En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options

Liewig : « Les joueurs décidaient en AG s'ils s'entraînaient ou pas »

Ancien entraîneur de jeunes au Paris Saint-Germain, le coach Patrick Liewig a beaucoup voyagé (des Émirats à la Tanzanie) et vécu des moments d'histoire de l'intérieur comme la guerre en Côte d'Ivoire ou le printemps arabe en Tunisie. S'il a insisté pour ne parler « que » du sportif, son parcours permet de mieux cerner le quotidien des fameux « sorciers blancs » .

Modififié

Vous avez été formateur au PSG dans les années 90. Une période où on a l'impression que la formation parisienne avait du mal à émerger... Un constat que vous partagez ?
De 89 à 1999, l'année où je suis parti, de nombreux joueurs comme Jérôme Leroy, Sylvain Distin, Nicolas Anelka et d’autres encore sont sortis du centre de formation du PSG. On a gagné la Gambardella et dans un autre club, certains auraient pu commencer une carrière pro. Le problème, c'est qu'à Paris, il n'y avait pas une politique adéquate pour l'intégration des jeunes. On voulait des vedettes qui attirent du public au Parc des Princes... Et un jeune n'attire pas grand monde. C'est ce qu'il s'est passé sous la présidence de Michel Denisot suite à la reprise du PSG par Canal + par exemple. Des joueurs de grand talent tels que Le Guen, Ginola, Guérin, Weah ou bien Lama ont rejoint Paris. Et en plus pour eux, c'était tout le temps une mentalité de compétition. Ils voulaient jouer non-stop ! Aucune notion de turnover et force est de constater que cet esprit a fait le succès de cette période... Mais quoi que l’on puisse penser, la formation existait au PSG. On a bien travaillé, il y avait des hommes de terrain novateurs en termes de formation, tels que Gérard Houllier, Erick Mombaerts, Paul Jurilli ou Gérard Banide; aux philosophies de jeu bien précises. Et à leur contact, j'ai pu acquérir beaucoup d'expérience au niveau de la formation et de l’entraînement.

Le départ de Sakho, c'est un nouveau désaveu pour la politique de formation du PSG ?
C'est difficile pour un joueur international d'être sur le banc, surtout au cours de l’année qui précède une Coupe du monde et notamment au Brésil. Dommage qu'un vrai Parisien ne puisse pas continuer sa carrière au club, mais quand on est un jeune joueur, il n'y a pas de secret : il faut jouer. Il fallait qu'il parte pour garder son potentiel. Aujourd'hui, un jeune qui sort du centre doit tenter de concurrencer le gros recrutement effectué par les dirigeants et doit réussir à s'adapter à cette nouvelle pression autour de l'équipe. C’est paradoxal car le PSG, pour devenir un grand club européen, se doit d’avoir une politique de recrutement agressive et attractive comme aujourd’hui même si cela implique de perdre un petit peu de son âme. Au niveau des espoirs d'aujourd'hui, Rabiot a le talent et le potentiel pour réussir. Mais seulement si l’on continue à lui faire confiance et qu’il gagne en temps de jeu...

Après le centre de formation du PSG, vous avez quitté la capitale pour les Émirats. Pourquoi et comment ?
Pendant des années, les jeunes du Paris Saint-Germain étaient invités à un tournoi international à Abu Dhabi, tournoi qui regroupait les équipes des meilleurs clubs européens et africains. Et lorsque l'on réussit de bonnes performances là-bas, on est forcément sollicité par les dirigeants locaux, les cheikhs et les présidents de clubs, pour y former leurs jeunes. Quand j'étais sous contrat, je n'ai jamais cédé à la « tentation » malgré les sommes proposées. Après que nous ayons perdu la finale de la Gambardella aux tirs au but face à Saint-Étienne - un souvenir qui me reste en travers de ma gorge - j’ai poursuivi au club avant de saisir, en juin 1999, l’opportunité qui m’était offerte de rejoindre l’équipe d’Al Wahda (Abu Dhabi, ndlr). Je l'ai saisie parce que je connaissais la culture du pays et ses us et coutumes, les infrastructures de qualité mises à ma disposition et le groupe de jeunes talents qui évoluaient puisque j’avais pu les observer au travers de nos confrontations. Le challenge sportif était motivant puisque je devais de former les meilleurs afin qu’ils intègrent l’équipe pro dans les deux ans.

