Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Bilan de la 1re journée

Liga : la défense au banc des accusés

6-2 au Camp Nou, 6-4 au Sánchez-Pizjuán : la première journée de Liga a été marquée par deux scores fleuves. Mais si les attaques se sont régalées, les défenses ont encore besoin d'ajustements.

Modififié
Pour cette journée inaugurale, la Liga a proposé samedi deux affiches alléchantes. Tout d'abord, un Barça déjà costaud face au Betis nouveau de Guga Poyet, un duel prometteur entre le Séville de Jorge Sampaoli et l'Espanyol de Quique Sánchez Flores. Au final, ça a donné 18 buts et des scores de futbolin... Heureusement que gamelle ne compte pas.

Bêtises de Séville


Quand le Barça joue comme cela, il est proprement injouable. Privés d'Andrés Iniesta et de Neymar Jr, mais avec un Arda Turan transfiguré, les Blaugrana ont étrillé les Béticos. Au coup d'envoi, Poyet a été très ambitieux en démarrant avec un 3-5-2 plutôt culotté, un système qui ne s'approprie pas en cinq minutes. Tout au long du match, l'Uruguayen a été confronté à un manque d'automatismes et d'agressivité de ses joueurs. En première période, les trois buts sont arrivés des latéraux (Jordi Alba, puis Sergio Roberto deux fois) et en situation de supériorité numérique pour les Verdiblancos. Sur son premier but de la saison, Leo Messi était au milieu de quatre Andalous, mais a eu tout le temps d'ajuster sa frappe à 20 mètres. Le genre de cadeau que l'Argentin ne gâche pas, surtout si on lui offre par deux (cf le but du 5-1).


Les espaces et le mauvais coulissement sur les ailes ont été rédhibitoires. En deuxième période, ces failles ont été comblées... mais ont laissé l'axe ouvert. De plus, le repli n'a pas été optimal, notamment sur le contre qui a amené le deuxième but de Luis Suárez, le quatrième du Barça : sept joueurs sont revenus dans la surface, mais aucun n'a suivi le Charrua au second poteau. Se servir de cette déroute au Camp Nou comme brouillon pour mettre au propre les matchs suivants, ce n'est pas forcément inquiétant pour ce Betis qui veut retrouver de l'ambition et du jeu.

90 minutes de frénésie footballistique au Sánchez-Pizjuán


4-2-3-1 contre 4-4-2 à plat : a priori, ce Séville/Espanyol partait sur des bases plutôt solides. Sauf que c'est parti complètement en sucette. On se doutait que la défense des Palanganas était légère, surtout avec les évolutions en 3-5-2 en cours de match, mais peut-être pas à ce point. En l'absence d'Adil Rami, c'est Gabriel Mercado qui a débuté au côté du capitaine Nicolas Pareja. Il y a déjà eu baptême plus tranquille, le novice étant directement impliqué sur deux buts (le deuxième et le quatrième). Face à des Pericos qui ont complété moins de 40% de leurs passes, encaisser quatre pions contre une équipe qui dispute son premier match officiel n'est guère encourageant et fout un peu la trouille.


L'ancien banquier Sampaoli a choisi la solution offensive et face à une équipe en difficulté sur les centres et les corners, les attaquants se sont régalés. Luciano Vietto a su profiter du marquage lâche sur les saques de esquina (corners, ndlr) pour inscrire son premier doublé de la saison. Titulaire côté gauche, Wissam Ben Yedder a ouvert son compteur en Liga en profitant de l'alignement douteux de Mickaël Ciani, entré à la place d'Óscar Duarte, blessé. D'ailleurs, une stat folle pour le Français : depuis son arrivée à l'Espanyol il y a un an, il n'a participé qu'à trois matchs de Liga. Les scores ? Des défaites 6-0, 5-0 et 6-4. Au final, ça fait six buts pour cinq recrues côté sévillan et les félicitations du jury pour Pablo Sarabia et Franco Vázquez. Finalement, y a-t-il des enseignements à tirer de ce match pour les Palanganas ? Une attaque flamboyante, une défense en péril, on s'y attendait. Peut-être pas dans de telles largeurs, certes.

Liga cherche cardiologue(s)


Ces scores complètement dingues témoignent d'une volonté de jouer de la part des équipes espagnoles. Quitte à perdre, autant ouvrir le jeu. Forcément, cela entraîne des trous d'air et des questionnements. Pour Poyet, le temps d'adaptation ne devrait pas être perturbé par cette défaite. Arrivé avec un nouveau directeur sportif et un projet visant à refaire du Betis un grand d'Espagne, l'ancien joueur de Chelsea est arrivé pour redonner de l'allure aux Verdiblancos, en atteste son 3-5-2 kamikaze. Idem pour Sánchez Flores avec le rachat du club catalan par le milliardaire chinois Chen Yangshen. En revanche, les errements de la zaga du Sevilla FC interrogent, car il s'agit déjà du quatrième match officiel des Palanganas. Le duo Sampaoli-Lillo sera-t-il aussi offensif en Ligue des champions et contre les cadors de la Liga ?


Leur football teinté de « Bielsismo » , avec beaucoup de centres et de pressing acharné, peut aussi griller rapidement un effectif au banc assez court. Privé de Rami pour des soucis musculaires et de Daniel Carriço et Timothée Kolodziejczak, suspendus, l'arrière-garde a souvent été prise en défaut. La saison dernière, les blessures avaient flingué les ambitions en championnat. Cette vision du jeu est évidemment magnifique, mais elle n'est pas sans risque, à commencer par les cœurs d'aficion sevillista. Parce que si ça continue à ce rythme-là, Nervion devra lancer une opération « un billet acheté, un défibrillateur offert » .

Par FM Boudet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


lundi 21 mai Euro Millions : 45 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti ce mardi Hier à 20:07 Le Header Bin Challenge du fils de Marcelo au Real Madrid (via Facebook SO FOOT) Hier à 19:05 La saison la plus frustrante d'Europe ? (via Facebook SO FOOT)
Hier à 18:05 Les ultras du CS Constantine craquent des milliers de fumis (via Facebook SO FOOT) Hier à 17:56 C'est dans longtemps, la Coupe du monde ? (via Facebook SO FOOT) Hier à 14:33 Famara Diedhiou suspendu pour avoir craché sur un adversaire 21
Partenaires
Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom
Hier à 13:05 La liste des 23 de la Croatie pour le Mondial 2018 (via Facebook SO FOOT) Hier à 13:03 La liste des 23 de l'Argentine pour la Mondial 2018 (via Facebook SO FOOT) Hier à 13:02 La liste des 23 de l'Espagne pour la Mondial 2018 (via Facebook SO FOOT) Hier à 12:38 L'attaquant anglais Grant Holt se met au catch 10 Hier à 11:00 Huesca promu en Liga pour la première fois de son histoire 14
lundi 21 mai Nainggolan prend sa retraite internationale 97