Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Présentation
  3. //

Ligue 1 : la fiche de Lille

Malgré ses 18 longueurs de retard sur le champion de France en fin de parcours, le LOSC a réalisé un très bel exercice 2013-2014, ne quittant plus le podium après la 9e journée et se qualifiant donc logiquement pour le tour préliminaire de la Ligue des champions. Alors oui, les Dogues ne sont plus aussi flamboyants dans le secteur offensif (9e attaque seulement) qu'ils l'étaient avec Sow et Hazard, mais l'essentiel est ailleurs : face aux armadas parisiennes et monégasques, est-il seulement possible de rivaliser et de progresser encore ?

Modififié
  • Le bilan de l'été


    Loin de l'agitation qui secoue le quotidien du PSG et de l'ASM, le LOSC a passé un été relativement calme. Les fulgurances de Divock Origi ont fait grimper en flèche la cote du jeune Belge, que Michel Seydoux a finalement pu facturer environ 13 millions d'euros à Liverpool, en grattant une année de prêt en bonus. Bon, on est loin des 80 millions lâchés pour James Rodríguez, qui ressemblent davantage à une carte Monopoly « erreur de la banque en votre faveur » qu'à une véritable somme de transfert, mais pour Divock Origi, qui n'avait pour l'instant pas prouvé grand-chose, c'est tout de même le jackpot. Kjær, un temps annoncé partant, devrait rester au club. Gianni Bruno, lui, est parti à Evian. Et les seules interrogations concernent aujourd'hui Marko Baša, voire Salomon Kalou, pas certains de prolonger l'aventure dans le Nord. Au rayon des arrivées, là encore, le LOSC s'est fait discret. Après avoir finalement bouclé le dossier Corchia (pour 2 petits millions, la belle affaire, pour le futur arrière droit de l'équipe de France), les Dogues ont obtenu le prêt de Marcos Lopes, un milieu de terrain portugais de 18 piges venu de City et… c'est à peu près tout. Nul doute que Lille attend de savoir s'il parviendra à franchir le tour préliminaire de la Ligue des champions avant d'investir, mais il semble déjà évident que le LOSC continue de croire plus que jamais en la continuité. Dans le haut du classement de la L1, c'est aujourd'hui une incongruité. La préparation, quant à elle, fut exotique. Après trois défaites concédées face au club tchèque FC Vysočina Jihlava (0-1), à Courtrai (1-2) et au Zénith Saint-Pétersbourg (0-1), les Dogues ont relevé la tête face au Maccabi Haïfa (2-0), au terme d'un match perturbé par l'irruption de manifestants pro-palestiniens sur la pelouse. Espérons que cela n'ait pas perturbé la préparation des hommes de René Girard, car les choses sérieuses commencent dès ce soir, pour Lille, qui s'en va défier le Grasshopper de Zurich (match retour mardi 5 août) pour tenter de se faire une place en C1. Un duel qui devrait conditionner la saison 2014-15 du LOSC

  • Le portrait-robot


    30% P'tit Quinquin
    15% Martine Aubry
    15% terroir
    15% Olive & Tom
    10% Léa Seydoux
    10% d'ambition
    5% toit qui se ferme

  • Le coefficient de résistance aux nouveaux riches


    Champion de France en 2011, troisième au terme de la dernière saison (après avoir squatté la place du dauphin pendant quelques journées), le LOSC semble être, au premier coup d'œil, le mieux placé pour venir titiller les puissants en cas de défaillance. Il ne faut pas se fier aux apparences : Michel Seydoux est déjà résigné. Loin du strass et des paillettes, le LOSC se construit dans la sueur et la patience, à petits coups de truelle, ne s'autorisant que quelques petites folies sochaliennes de temps en temps. Michel Seydoux le sait : il ne boxe plus dans la même catégorie que ses homologues qatari et russe. La preuve : une saison réussie, c'est une saison qui s'achève à 18 longueurs de Paris et 9 de Monaco. C'est comme au Tour de France : les p'tits malins qui ne jouent pas le général peuvent se permettre d'attaquer dans le premier col venu, mais Lille sait qu'il va devoir grimper au train, et se concentrer sur la régularité, pour rester le plus longtemps possible au contact des meilleurs. Face aux nouveaux riches, le LOSC est dans l'expectative. Ça ne veut rien dire, mais ça en dit long…