Ça reste un bon souvenir ?
Absolument ! J'y suis resté quatre ans. J’y ai laissé des amis émiratis. Je suis quelqu'un qui a toujours eu besoin de contacts avec les différentes directions que j'ai connues. Les présidents Borelli et Denisot au PSG et les Princes aux Émirats. Et par la suite le président Roger Ouegnin à l’ASEC Mimosas. Au fil du temps, ma famille et moi avons intégré le milieu familial et culturel de mes responsables et amis Émiratis. Ce qui est loin d'être le cas pour tous les expatriés... Ils ont une culture ancestrale qui leur est propre et qu’ils conservent au fil des années. J'ai toujours pensé par rapport à ma profession, à ma culture d'entraîneur européen, mais aussi vis-à-vis de la culture du pays où je vivais et de garder le « Act Local but Think Global » comme ligne de conduite.

Vous y étiez lors du 11 septembre, vous n'avez pas perçu un changement de comportement ?
Non, pas vraiment de gros changement. Bien que les Émirats étaient une force d'appoint dans le soutien logistique lors de l'invasion de l'Afghanistan. En tant que Français, je n'ai pas eu le moindre souci ou perçu la moindre agressivité à mon encontre. Sans doute du fait que je bossais qu'avec des Émiratis et non avec des expatriés mais plus encore par les bonnes relations qu’entretiennent les Émirats avec la France depuis la création des Émirats arabes unis par son président Cheikh Zayed.

« Dans ce genre de situations, on sait que cela peut péter à tout instant »

Cette stratégie « culture locale + expérience occidentale » , vous l'avez également utilisé avec succès en Côte d'Ivoire, si l'on en croit votre palmarès (triple vainqueur du championnat de Côte d’Ivoire et de la Coupe Nationale, demi-finaliste de la Ligue des champions africaine, ndlr) ?
En Côte d'Ivoire, on a réalisé un grand parcours, une grande aventure professionnelle. J'ai quitté la sélection des Émirats espoirs, la Coupe du monde des moins de 20 ans ayant été reportée, et on m'a proposé le poste d'entraîneur de l'équipe professionnelle de l'Asec Mimosas. Mon vécu en tant qu’entraîneur-formateur et toute l’expérience acquise au contact de grands entraîneurs (et plus particulièrement Gérard Banide qui m’a imprégné sa philosophie de jeu, de travail et son sens de l’humain) m’ont permis de faire face à mes responsabilités d’entraîneur principal. À l’Asec Mimosas, j’ai bénéficié de l’infrastructure d’un centre d’entraînement digne des grands clubs européens. Je n'ai pas pu atteindre le but ultime qui est de remporter cette LDC africaine (élimination en demi contre le club égyptien d’Al Ahly en 2006, ndlr), mais ça reste quelque chose de très fort...

Souvent, les entraîneurs expatriés ne font pas forcément reconnus à leur juste valeur...
Un entraîneur professionnel qui est à la tête d'un club africain a les mêmes challenges qu'un entraîneur européen. Il doit gagner le championnat local, participer à la Ligue des champions de ce continent avec les désagréments que ça peut apporter comme de longs déplacements au travers de l’Afrique et des reports de matchs de championnat. La pression est la même, les supporters sont aussi, voire plus, exigeants que leurs homologues européens. C'est la stabilité qui fait le succès du club, en Afrique comme en Europe. Heureusement, il y a des présidents forts qui soutiennent leurs coachs... Parfois, les entraîneurs expatriés peuvent être sous-estimés. Alors que c’est le challenge sportif qui domine, pas le financier. Du moins la plupart du temps. Certains réfléchissent à partir, ils ont peur du nouveau. Personnellement, je suis né à Madagascar et ai vécu au Sénégal à l’âge de 7 ans. C'est quelque chose qui est en moi. Mais quand on part, il faut prendre ses responsabilités. Et sur le plan affectif, ça peut-être très difficile...

À propos de moments difficiles, vous avez dû en connaître en Côte d'Ivoire, non ?
Lorsque l’armée française a détruit l'aviation ivoirienne en novembre 2004, il y a eu des répercussions sur les expatriés avec des manifestations anti-françaises. À ce moment, le championnat se terminait tout juste et je suis parti le mercredi, juste au moment où ça s’est aggravé. La situation stabilisée, je suis revenu pour préparer la saison 2005 sachant que les matchs se déroulaient pour la plupart à Abidjan où à la limite de la zone nord.

