1. //
  2. // 14e journée

Liga cherche suspense

Comme d'habitude, Messi et Cristiano Ronaldo ont affolé les compteurs. Comme d'habitude, le Real Madrid et le FC Barcelone ont gagné. Comme d'habitude Karim Benzema a déçu...

Modififié
0 4
500 bornes en bus


« J'assume l'entière responsabilité de ce qui s'est passé avant le match. J'ai mené les négociations avec la Fédération espagnole et ce qui en a découlé est de mon entière responsabilité » . Sandro Rosell, le président du Barça, a beau diriger la plus belle entreprise de show footballistique au monde, il lui arrive de rater la cible. Suite à la grève des contrôleurs aériens, les dirigeants catalans avaient annoncé que la rencontre entre Osasuna et le Barça serait reportée. Sauf que la fédé en a décidé autrement. C'est donc en bus que la bande à Messi s'est rendue au stade (avec cinquante minutes de retard). Un détail pour l'armada de Guardiola. Osasuna a quand même pris sa gifle (3-0) et Léo Messi a une nouvelle fois démontré qu'il était le meilleur joueur de futsal du monde (un doublé et une passe décisive). Oui, ce Barça-là est la meilleure équipe du monde. Ça en devient presque chiant...

Benzema puni, CR7 injouable


Gonzalo Higuain blessé, Karim Benzema aurait dû en profiter pour s'abonner au statut de titulaire. Et force est de constater que le “Mou” n'a pas été convaincu par la prestation du Français lors du clasico. Pour la réception de Valence, Rim-K est puni et prend place sur le banc, laissant Cristiano Ronaldo squatter la place d'avant-centre. Un pari réussi car le Portugais s'est fendu d'un doublé, augmentant ses statistiques d'extra-terrestre : 16 buts en 14 matches. Un match surtout marqué par l'expulsion d'Albelda en début de seconde période. Le tournant du match pour le milieu de terrain : « Le match a été totalement conditionné par mon expulsion. Ces terrains sont très difficiles et cela nous fait chier de venir ici, travailler et partir avec cette sensation. Le corps arbitral doit être juste, ce qui n'a pas été le cas. On me donne un carton jaune pour m'être disputé avec Pepe et un autre sans aucune raison. L'arbitrage a été une connerie. Si jouer au Bernabéu à onze est difficile, cela l'est encore plus à dix. Je suis vraiment sur les nerfs car nous avons beaucoup travaillé. Il y a trois Ligas : celle du Barça, celle du Real et celle des autres » . Sans déconner ? Cogné en début de semaine au Nou Camp, le Real a mieux digéré la fessée qu'on ne le pensait. Néanmoins, les Merengues sont toujours seconds. Une place de merde quand on s'appelle le Real Madrid. Mais une question brûle les lèvres de nombreux observateurs. Que vaut ce Real sans CR7 ?

Villarreal passe le test


Une place de troisième, ça se mérite. Pour ce faire, Villarreal passait un gros test en recevant le FC Séville au Madrigal. Mieux en place qu'au Parc des Princes jeudi, Séville semblait armé pour ramener au moins un point de la banlieue de Valence. Pourtant, l'ancien Lyonnais Nilmar a ruiné les espoirs de la bande à Kanouté en marquant dans le but vide après avoir évité la sortie aux fraises de Palop. Les Sévillans pourront néanmoins pester sur l'arbitrage. Peu avant la cinquantième minute, Kanouté voit son but annulé pour un hors-jeu litigieux. Villarreal pourra d'ailleurs remercier son portier Diego Lopez, auteur de deux parades décisives sur Kanouté et Navarro. Même en jouant mal, le sous-marin jaune confirme qu'il faudra compter sur lui pour la Ligue des Champions. Séville par contre...

Pour la suprématie basque


« Nous sommes favoris car nous avons une grande équipe à laquelle je fais entièrement confiance. Nous jouerons pour les trois points car nous voulons occuper le haut de tableau afin de nous qualifier en Europa League » . Fernando Llorente, le Basque de Bilbao, avait annoncé très tôt la couleur avant LE derby du pays. Au menu : Sociedad/Bilbao. Pourtant, au cœur de ce match d'hommes, c'est l'autre Llorente, Joseba, qui finira avec le sourire (plutôt ironique quand on connaît la dentition capricieuse du lascar). La bande à Griezmann s'est adjugé le derby du Pays Basque avec une victoire 2 à 0. A la Sociedad, on parle après les matches, pas avant. Question de principe.

La Catalogne qui gagne


La Catalogne, ce n'est pas seulement un stade de 120 000 places, un jeu léché et des stars. C'est aussi un stade en bois, une équipe besogneuse mais avec un point commun : la victoire. Loin des paillettes du Nou Camp, l'Espanyol de Maurico Pochettino a consolidé sa quatrième place en remportant sa septième victoire à domicile en sept matches. C'est un but de Luis Garcia qui a donné les trois points à l'Espanyol, pourtant réduit à dix depuis la cinquantième minute. « Au-delà des trois points, il faut continuer à garder les pieds sur terre et rester humbles » , a déclaré l'entraîneur Mauricio Pochettino. Les choses vont être plus difficiles chaque jour et l'exigence plus grande » . En attendant, l'Espanyol s'est acheté un petit matelas de points non négligeable.

