Licha posé

Alors que Lyon est en pleine prise de tête, Lisandro López se la coule douce, à la maison, au Racing Club, où il se paye une fin de carrière posée et bien méritée. Foot avec modération, pêche, maté et amour réciproque. La belle vie quoi.

Modififié
3k 37
C'était le 21 février dernier, lors du Clásico d'Avellaneda. Leandro Fernández croit avoir fait le plus dur en ouvrant le score à la 85e pour Independiente. Mais non. Lisandro López, entré à l'heure de jeu à la place de Diego Milito, en a décidé autrement. Sur un centre un peu mou, piqué et flottant, il prépare son geste, dos au but. Un petit recul et le ciseau est parti. Poteau, but, le gardien ne bouge pas. Index sur la tempe, il court dans tous les sens et finit par se jeter à terre, avec un sourire qui en dit beaucoup : « Je n'ai pas l'habitude de mettre de beaux buts. Dans ma carrière, je les compte sur les doigts d'une main. Mais celui-là avait une saveur particulière parce que je l'ai mis en toute fin de match, que ça nous a permis de faire match nul, mais aussi parce que c'était contre Independiente. » Bref, beaucoup d'amour et pas grand-chose qui va de travers. Et ce, depuis presque un an.

Li100dro


Pourtant, tout n'était pas gagné à la base. Même s'il clame ce mois-ci au Gráfico, maté en main, qu'il a toujours cherché à revenir, l'opération s'est réalisé plus tard que prévu : « Quand je suis parti, je n'ai jamais arrêté de penser au Racing. Toujours, toujours, toujours. À partir du moment où je suis parti, j'ai continué à suivre les matchs, les actualités, tout ça. J'ai suivi les barrages contre Belgrano en 2008, le pire. Jusqu'au titre en 2014, le meilleur. J'ai toujours eu envie de revenir. Ma dernière année en France, j'ai demandé au président de l'OL le prix de mon transfert pour pouvoir le dire à Raton Ayala, le manager du Racing. Mais ça ne s'est pas fait finalement. Je n'en parlais pas, mais avant le Qatar, je cherchais déjà à revenir. »

Et forcément, son retour en 2016, la trentaine bien tassée, laissait perplexe pas mal de monde. Dont Licha lui-même, qui avoue aujourd'hui ne plus être en pleine possession de ses moyens : « En Europe, je me sentais plus rapide, plus fort. Je ne pouvais que monter en puissance, ce que j'ai fait. Aujourd'hui, je me sens bien, mais d'une autre manière : moins foufou qu'à cette époque, mais je comprends mieux le jeu, tout en courant moins. Je vois mieux les choses quand je reçois la balle. Avec toutes les douleurs nouvelles dues à l'âge, si je continue de jouer, c'est grâce à ma tête. C'est là où je me sens meilleur aujourd'hui. » D'ailleurs quand on commence à fêter tes cent matchs (le 19 octobre dernier) avec un club, c'est plus souvent le signe d'une fin d'histoire que du début.

Maison de retraite


Mais voilà, aujourd'hui, il est épanoui. Il a retrouvé son Rafael Obligado natal : « C'est un petit village, huit cents habitants à tout casser. La vie y est vraiment tranquille. Beaucoup de paix, beaucoup de sieste. C'est là qu'il y a ma famille, mes amis et les meilleurs spots de pêche. » Il bénéficie d'entraînements aménagés dus à son âge avancé. Il se fait aussi des bouffes avec les hinchas du Racing : « Je me considère comme un être humain, égal aux autres en tous points, ni plus ni moins. À cette réunions de supporters, ça me paraissait donc normal d'être au milieu de tout le monde. »


Et ça, c'est en grande partie parce que, même s'il ne marque pas beaucoup et qu'il ne court plus autant qu'avant, son rendement sur le terrain est non négligeable. La preuve encore une fois ce week-end contre Newell's. C'est bien le nom de Gustavo Bou que l'on voit sur le tableau d'affichage, mais c'est avant tout l'expérience et la ruse de Licha que l'on retient de ce match. Pour les observateurs avisés, c'est bien grâce à ses prises d'espace et de décision (et un peu à l'arbitre qui a refusé et accepté des buts litigieux) que le Racing s'est sorti d'une mauvaise passe à domicile.