Il y a eu des séquelles par la suite ?
Naturellement, il y avait des tensions. Je n’étais pas coupé de ce qu'il se passait vraiment dans le pays. Le football permettait d’échapper aux problèmes politiques et tensions du quotidien avec le souci majeur du président Roger Ouegnin de ne pas nous mettre en danger. Du fait de mon statut d’entraîneur principal et de l’investissement de tous les jours au service du club, ma vie était facilitée comparativement aux autres expatriés. Nous organisions des matchs amicaux et détections dans les différents quartiers, nous rencontrions des éducateurs de centre de formation de quartiers pour poursuivre notre mission d’éducateur ou partager la vie de nos joueurs dans leur famille. Donc il y avait une sorte de « protection naturelle » , toujours sous la vigilance du président. Mais dans ce genre de situations, on sait que cela peut péter à n'importe quel instant. Il faut faire attention, prendre des précautions dans ta vie de tous les jours.

Et après, vous avez enchaîné avec la Tunisie... Et le printemps arabe !
J'avais déjà été contacté par l’Espérance de Tunis lorsque j’étais sous contrat avec l'ASEC Mimosas. Mais une fois arrivé, ce projet sportif a été stoppé net suite à la révolution du 14 janvier 2011 et le printemps arabe... Il n'y avait plus de matchs, plus de sponsors, ni de recettes. C'était donc compliqué pour la direction de subvenir aux besoins du club et de payer les salaires. J'ai tenté de faire le tampon entre la direction et les joueurs, afin de sauver l’essentiel au niveau humain, de maintenir une certaine ligne sportive malgré les événements. Je poussais les joueurs à venir au stade et ils décidaient le jour même en AG s'ils s'entraînaient ou pas. Après deux mois, le championnat a pu reprendre. On a réussi à se maintenir, à se hisser en demi-finale de la Coupe Nationale malgré les grandes difficultés rencontrées.

« L'hôtel bloquait notre mini-bus »

Présent en Tunisie à ce moment, comment avez-vous vécu le printemps arabe ?
Je l'ai vécu auprès de mes joueurs et de mes amis tunisiens et avec expérience. J'ai quand même vécu six années en Côte d'Ivoire où nous avions des barrages à gérer chaque jour. Ou quand nous devions rester au centre d'entraînement et ne pas revenir dans nos maisons parce que c'était déconseillé... Cette révolution spontanée a fini comme elle a commencé. Il n'y a jamais eu réellement de danger pour moi ou pour les autres étrangers vivants en Tunisie.

Après un rapide passage en Algérie, vous avez été en Tanzanie ?
J'ai eu une proposition pour le Mouloudia, dans un contexte algérien où l'on est rapidement sur un siège éjectable, mais que j'apprécie. Beaucoup de pression, cette adrénaline, se remettre en question tout le temps... Peut-être que c'est ma destiné (rires). Malheureusement, le président en place, aujourd’hui radié à vie du football algérien, n’a jamais été en mesure d’honorer ses engagements. On avait fait une très bonne préparation, le président a vu que nous étions très pro', mais comme nous ne marchions pas dans ses « combines » , des tensions sont vite apparues entre lui et mon équipe. Des gens au club m'ont dit de laisser tomber, de partir. Le président Borelli par exemple, c'était un homme de parole. Michel Denisot aussi, des hommes qui avaient une éthique... En décembre, le Simba FC, un club tanzanien qui jouait la Ligue des champions, a remercié son entraîneur et m'a contacté. Le club venait de transférer le meilleur attaquant de l'équipe à l'Étoile du Sahel. Et ils comptaient sur cet argent pour gérer le club. Or l'Étoile du Sahel n'a jamais pu honorer ce transfert. Le Simba FC a donc commencé lui aussi à avoir des dettes, l'hôtel dans lequel j’étais a commencé par bloquer un minibus du club et ma voiture de fonction pour mettre la pression... On a tout de même terminé troisième du championnat.

Maintenant, vous en êtes où ?
J'ai arrêté en Tanzanie en juin avec beaucoup de dossiers administratifs et juridiques en suspens à régler. J'ai pu récupérer un peu depuis. Je suis entraîneur pro' depuis 2000, c'était important de faire un break, mais j'ai encore une grande envie de coacher. Je n'ai pas le DEPS, mais j'espère avoir une validation d'acquis par expérience pour obtenir la licence pro UEFA nécessaire pour certains postes aujourd’hui.

