1. // So Foot sélectionne le12èmehomme Orange

Ligue 1 do Brasil

Ils sont 18, cette saison. 18 Brésiliens à évoluer en Ligue 1. Pour certains clubs, c’est une véritable tradition. Pour d’autres, la samba est moins évidente. À deux mois du Mondial brésilien, chaque équipe de Ligue 1 s’est vu attribuer un « taux de brasiliannité » .

Modififié
29 34
AC Ajaccio
8 joueurs brésiliens ont porté le maillot ajaccien en 104 ans. Les derniers, Antônio Carlos et Rodrigo, sont partis en 2007. Dommage pour un club dont le meilleur buteur de l'histoire répond au nom de François M’Pelé. Taux de brasiliannité : 55%.

SC Bastia
Le seul Brésilien ayant véritablement brillé au SC Bastia est gardien de but, et a perdu sa place en 2013 au détriment d’un gardien français de 34 ans qui a déjà les cheveux blancs. Voilà. Taux de brasiliannité : 25%.

Bordeaux
Entre Mariano, Henrique et Jussiê, les Bordelais ont pris l’accent brésilien. Mais hormis Savio, Marcio Santos ou Eduardo Costa, les joueurs verdeoro passés par la Gironde se sont révélés être des flops. Hein, Denilson, Deivid et Ricardinho ? Taux de brasiliannité : 40%.

Évian TG
Felipe Saad et Cláudio Caçapa ne sont restés qu’un an en Haute-Savoie. Deux options : soit les Brésiliens n’aiment pas l’eau de source, soit ils détestent Francis Cabrel. Taux de brasiliannité : 15%.

Guingamp
Depuis son entrée dans le monde pro en 1977, l’EAG a engagé 71 étrangers provenant de 32 pays différents. La nation la plus représentée ? Le Brésil, avec 7 pensionnaires. En-Avao Guingao. Taux de brasiliannité : 70%.

Lille
Le meilleur joueur brésilien de l’histoire du LOSC s’appelle Gervinho. Et, manque de bol, il n’est pas brésilien. Tout est dit. N’en déplaise à Túlio De Melo. Taux de brasiliannité : 15%.

Lorient
Seuls deux Brésiliens ont porté le maillot des Merlus : Rafael Moura (12 minutes en 2007/08) et Luis Robson. On est loin de Sonny Anderson et Lucas Moura. Taux de brasiliannité : 10%.

AS Monaco
L’ASM a recruté Falcao et James Rodríguez, Ricardo Carvalho et João Moutinho, Romero et Ocampos. Argentinité, portugaisité, colombianité, oui, mais brasiliannité, pas vraiment. Taux de brasiliannité : 25%.

Montpellier
Louis Nicollin collectionne les maillots, dont quelques pièces de Pelé ou Romário. Pourtant, le président montpelliérain a toujours rechigné à engager des Brésiliens. En 2001, alors que le PSG fait signer Ronaldinho, lui engage le frère dont tout le monde se fout, Roberto de Assis. Taux de brasiliannité : 30%.

FC Nantes
Les Canaris arborent les couleurs du Brésil et peuvent se vanter d’avoir marqué le but le plus samba de l’histoire de la Ligue 1 : celui de Loko face au PSG en 1995, sur une passe de Pedros. Qui aurait presque un nom brésilien, tiens. Taux de brasiliannité : 70%.

Nice
Après Ederson et Everson, il ne manquait plus qu’Emerson, et on pouvait faire un joli spectacle de capoeira sur la Promenade des Anglais. Enfin, la Promenade des Brasileiros. Taux de brasiliannité : 50%.

Olympique lyonnais
1999-2009. L’âge d’or de l’OL correspond à son ère brésilienne : Sonny Anderson (1999), Cláudio Caçapa, Edmilson (2000) et, bien sûr, Juninho (2001). Pendant près de dix ans, Gerland va danser la samba. Taux de brasiliannité : 80%.

Olympique de Marseille
1974-75: l’OM aligne un incroyable duo, Jairzinho-Paulo César, qui claque 29 buts en D1. 2001-02 : l’OM aligne un improbable duo, Dill-Fernandão, qui en plante… 3. Qu’en pense Brandão ? Taux de brasiliannité : 60%.

PSG
De Rai à Ronaldinho, de Valdo à Thiago Silva, de Ricardo à Lucas Moura, de Nene à Christian : le PSG, c’est le Brésil. Mais aussi l’autre Brésil : celui des Willamis Souza, Edmilson, Geraldo, Reinaldo, André Luiz, et Vampeta. De quoi choper la saudade. Taux de brasiliannité : 95%.

Reims
Seuls trois Brésiliens ont porté le maillot du Stade de Reims : Luizinho en 1985, Henrique en 2007 et Diego depuis 2012. Une seule explication à cela : les Brésiliens préfèrent la Caïpirinha au Dom Pérignon. Taux de brasiliannité : 15%.