  • Le type à suivre


    Divock Origi, c'est un peu comme la p'tite Sandrine Pouchard que tu as connue au lycée : elle est partie en vacances, tu ne te rappelais même pas de son prénom et tu ne lui avais pas adressé la parole si ce n'est pour lui demander une cartouche d'encre, elle avait encore un appareil dentaire, les cheveux filasses et de l'acné plein la tronche, et puis à la rentrée, tu as vu revenir une jolie gonzesse mignonne, avec des seins partout et un superbe sourire plein de dents blanches, et tu es tombé amoureux. Origi est parti en vacances après une année plutôt encourageante à Lille (5 buts en L1, encouragements du conseil de classe), il s'est amusé comme un fou en colo au Brésil (où il a inscrit le but de la victoire face à la Russie) et tout à coup, voilà que tous les regards se sont tournés vers lui. Désormais propriété de Liverpool, Origi a encore toute une saison pour grandir et confirmer les promesses déjà placées en lui. Nul doute que René Girard, toujours très adroit formateur, saura mettre le gamin en confiance et le placer dans les meilleures dispositions. Mais tout de même, on attend de voir, parce que 13 millions, pfiou… Ça fait combien de Ljuboja, ça ?

  • Qui es-tu la recrue ?


    Tu es jeune, poli, talentueux et attendu de pied ferme, tu as signé dans le Nord parce que tu sais que le club te correspond et qu'il te permettra d'arriver à maturité, tu es bosseur, loyal, on remarque souvent ton comportement exemplaire – et le LOSC t'a aussi recruté pour ça – et tu te sens un peu seul sur l'étal des nouveaux arrivages : tu t'appelles Sébastien Corchia.

  • Les 5 impondérables de la saison lilloise


    - Pierre Ménès va regretter le fonds de jeu peu spectaculaire et tacler René Girard ; Daniel Bravo va renchérir sur les victoires laborieuses face aux promus. Pendant ce temps-là, on ne remarque pas que tu es sur le podium depuis 6 mois. Salut la compagnie.
    - Salomon Kalou va connaître une période de disette et rester muet devant les buts pendant une dizaine de matchs consécutifs. Et puis soudain, il va inscrire 14 buts en 9 rencontres. Pendant ce temps, Nolan Roux va louper quatre occasions immanquables contre Reims, et inscrire un doublé venu d'ailleurs face à Metz.
    - Florent Balmont et Rio Mavuba vont finir la saison sur les rotules, avec autant de kilomètres au compteur que tous leurs coéquipiers réunis.
    - Les deux grands moments des supporters lillois cette saison : la réception de Lens, qui leur a un peu manqué, même s'ils n'oseront jamais l'avouer, et la réception de Florian Thauvin. Quelqu'un se rappelle-t-il comment on fait une sarbacane avec un effaceur ?
    - La double déception des confrontations face au PSG, largement dominées par le LOSC, pour une défaite au Parc et un match nul concédé dans les arrêts à domicile.


  • Pourquoi Lille est l'équipe à choisir pour une carrière sur FIFA 15


    - Déjà parce que c'est trop facile de choisir Paris ou Monaco, et de débuter avec une palanquée de stars et un budget à 80 millions.
    - Parce que le LOSC compte quelques joueurs en devenir dont les stats promettent d'exploser après quelques saisons : Corchia, Soumaoro (déjà énorme sur l'édition FIFA 14), Gueye, Origi… Des mecs que tu vas pouvoir revendre 30 millions au moins au Real ou à Chelsea.
    - Parce que tu peux jouer la Ligue des champions dès la première saison. Et on ne va pas se mentir : on s'emmerde rapidement, quand on ne joue que contre Évian et Reims.
    - Parce que c'est un joli défi de reconstruire le milieu de terrain (Balmont et Mavuba, ils ont 64 ans à eux deux, quand même) et d'aller défier les nouveaux riches du championnat, c'est un peu comme partir à l'assaut de l'Everest avec un escabeau et une tringle à rideau.

  • Le produit dérivé à côté duquel il est interdit de passer


    Le boxer avec des flammes et des têtes de dogues, disponible ici pour moins de 10 euros, oui mesdames et messieurs. Le monde est un endroit fascinant.

  • La chanson


    Skip the Use – Nameless World

    Vidéo


    Par Julien Mahieu
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    Hier à 13:11 Euro Millions : 45 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti ce mardi Hier à 16:35 Nainggolan prend sa retraite internationale 77
    Partenaires
    Olive & Tom Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
    dimanche 20 mai Le drôle de penalty pour le Real Madrid en finale de Ligue des champions 1960 90