Vous avez envie de continuer votre carrière à l'étranger ou vous songez à rentrer en France ?
Les gens dans l'Hexagone ont une mauvaise image des entraîneurs avec un vécu africain. On peut même parler d'a priori... C'est bien qu'Hervé Renard soit à Sochaux, son expérience africaine lui a été profitable et il faut qu'on lui donne sa chance. Me concernant, j'ai 63 ans et aujourd'hui ça devient difficile d'entraîner. C'est un rapport de réseaux, d'agents...

Pas trop dur de concilier vie de famille et carrière d'entraîneur à l'étranger ?
Quand tu deviens entraîneur, il faut qu'il y ait une compréhension, une complémentarité avec ta famille. Par exemple quand j'étais avec les moins de 17 ans du PSG, ma femme venait régulièrement, même à l’extérieur. C'est une vie, enfin, un choix de vie. Les Émirats, j'y suis allé parce que je connaissais, mais aussi parce que je savais qu'une de mes filles, qui rentrait en sixième à cette époque, allait pouvoir suivre ses études normalement. Pour mon fils qui rentrait en terminale, c'était plus difficile, il était obligé de quitter ses copains. Mais il a, comme le reste de la famille, vécu une expérience unique, et possède maintenant une ouverture d'esprit exceptionnelle dans la société actuelle. Ils n'ont pas pu me suivre dans les autres pays, mais ils me rendaient souvent visite.

On suppose que vous avez dû les élever dans le football...
Si ma première fille est moins dedans, les deux derniers sont à fond pour le PSG. Mais plus que dans le football, ils ont davantage bénéficié du côté sportif/compétitif. Ma femme a eu un cancer il y a trois ans et avec tout ce que l'on avait vécu, la famille était soudée comme une véritable équipe... Le « meilleur » challenge…


Propos recueillis par Antoine Aubry
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