Saint-Étienne
Rien que pour le duo Alex-Aloísio et tout ce qui en découle – le quadruplé face à l’OM, la panthère, les faux passeports –, et l’importance de Brandão dans l’équipe actuelle, les Verts n’ont plus rien à prouver. Taux de brasiliannité : 65%.

Sochaux
En 2005, Sochaux signe un défenseur, Miranda. Jugé trop mauvais, le joueur est renvoyé au Brésil. Neuf ans plus tard, il a remporté trois fois le championnat du Brésil, la Ligue Europa, la Supercoupe d'Europe, la Coupe du Roi... On appelle ça le flair. Taux de brasiliannité : 25%.

Stade rennais
Le club a connu une folie brésilienne dans les années 2000. L’effectif comprenait alors Severino Lucas, Luís Fabiano, Vânder et César. Résultat : un fiasco total. Taux de brasiliannité : 35%.

Toulouse
Entre Brésil ou Argentine, le TFC a choisi son camp, et pas seulement dans les couleurs de son maillot : Mauro Cetto, Omar da Fonseca, Angel Marcos, Joaquim Martinez, Jose Farías… Fabinho et Fernandão ne font pas le poids. Taux de brasiliannité : 20%.

Valenciennes
Rafael Schmitz a quitté Valenciennes en 2012 pour rentrer au Brésil. Carlos Gil a quitté Valenciennes en 2013 pour rentrer au Brésil. Heureusement, le dernier Brésilien du club, Magno Novaes, assure le spectacle dans ses cages. Taux de brasiliannité : 35%.

Retrouvez toute l'actualité du 12èmehomme
Par Éric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

"Mais hormis Savio, Marcio Santos ou Eduardo Costa, les joueurs verdeoro passés par la Gironde se sont révélés être des flops."

Ah bonnnn
volontaire82 Niveau : Loisir
Très fort de parler des joueurs argentins du TFC sans parler de Marcico..
Note : 7
Alex-Aloisio, rayon de soleil pour une sale période.

Message posté par volontaire82
Très fort de parler des joueurs argentins du TFC sans parler de Marcico..


C'est clair! On oublie aussi le grand Carlos Mozer à l'OM, Sonny Anderson avant l'OL est passé par Marseille et surtout Monaco(1 titre de champion et 2 1/2 finales de CE). Leonardo au Psg dont le passage fut plus court mais plus marquant que Vampeta quand même. En cherchant bien, il doit y en avoir encore...
Sinon, en clin d'oeil, il y avait José Touré au FCN que l'on surnommait "le Brésilien!
dwight.k.shrute Niveau : District
Pour Bordeaux : et wendel, il est roumain ?

Pour Sochaux : et Santos, il est tunisien ? (puis Ilan aussi)
dwight.k.shrute Niveau : District
Pour Bordeaux : et wendel, il est roumain ?

Pour Sochaux : et Santos, il est tunisien ? (puis Ilan aussi)
dwight.k.shrute Niveau : District
Pour Bordeaux : et wendel, il est roumain ?

Pour Sochaux : et Santos, il est tunisien ? (puis Ilan aussi)
Heu, si je ne m'abuse, cet article est dans le SF version papier de ce mois-ci ...
Jack Facial Niveau : CFA
C'est "brésilianité", au fait...

Mais les publi-articles de ce genre, sponsorisés par Orange qui plus est, c'est tout le temps de la merde.
AirForceOne Niveau : CFA2
De Melo est brésilien. Je trouve que pour certains clubs l'article est fait à la va vite
Danse, biatch! Niveau : Ligue 1
 //  10:30  //  Passionné de la Jamaïque
Note : 1
Si je ne m'abuse, il y a Eduardo qui jouait encore à l'ACA la saison dernière, en tous cas bien après 2007...
JaphetN'Doram Niveau : CFA
A Nantes, il n'y a eu qu'un seul Brésilien :

L'inimitable (heureusement) et l'inoubliable (malheureusement) DOUGLAO !

Quelle crêpe ce mec
A Nantes il y a également eu Adriano...
"Verdeoro" c'est déjà mieux que l'infâme "Auriverde" qui est tout sauf du portos. Essayez d'écrire "Ouro e verde" si vous voulez parler de "or et vert" et là on sera bon !
JaphetN'Doram Niveau : CFA
Message posté par Raketnyi
A Nantes il y a également eu Adriano...



Le tocard venu du Futsal ?

Bien vu, effectivement. Mais lui n'a pas joué le moindre match...
Aloisio le plus grand de tous.
Eduardo, brésilien, a joué à Ajaccio jusqu'en 2014 me semble-t-il.
Rarement lu un truc aussi inutile sur SoFoot...
Et Cris, il sent le trou de balle ?
Sinon Mendes fais des étincelles à l'Om en ce moment ...
volontaire82 Niveau : Loisir
Sinon c'est sympa les abrutis et lâches qui plus est qui mettent des -1 sans raison..
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
29 34