On soulignera également la troisième défaite en une semaine de l'Atletico Madrid, battu chez le promu Levante (2-0). Très moyens depuis le début de saison, les Matelassiers confirment leurs difficultés actuelles. Enfin, la gifle de la journée est à mettre au crédit de Malaga qui tord Santander quatre buts à un. Une aubaine, pour les hommes de Pellegrini, qui sortent ainsi de la zone rouge.

Getafe 3 - 0 Majorque


Villarreal 1 - 0 FC Séville


Almeria 1 - 1 Saragosse


Real Madrid 2 - 0 Valence


Osasuna 0 - 3 Barcelone


Real Sociedad 1 - 0 Athletic Bilbao


Espanyol 1 - 0 Gijon


Levante 2 - 0 At. Madrid


Malaga 4 - 1 Santander


Real Sociedad 2- 0 At. Bilbao

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Très mauvais article notamment en ce qui concerne le Real.
Lors de la 1ère période, avec Cristiano en pointe, ce fut un désastre. Une des pires mi-temps depuis longtemps. Le milieu à trois était dégueulasse dans la construction, Arbeloa, c'était Arbeloa et Di Maria portait beaucoup trop le ballon.
Vraiment affreux.

En revanche, l'entrée de Karim a tout changé. Le Real a construit, ils ont crées et avaient beaucoup plus de repères sur le terrain. Avec un peu de réussite, il marque deux buts sur deux caviars de Cristiano qui adore jouer avec Karim Benzema.

Sincèrement, Benzema a montré qu'il était indispensable.

Le vrai mec à pointer du doigt, c'est Xabi Alonso. Il bénéficie d'un statut et j'avoue ne pas comprendre. Vivement qu'un meilleur joueur arrive, un mec plus technique, plus rapide dans ses décisions.
Real Sociedad 1 - 0 Athletic Bilbao
Real Sociedad 2- 0 At. Bilbao


Faudrait savoir ?
L'attitude de Cristiano Ronaldo sur son deuxième but m'a rappellé pourquoi il ne sera jamais considéré comme un vrai Grand joueur.

Le mec il marque un deuxième pion alors que le FC Valence est réduit à dix et lève les bras au ciel, menton relevé, bravant du regard tout le Bernabeu façon "je suis vraiment un dieu". J'ai trouvé cette image absolument ridicule.

Face à dix joueurs désorganisés il ferait mieux de faire profil bas.
Après ne pas avoir été capable de proposer plus que des passements de jambes inutiles face au Barça il devrait faire encore une fois profil bas.
Après avoir fait une première mi-temps aussi infecte et insipide face à Valence quand ceux-là jouaient encore à onze il devrait là encore faire profil bas.

Alors ok le mec a des statistiques absolument monstrueuses et un palmarès déjà hors normes pour son âge, mais ça ne suffit pas à faire de toi un Grand joueur.
Il lui manque encore quelque chose, une âme peut-être. Ce joueur est aussi froid qu'un frigidaire.

C'est un peu comme en musique en fait, tu peux avoir une technique la plus irréprochable qui soit et la plus complète qui soit ça ne suffira jamais à faire de toi un grand musicien, ce qui compte en musique c'est avant tout le feeling.

Si un jour ce type a l'aura d'un Zidane ou d'un Cantona à Manchester là ok je me mettrai à genoux. Mais aujourd'hui quand je vois que la plupart de ses plus grands fans sont des midinettes en jupettes qui n'ont même pas encore eu leur bac ça me fait plutôt rigoler.

Quand à la Liga, je prennais vraiment mon pied à la suivre il y a de ça dix ans. Aujourd'hui quand on me dit que le Barça et le Real jouent contre machin et machin ce week-end on sait par avance que ça va se terminer sur les scores de 3-0 ou 4-0 pour l'un ou pour l'autre et que le troisième finira pas se planter au beau milieu sans jamais avoir l'espoir de revenir à la marque.
Mais malgré les meilleurs joueurs continuent d'affluer dans ses grands clubs, quel intérêt ? La liga est gagnée d'avance. Pour la C1 alors ?

Même la Premier League est plus disputée et intéressante cette année.
"Il lui manque encore quelque chose, une âme peut-être. Ce joueur est aussi froid qu'un frigidaire."

Cher Pseudo4000, je sais que tu n'es encore qu'un enfant mais tout de meme, dois-tu etre grotesque pour autant?
As-tu deja bien regarde les yeux de ton idole Messi, on dirait ceux d'un veau qu'on mene a l'abattoir, quelle ame profonde...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Dortmund champion d'automne
0 4