Par Ugo Bocchi Tous propos tirés du Gráfico et de Olé
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Le mental a quand meme toujours ete la principale qualite de Lisandro. A Lyon il etait tres bon avec ses pieds, mais quand il tirait l'equipe vers le haut c'est surtout avec sa grinta (cf son speech avant le retour contre le Real).
pitain, j'te déteste...
1 réponse à ce commentaire.
Quenelle à la Sardine Niveau : Loisir
Emile Louis Saha, viens donc te recueillir avec moi sur ce qui reste du lisandrisme. Bsahtek l'article, Ugo Bocchi.
Si c'etait Dortmund en face, c'etait pied trop haut, jeu dangereux et but annulé...
Ce mec est la classe incarnée... Quand je pense qu'on l'a sacrifié au profit de Gomis ça me fout encore les boules aujourd'hui!
Pareil, la lente dégénérescence du club date de ce choix.

Ma dernière idole a Gerland.
On essaye de nous faire bouffer de la daube (low cost) depuis.

Somos Olympicos del Lisandrismo.
20thcentury Niveau : DHR
Pareil pour moi, le dernier joueur que j'ai adoré voir jouer.
Ca va etre répétitif mais c'est pareil pour moi c'est le dernier joueur qu'on a vu afficher un niveau et un mental de champion, Remi Garde l'a décalé sur le côté gauche alors qu'il aurait pu apporter dans l'axe pendant un ou deux ans encore je pense, c'était dommage
ThomasDandy Niveau : Ligue 2
 //  04:56  //  Amoureux de Lyon
Et le pire c'est qu'il a jamais fait chier le monde parce qu'il était replacé alors qu'on savait qu'il préférait jouer dans l'axe !
4 réponses à ce commentaire.
Note : 1
Oh Licha, que tu es humble.

Dire que tu n'as pas marqué beaucoup de beaux buts dans ta carrière ?

Et ta feinte de frappe sur ce centre en retrait pour mieux éliminer le défenseur d'Anderlecht et mieux ajuster le gardien belge ?
Et ce ballon piqué du gauche dans un angle impossible pour calmer Mandanda le soir d'un 5-5 homérique ?
Et cette frappe de 30 mètres contre un Landreau mille fois dépassé par ton talent à la fin d'un match où l'OL ne méritait rien d'autre que la défaite ?
Et ce bout du pied rageur au bout de la nuit lyonnaise pour éteindre Reina et Liverpool ?

Des beaux buts, tu en as marqué. Et je dirais même que ce charisme unique rendait chacune de tes prises de balle poétique. Que le plus petit ballon poussé au fond de cages vides résonnait en moi comme une envolée mystique de Jean Sibelius.

Putain, que je t'aime
Licha, je t'aime autant...

Putain, que faire de ce désir de jeu et de classe aujourd'hui ?
1 réponse à ce commentaire.
Note : 1
Lisandro est parti usé de l'OL. La preuve, l'article en parle comme un quadragénaire en fin de vie.

Je me dis parfois que l'OL ne méritait pas un tel joyau, une telle joie yo, car elle n'a su que le trimballer négligemment à tous les postes de l'attaque.