jeudi 14 décembre 450€ à gagner avec Chelsea & Leicester 1 Hier à 21:43 Ligue 2 : Les résultats de la 19e journée 2 Hier à 18:03 LE RÉCAP DE LA #SOFOOTLIGUE: BILAN DU MOIS DE NOVEMBRE 17 mercredi 13 décembre 126 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 1
Hier à 17:14 C'est officiel, le contrat liant Bielsa à Lille est rompu 23 Hier à 13:28 La LFP discute avec Facebook et Amazon au sujet des droits TV 36 Hier à 12:20 Le parti Patriota 51 dément un accord avec Ronaldinho 43 Hier à 11:15 Lucho González accusé d'avoir voulu tuer sa femme 42 Hier à 10:48 Kim Källström va mettre un terme à sa carrière 46 Hier à 09:34 La minasse d'un joueur de Cittadella sur coup franc 9 Hier à 09:03 Le plan de professionnalisation totale des arbitres repoussé 26 jeudi 14 décembre Drogba et Djorkaeff ambassadeurs de la LFP 17 jeudi 14 décembre L'arbitrage vidéo adopté en Ligue 1 95
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
jeudi 14 décembre Dans une favela, un penalty fêté par des tirs de kalash 25 jeudi 14 décembre Le but zidanesque d'un jeune du MK Dons 12 jeudi 14 décembre Les fans de Leicester chambrent Southampton au sujet de Puel 10 jeudi 14 décembre Violents affrontements entre supporters du Partizan lors du derby de Belgrade 39 jeudi 14 décembre Independiente remporte la Copa Sudamericana 17
mercredi 13 décembre 375€ à gagner avec Rennes-OM et Newcastle-Everton mercredi 13 décembre Le gros manqué d'Origi face à Leipzig 15 mardi 12 décembre Michel Mézy offre ses maillots pour sauver un club amateur 30 mardi 12 décembre Le joli loupé de Kokorin en Russie 16 mardi 12 décembre L'étrange statue indienne de Maradona 21 lundi 11 décembre 115 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions ! lundi 11 décembre Heinze retrouve un banc en Argentine 11 lundi 11 décembre Le lob du milieu de terrain de Ronaldinho lors d'un match de charité 6 lundi 11 décembre Un supporter mexicain détruit sa télé après un penalty manqué 7 lundi 11 décembre Les Tigres sacrés pour la troisième fois de suite 5 samedi 9 décembre CR7 présente son Ballon d'or au Bernabéu 7 samedi 9 décembre Denílson fait le show dans un match de gala au Brésil 5 samedi 9 décembre 427€ à gagner avec OM & Manchester United - Manchester City samedi 9 décembre Jean-Marc Furlan debriefe son match en chanson 2 samedi 9 décembre Mavinga : « Les choix d'argent pour aller dans une ville de merde, ça ne m'intéresse pas » 22 vendredi 8 décembre Le maire de New York a proclamé « Andrea Pirlo Day » le 6 décembre 2017 14 vendredi 8 décembre Les supporters du MK Dons aident Hyde United à réparer sa pelouse 7 vendredi 8 décembre Changement d'horaire pour la Premier League en 2019 16 vendredi 8 décembre Rai nouveau directeur sportif de São Paulo 3 jeudi 7 décembre Le vrai Ballon d'Or est... jeudi 7 décembre Le vrai 2e du Ballon d'Or est... jeudi 7 décembre Le vrai 3e du Ballon d’or est... jeudi 7 décembre 380€ à gagner avec Rennes & Real Madrid - FC Séville jeudi 7 décembre Un hommage à Johnny dans les stades de France 19 jeudi 7 décembre François Ruffin en maillot de foot à l'Assemblée nationale 35 jeudi 7 décembre Leonardo quitte Antalyaspor 25 jeudi 7 décembre Independiente prend une petite option sur la Sudamericana 9 mercredi 6 décembre Rami chante du Johnny en conférence de presse 11 mercredi 6 décembre 106 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 1 mercredi 6 décembre Drogba intègre la direction d'un club ivoirien 6 mercredi 6 décembre DERNIER JOUR : Un pari gratuit de 10€ + 100€ de CASH offerts chez Winamax mardi 5 décembre Un député propose de rencontrer ses électeurs autour d'un FIFA 23 mardi 5 décembre Un joueur paraguayen visé par un mandat d'arrêt international 26 mardi 5 décembre La FFF fait un don de 10 000 euros pour les Rohingyas 29 mardi 5 décembre Combien ça coûte de supporter les Bleus en Russie ? (via Brut Sport) mardi 5 décembre 619€ à gagner avec Liverpool, Séville, Porto & Shakhtar - Man City 1 lundi 4 décembre La technique infaillible de Ryan Bertrand pour gratter du temps 14 lundi 4 décembre Chapecoense retrouve la Copa Libertadores 8 dimanche 3 décembre Momo Sissoko signe au Mexique 6 dimanche 3 décembre Les Tigres encore en finale samedi 2 décembre Pascal Nouma en roue libre à la télé avant le derby d'Istanbul 9 samedi 2 décembre Un club de 8e division en 32e de Coupe de France 13 samedi 2 décembre Raquel Garrido taille la « Ligue 1 Castorama » 72 vendredi 1er décembre Tirage au sort censuré en Iran ? 