi effrayer des Lillois venus pour gagner. Les Dogues ont les crocs après leur match nul contre le CSKA Moscou lors de la 1ère journée alors qu'ils menaient de deux buts. Le début de match est clairement français. Les Turcs, qu'on annonçait assez joueurs, sont pris à la gorge par de rugueux Nordistes. Pressing haut, explosivité, justesse technique, tout y est ou presque. Manque juste la dernière passe aux Dogues pour concrétiser leur domination. Moussa Sow s'emmerde un peu, il faut le dire.

La domination lilloise reste stérile et les locaux ont donc tout le loisir de s'adapter au jeu de leur adversaire. La frappe de Zokora largement au-dessus à la 20e minute est anecdotique mais elle est le signe d'un rééquilibrage des débats. Les hommes de Rudi Garcia restent néanmoins dominateurs et sont finalement récompensés de leurs efforts à la demi-heure de jeu. Pedretti fait apprécier toute sa vision du jeu en lançant Sow dans la profondeur. Privé de ballon, le buteur sénégalais est bien décidé à ne pas gâcher les trop rares occasions se présentant à lui. Il glisse donc le cuir sous Tolga. Lille vient d'ouvrir le score et de, croit-on, sceller le sort de la rencontre. Car ce but inscrit a pour effet immédiat de faire reculer davantage les Turcs. Lille contrôle le milieu de terrain pendant que Béria et Debuchy dévorent les espaces sur les côtés tout en étant parfaits défensivement.

Les regrets lillois

Après un premier acte rondement mené, les champions de France en titre lèvent un peu le pied. Trabzonspor propose, en cinq minutes, plus qu'en trois quarts d'heure. Paradoxalement, c'est dans ce contexte que les Lillois se montrent les plus dangereux, eux qui n'avaient eu qu'une occasion en première mi-temps. Balmont ratisse un ballon dans les pieds d'un Zokora bien trop passif, pour lancer Moussa Sow. Le buteur lillois élimine son défenseur direct mais ne parvient à cadrer son tir (53e). Vient ensuite un excellent centre de Debuchy. Pedretti écrase sa reprise qui arrive dans les pieds de Joe Cole, seul face à Tolga mais ce dernier remporte son duel (55e). Le jeu est nettement plus enlevé que pendant les 45 premières minutes. La fatigue aidant, des espaces se créent au milieu et Lille en profite pour se créer davantage de situations, d'autant plus qu'après une entame de seconde période encourageante, Trabzonspor retrouve sa médiocrité technique histoire de faciliter la tâche des Lillois qui n'en demandaient pas tant.

Problème, les Dogues ne tuent pas le match quand ils en ont l'occasion et s'en mordent les doigts : Colman sur penalty, suite à une faute de Debuchy dans la surface, égalise. Volé, inespéré, improbable, les qualificatifs ne manqueront pour qualifier ce but mais les Lillois ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes. Pris d'une sale habitude, ils concèdent leur cinquième nul de suite toutes compétitions confondues, le deuxième en autant de rencontres de Ligue des Champions. Ce soir, le LOSC n'a que deux points alors qu'il devrait en avoir six. Ça fait beaucoup pour espérer une qualification facile.

Sylvain Michel

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

C'est Pedretti ou Hazard la passe décisive? J'avais l'impression que c'était Hazard...
Debuchy, c'est pas le mec dont vous faisiez l'éloge plus tôt dans la journée?:p
camouf57 sagna a tellement peu de personnalité qu'il serait incapable de faire pencher la balance d'un côté ou d'un autre, juste bon à faire des sprints et des centres au sixième poteau ;)
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Lyon plie l'affaire
0 3