Au lieu de tout organiser autour d'un gars qui avait le talent et le cerveau pour tenir le club, l'OL à préféré lui faire jouer les bouche trous du fait de son intelligence tactique supérieure (il ferait un super entraîneur, j'en suis certain).
ThomasDandy Niveau : Ligue 2
 //  18:09  //  Amoureux de Lyon
Il aurait pu être aussi légendaire que Juni mais comme tu le dis, on ne peut s'empêcher de penser qu'il y a eu un mauvais traitement quelque part.
Et le pire, c'est qu'il ne s'est jamais vraiment plaint..
2 réponses à ce commentaire.
Licha... C'était à l'ol ce que l'aspirine est à la gueule de bois. Ces années étaient dures mais grâce à Licha on a quand même pris du bon temps...
Marc Aubanel Niveau : Loisir
Comme quoi l'homosexualité dans le football ne devrait plus être un tabou... Le couple Griezmann/Pogba peut sortir du placard. Licha le dernier grand joueur de Lyon.
M'étant toujours contenté de lire les commentaires sans ressentir le besoin d'y ajouter ma contribution, cet article me force à franchir le pas, puisque Lisandro sera à jamais mon joueur favori.

Son passage à Lyon est à la fois ma plus grande joie footballistique mais aussi ma plus grande frustration. Car l'OL ne méritait pas un tel joueur. Bien qu'il était le favori d'Aulas, Puel et Garde n'ont jamais juger bon de construire autour de lui mais pire, de le faire évoluer à son poste. Au delà des préparations physiques de Puel qui l'ont miné (jamais blessé à Porto, 3 fois par an avec Lyon...), il a tjrs dû se taire (sauf la dernière année, quand il n'en avait plus les capacités) et apporter à l'équipe ce qu'il pouvait sur son aile gauche (1 but tous les 2 matchs, très fort), pendant qu'on lui privilégiait gromis, joueur honnête mais juste bon en plan B par rapport aux ambitions lyonnaises de l'époque, et pourtant...

Je me rappelle du Lyon-Liverpool où l'équipe est inoffensive jusqu'à la 70ème. Intervient alors le remplacement de gromis et le repositionnement dans l'axe de Licha et s'en suit un changement radical dans l'animation qui se conclue par l'égalisation pleine de touchée et de hargne de mon champion (jamais vu un autre joueur pouvant aussi bien rassembler ces deux adjectifs pourtant opposés).

Je vais m'arrêter là mais je pourrais écrire le quintuple.

Lyon a tué Lisandro. Et pourtant personne n'oubliera le passage de Licha à Lyon, bien trop court, mais à cause d'incapables, il ne pouvait pas aller plus loin.

Sinon, Algiers a parfaitement résumé ce que je ressens pour lui, moi qui pensait être le seul à lui vouer un culte haha
Ah, je ne suis pas du genre à idolatrer mais Licha.... Je l aime
sandro l'obèse Niveau : Ligue 1
Non t'étais pas le seul. Mon pseudo y a trouvé ses origines.
ThomasDandy Niveau : Ligue 2
 //  18:05  //  Amoureux de Lyon
Pareil !
Il a tout donné pourtant.
Un des plus grands joueurs qui soient passés par Lyon.
3 réponses à ce commentaire.
ThomasDandy Niveau : Ligue 2
 //  18:03  //  Amoureux de Lyon
Roh ça fait tellement plaisir d'avoir des nouvelles de Licha bon sang !!!
Merci pour cet article, trop de love en moi là !!!
Note : 2
Je t'ai mis un "-1" sans faire exprès. Si ça pouvait être corrigé par une âme charitable !

Lisandro me fait le même effet, quand j'y repense, que celui que je ressentais lorsque je lisais des livres sur les exploits de Pelé ou Tostao.
Un des rares joueurs dont je pourrais parler au coin du feu pendant des heures.
Note : 1
Et la malédiction continue !
Toujours ce brave défenseur de Benfica pour venir accompagner les articles parlant du génial Licha
2 réponses à ce commentaire.
Premier match contre Le Mans, première fois décisif pour arracher le nul, sur coup franc, 2-2. Il avait tout compris.

Je vais rien rajouter sur lui, vous avez déjà tout dit.