35 vendredi 1er décembre Yann Lachuer nouveau coach de Créteil 7 vendredi 1er décembre Flamengo rejoint Independiente en finale de la Copa Sudamericana 3 vendredi 1er décembre Shandong Luneng : c'est fini pour Felix Magath 3 vendredi 1er décembre Seattle rejoint Toronto en finale de MLS 1 jeudi 30 novembre Bayal Sall a été forcé d'aller à l'Antwerp 19 jeudi 30 novembre 962€ à gagner avec Valence, Fiorentina & Istanbul BB 1 jeudi 30 novembre "Les synthétiques ont causé 200 cancers aux USA" (via Brut Sport) jeudi 30 novembre Hitler sur un tifo dans un derby soudanais 58 jeudi 30 novembre Un défenseur de Lanus envisage la retraite à 24 ans 34 jeudi 30 novembre Toronto est en finale de MLS 2 jeudi 30 novembre Messi et Cristiano Ronaldo dans Olive et Tom ? 42 jeudi 30 novembre Renato Sanches fait la passe à un sponsor 15 jeudi 30 novembre Jaap Stam inscrit les supporters de Reading sur la feuille de match 12 mercredi 29 novembre Un ramasseur de balle sauve un joueur en DH espagnole 13 mercredi 29 novembre Alexander Čeferin va donner 1% de son salaire à Common Goal 8 mercredi 29 novembre Villas-Boas va participer au Dakar 2018 15 mercredi 29 novembre Les horaires de la Ligue des champions changeront dès la saison prochaine 36 mercredi 29 novembre LE RÉCAP "CHAMPIONS LEAGUE" DE LA #SOFOOTLIGUE 15 mercredi 29 novembre Un guide de précaution pour les gays présents au Mondial 2018 36 mercredi 29 novembre Ce coup franc d’Ashley Young va vous rendre maboul 45 mercredi 29 novembre André Villas-Boas quitte Shanghai 29 mardi 28 novembre Un youtubeur devient sponsor maillot de Botafogo 19 mardi 28 novembre Roberto Carlos avoue que son coup franc improbable était dû au vent 58 mardi 28 novembre Mondial 2022 : Le Qatar présente le premier stade démontable 52 lundi 27 novembre Des T-shirts à l’effigie de Ratko Mladić en Serbie 62 lundi 27 novembre Géorgie : le Torpedo Koutaïssi arrache le titre au Dinamo Tbilissi 25 lundi 27 novembre 533€ à gagner avec Manchester City, Chelsea, Lyon & l'OM 1 lundi 27 novembre Le FK Željezničar peint ses ballons pour jouer dans la neige 7 lundi 27 novembre Énorme tifo lors du derby Bari-Foggia 20 lundi 27 novembre Les violences du Clásico tunisien laissent des traces 19 lundi 27 novembre Les supporters du Ponte Preta, relégué, envahissent le terrain 1 lundi 27 novembre Infantino « extrêmement ferme » contre le racisme au mondial 18 dimanche 26 novembre Quang Nam sacré champion du Viêt Nam 26 dimanche 26 novembre Un supporter file sa casquette au gardien 5 samedi 25 novembre Urawa Red Diamonds remporte la Ligue des champions asiatique 9 vendredi 24 novembre 390€ à gagner avec l'OM & la Real Sociedad vendredi 24 novembre Le tacle ridicule de Bonucci 50 vendredi 24 novembre Cantona déclare à nouveau son amour pour Pastore 67 jeudi 23 novembre OFFRE SPÉCIALE : 500€ de bonus offerts aux gros parieurs ! jeudi 23 novembre Mario Balotelli parodie Mario Kart 6 jeudi 23 novembre Le numéro 2 des ultras de Boca Juniors tué par balles 12 jeudi 23 novembre Craig Bellamy : « Le foot anglais est prêt à accepter l'homosexualité » 69 jeudi 23 novembre Steven Gerrard n'a pas une bonne mémoire, mais beaucoup de répondant 37 mercredi 22 novembre Un espion, des drones et des caméras cachées à la solde de Grêmio 9 mercredi 22 novembre Il marque un doublé, puis voit naître son enfant 21 mercredi 22 novembre 359€ à gagner avec Chelsea, Bayern & Juve - Barça mardi 21 novembre Pronostic Juve Barça : 365€ à gagner sur l'affiche de C1 ! 2 mardi 21 novembre Le capitaine de l'Atalanta reçoit un disque d’or 15 mardi 21 novembre Vincent Labrune veut lancer une nuit du football 35 mardi 21 novembre Tavecchio accusé de harcèlement sexuel 45 mardi 21 novembre Mexique : un assassinat lié au procès FIFA 19 lundi 20 novembre Galway United : vingt matchs en vingt-quatre heures 4 lundi 20 novembre Des associations d'ultras français s'unissent pour leur liberté 21 lundi 20 novembre Une pancarte « Wenger Out » lors d'une manifestation au Zimbabwe 27 lundi 20 novembre Il marque et adresse un doigt d'honneur à son coéquipier 15 lundi 20 novembre Ce but marqué en D8 anglaise va vous émouvoir 33 lundi 20 novembre Le merveilleux csc de Fankaty Dabo 16 dimanche 19 novembre Un supporter s'installe en tribune avec son scooter à Crotone 15 dimanche 19 novembre Le carton rouge complètement idiot de German Lux 18 dimanche 19 novembre Italie : « Ancelotti, Conte, Allegri, Ranieri et Mancini » ciblés par Tavecchio 29 dimanche 19 novembre Tapie : « C'est la plus belle cure de chimiothérapie » 9 dimanche 19 novembre Le raté de l'année signé Neal Maupay 13 samedi 18 novembre Orlando City donne 280 000 euros pour les victimes de l’ouragan Maria samedi 18 novembre Chris Coleman, du pays de Galles à Sunderland 3