En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 15 Résultats Classements Options
  1. // Ligues des champions
  2. // Tirage au sort

Ligue des champions : Quel tirage pour le PSG ?

Comme l’an dernier, le PSG va disputer les quarts de finale de la Ligue des champions. A priori, les Parisiens vont tomber sur du lourd. Mais bon, il y a moyen de se faire plaisir quand même.

Modififié
Le couloir de la mort : Real Madrid et Bayern Munich

« C’est vrai que pour moi qui suis français, tomber sur Paris ce serait un peu spécial, mais on n’a pas d’attente particulière sur ce tirage. C’est une bonne équipe, ils sont en quart de finale de Ligue des champions et ils tournent bien. Ils sont dangereux, mais il y a d’autres équipes dangereuses. On n’est pas obsédés par eux. » Raphaël Varane, le défenseur central du Real Madrid, a fait de la politique avant le tirage. Idem pour Carlo Ancelotti, encore coach parisien en juin dernier, qui admet que retrouver le PSG serait « particulier » . Même si cela promet deux énormes affiches pour Canal Plus et le football français, sur le pré, tirer le Real en ce moment, c’est l’assurance d’aller à la guerre avec un blindage inapproprié. La Maison Blanche est une machine et Cristiano Ronaldo enfile les buts comme Nicolas Sarkozy enchaînent les emmerdes. C’est clairement un tirage compliqué, pour ne pas dire suicidaire. Mais bon, les deux équipes se connaissent bien (elles se sont rencontrées en janvier à Doha) et le Parc des Princes aime assez jouer le Real en quart de finale de Coupe d'Europe. C’est déjà arrivé deux fois (1993 et 1994) et, à chaque fois, les Parisiens étaient passés. Jamais deux sans trois ?

Vidéo
L’autre tirage bourbier concerne évidemment le Bayern Munich. Le tenant du titre est une armada parfaitement huilée et présente le plus beau collectif d’Europe. Pas de star, mais un bloc génial et injouable. Il suffit de zieuter le banc de touche des Bavarois lors de leur dernier match de Bundesliga pour se rendre compte, qu’actuellement, le Bayern a le plus bel effectif du monde : Alaba, Lahm, Shaqiri, Javi Martínez, Thiago et Ribéry. Pépère. Et puis Guardiola connaît la formule magique de la Ligue des champions. Le Bayern, c’est l’assurance de se faire prendre à son propre jeu : la possession de balle et l’intensité physique. Le seul avantage de tirer le Real ou le Bayern, c’est de pouvoir se juger. Les Parisiens connaîtront l’écart qu’il existe entre eux et les grands de ce monde. Et s’ils parviennent à éliminer l’un des deux favoris, on pourra commencer à les regarder autrement. Et passer le bonjour de George Weah.

Vidéo
Une histoire de vengeance : Barcelone

Éliminés sans perdre par le FC Barcelone en quart de finale l’an dernier, les Parisiens gardent encore en bouche un goût amer de cette double confrontation. Avouons-le, le PSG d’Ancelotti avait fait un complexe d’infériorité face au Barça. Un Barça qui n’avait plus rien à voir avec celui de Guardiola, mais pas des pipes non plus. Depuis, Tata Martino est arrivé, pas une franche réussite, mais le Barça reste toujours le Barça. Et puis Lionel Messi est de nouveau en forme. Et ça, ça vous change tout. Surtout que Pedro, Fàbregas et Iniesta suivent le rythme. Clairement, tirer de nouveau le Barça pourrait permettre aux Parisiens d’effacer le sentiment de gâchis né de la saison dernière. Mine de rien, on avait vu Javier Pastore marcher sur Daniel Alves pendant près de 70 minutes. Le pied.

Vidéo
La « petite fête entre amis » : Chelsea

Samuel Eto’o se dit lui-même « parisien » . Eden Hazard apprécie le PSG, José Mourinho a déjà été approché à plusieurs reprises par les dirigeants parisiens, Petr Čech et César Azpilicueta connaissent la Ligue 1, David Luiz fait équipe avec Thiago Silva en équipe du Brésil, bref, entre les Blues et le PSG, tout le monde se connaît. Difficile de dire encore s’il s’agit d’un bon tirage tant les Blues sont capables de tout et n’importe quoi. Une chose est certaine, l’attaque parisienne peut faire mal à John Terry et Gary Cahill. Et puis taper le vainqueur 2012, c’est toujours bon pour la confiance. Par contre, on risque de sacrément se faire chier.

Le tirage presque idéal : Borussia Dortmund

C’est un grand nom, un public chaud, un style de jeu adoubé par tous avec un technicien très apprécié. Sauf que le Borussia n’est plus tout à fait la même équipe que l’an dernier, même si certains affirment que les Allemands sont plus forts. Entre les blessures (Subotić, Hummels, Gündogan, Bender, etc) et l’absence de banc, le BVB semble plus prenable que l’an dernier où les Allemands avaient marché sur le Real Madrid en demi-finales. Mais le BVB entre dans une phase de transition et son jeu direct est une merveille. Finalement, Dortmund, c’est un vrai bon test pour le PSG. Ça permet de monter en température.


Le « mauvais faux-bon tirage » : Atlético Madrid

Comme le PSG, l’Atlético est relativement inexpérimenté à ce niveau en Ligue des champions (un quart de finale en 1997). Comme le PSG, Madrid est un nouveau « gros » sur la scène nationale. Et comme le PSG, ça part dans tous les sens en attaque. Entre Diego Costa, Arda Turan, Koké et autres folies tactiques signées Diego Simeone, les Matelassiers sont capables de tout. Tirer l’Atlético Madrid en quarts de finale, c’est quand même un traquenard. Parce qu’on ne comprendrait pas l’échec… Pourtant, quand on regarde les dernières prestations des ouailles de Simeone (notamment contre le Real et l’AC Milan), on peut s’attendre à une tempête offensive sur les buts de Sirigu. Et il faudra appréhender l’ambiance suave de Vicente-Calderón.

Le meilleur délire possible : Manchester United

Qui aurait cru que tirer Manchester United en quart de finale de Ligue des champions serait vu comme un cadeau ? Pourtant, c’est le cas. Même si les ouailles de David Moyes ont réglé le sort de l’Olympiakos à Old Trafford (3-0), United ne fait plus peur. Largués en Premier League, cadres cramés, défense lente et approximative, milieux de terrain fatigués, United a été malmené par les Grecs. Quid face à la puissance physique du PSG ? Le Manchester United le plus faible depuis 20 ans résistera-t-il aux Parisiens ? On a envie de voir ça, en tout cas.

par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 08:27 267€ à gagner avec Shakhtar - Roma & CSKA Moscou 1 Hier à 17:06 Henry calme le jeu après ses propos sur Neymar 57 Hier à 07:44 BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Séville - Manchester 1
Hier à 12:16 Ranieri ne dirait pas non à l'Italie 17
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
mardi 20 février Lamine Sané signe à Orlando 8 mardi 20 février Ronaldinho se lance dans la musique 12