Je repense à cet été, au moment ou Lisandro encourage Martinez à venir à Lyon, et où tous les signaux sont au vert. On se dit qu'on va enfin avoir un attaquant puissant et hargneux, un profil de battant qui pourra insuffler à l'équipe une confiance mentale qu'elle a tendance à perdre dans l'adversité. Un putain de Lisandro.

On veut pas mettre 8 millions sur un international colombien prometteur mais 5 millions pour Mateta ça passe?

Faut pas chercher plus loin pour comprendre à quel point c'était mal vu cher JMA, nous tendre un verre de ce côte rôtie qu'on a tant apprécié et le vider par terre, sous nos yeux humides.
Ce qui était triste à la fin, c'est que ces buts étaient fêtés avec une retenue qui confinait parfois à la tristesse nostalgique qu'on ressent quand la fin de quelque chose qu'on aimait arrive.

Ces "joies" contrastaient tellement avec ses festivités parfois enfantines parfois hargneuses dont on avait pris l'habitude avec lui.
ThomasDandy Niveau : Ligue 2
 //  04:33  //  Amoureux de Lyon
C'est vrai ce que tu dis, d'ailleurs quand j'ai vu ses célébrations de but au Racing, tu sens le mec heureux, alors qu'à la fin à Lyon et pire après au Qatar il avait l'air bien tristoune.
2 réponses à ce commentaire.
Un truc dont je me rappelerais toujours à propos de Licha :
C'etait un match de l'OL contre je ne sais quelle equipe et pjanic se bat sur un ballon. Le ballon sort finalement pour un 6 metres et le jour adverse met une petite balayette ou joue violent avec Pjanic pour rien.
Du coup Pjanic tombe et la tu vois Lisandro courir pousser le joueur adverse pour proteger Pjanic.
Ah lala.. Une vraie légende ce mec..
Limitless10 Niveau : CFA2
Ça fait des années que j'avais pas commenté un article sofoot, mais j'ai le coeur qui se soulève en pensant à licha. Aucun autre joueur lyonnais (peut etre Juninho?)n'a laissé une telle empreinte dans le coeur des supporters lyonnais ces 15 dernières années...
ThomasDandy Niveau : Ligue 2
 //  04:53  //  Amoureux de Lyon
Oui, je pense qu'on peut accorder ça à Juni quand même ou à Sonny qui était très aimé à l'époque mais est resté peu de temps à l'OL finalement.
1 réponse à ce commentaire.
Lisandro Le Pez Niveau : CFA
Quelle joie l'onanisme tous ensemble sur notre idole incontestée !
Moutardinho Niveau : Loisir
C'est quand même dommage de mettre une vidéo de son retourné à la dernière minute d'un clasico décisif contre Independiente... avec des commentaires en anglais!
Moutardinho Niveau : Loisir
C'est quand même dommage de mettre une vidéo de son retourné à la dernière minute d'un clasico décisif... avec des commentaires en anglais!
Lisandro et Lucho...
les voir jouer ensemble, quel régal..
les voir partir ensemble, quelle tristesse....

Mes plus grands regrets... auxquels on pourra ajouter un Jardel, un Deco ou un Quaresma...
A l'OL Coupet a apporté le fair play, Juninho a apporté la classe et Licha, les couilles. Malheureusement pour ce club, il était le seul.
Mais Licha je t'aime!!!
Rarement vu un joueur combiner à ce point grâce et détermination, il a sauvé pas mal d'années lyonnaises et la chianlit de l'époque Puel.
C'est toute la tragédie de Lyon, les années où on avait une putain d'équipe on avait pas d'avant-centre et les années où on avait des putains d'avant-centre (la benz et licha) on avait plus ces équipes..
Quelle tristesse de l'avoir laissé partir, comme pour junhi, lyon n a pas su garder ses grands joueurs pour prendre le temps de former la jeune(Rémi)garde à un certain état d'esprit...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
3k 37