1. // Copa Libertadores
  2. // 4ème journée

Libertadores : Peñarol éliminé, Fluminese déjà qualifié

La quatrième journée de Copa Libertadores a débuté il y a dix jours et a pris fin jeudi soir. Principal enseignement : Peñarol, finaliste de la dernière édition, est déjà éliminé, tandis que les clubs brésiliens posent leur patte sur l'épreuve.

Modififié
0 3
Une victoire à l'uruguayenne. Voilà comment la presse chilienne a célébré le succès de dernière minute de la U sur Peñarol (2-1). Un succès qui élimine le finaliste de la dernière édition, piteux dernier de son groupe avec un petit point au compteur. Sur le terrain des universitaires de Santiago, Marcelo Zalayeta et cie se devaient de ramener une victoire pour conserver une infime chance de qualification. Un succès qu'ils furent bien près d'arracher, à l'uruguayenne, dans les derniers instants de la rencontre. Mais au bout des arrêts de jeu, c'est finalement, Matias Rodriguez, ex Boca et … Nacional, le grand ennemi du Peñarol, qui faisait exploser le stade. Comme la tradition l'oblige, l'élimination des Aurinegros a débouché sur une longue échauffourée.

La semaine fut définitivement noire pour le quintuple vainqueur de l'épreuve, car, dans le même temps, le Nacional s'est maintenu dans la course aux huitièmes de finale en dominant l'Alianza Lima (1-0). Dans un match terne, l'entrée de Recoba à la 53e minute a éclairé le jeu des Tricolores. C'est un but de l'ex fantôme du Milan AC, Tabaré Viudez, en pleine résurrection en terre charrua, qui a donné la victoire aux hommes de Marcelo Gallardo. Le dernier club uruguayen en lice, le Defensor, a, lui, maintenu ses chances de qualification en dominant les Chivas (1-0). Le club de l'ex Rennais, Andrès Fleurquin, a bénéficié d'une immense erreur d'appréciation de l'arbitre, qui a expulsé en première période un défenseur des Chivas pour un prétendu coup de coude à l'impact parfaitement simulé par Brahian Aleman. Dans le denier quart d'heure, Nicolas Oliveira, ex de l'Atlas Guadalajara, l'ennemi local des Chivas, a inscrit le seul but de la rencontre. Le Defensor pointe à la deuxième place d'un groupe 7 toujours totalement ouvert et dominé par le Vélez Sarsfield, victorieux du Deportivo Quito (1-0).

Fluminese au top, Flamengo proche du flop

Un constat flagrant, à la lecture des tableaux : le Brésil écrase, tout du moins, domine, la phase de groupe, fort de son talent et de son nouveau pouvoir économique. A l'exception du vilain petit canard rouge et noir de Flamengo, les représentants auriverdes squattent les places de leader. Il y a bien aussi l'Internacional, qui traîne à la deuxième place du groupe 1, mais le leader se nomme Santos… Sous une pluie torrentielle, le tenant du titre a facilement dominé Juan Aurich (2-0). Neymar a inscrit le but du break. L'Internacional a, quant à lui, arraché un match nul à la 88e minute chez les Boliviens de The Strongest (1-1), grâce à Gilberto. Après un raté à potentiel comique (cf vidéo) l'attaquant a fini par faire taire les supporters locaux. Les Boliviens totalisent sept points et ne sont devancés qu'à la différence de buts par le club de Porto Alegre.

The Strongest – Internacional 1-1


Brésil toujours, Fluminese fait figure de premier qualifié pour les huitièmes de finale. Dans le groupe 4, Fred et consorts ont réalisé pour le moment un sans faute, qui les placent cinq longueurs devant Boca Juniors, leur dauphin. Jeudi, Fluminese a clôt la quatrième journée de la Copa en dominant les Vénézuéliens de Zamora (0-1). Un superbe coup-franc de Rafael Sobis, l'ex intermittent du spectacle du Bétis Séville, a donné la victoire aux colorados. Devant le but, Fred s'est, pour sa part, montré aussi maladroit que malchanceux. Plutôt Pierre Richard que Francis Perrin sur ce coup-là. Un peu plus tôt, Boca avait dominé ses compatriotes de l'Arsenal Sarandi (2-0).

Moins souverain que Corinthians, Vasco de Gama domine néanmoins sa poule. Juninho et consorts n'ont pas manqué leur rendez-vous capital face à Libertad (2-0). Une victoire qui leur permet de passer devant les Paraguayens. Dans le groupe 6, c'est Corinthians qui mène la danse. Le champion du Brésil en titre a logiquement dominé les Mexicains de Cruz Azul (1-0), leur principal rival. En revanche, le Flamengo de Ronaldinho va devoir se secouer la couenne pour atteindre les huitièmes de finale. Après leur défaite face à un Olimpia réaliste (3-2), le représentant de Rio de Janeiro occupe une inconfortable troisième place, à deux points de Lanus, le leader, vainqueur de Emelec (0-2), en Equateur. La cinquième journée de Libertadores débute dès mardi prochain.

Olimpia-Flamengo (3-2)




Par Thomas Goubin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Intéressant ce résumé de la Libertadores...à part que Flamengo est un club carioca et non "le représentant de Sao Paulo" ! Y en a qui sortiraient les guns pour moins que ça :))
et il y a des groupes sans équipes brésiliennes.
n’empêche que l'UEFA devraient s'inspirer de certaines règles de la libertadores.
comme le champion qui peut se retrouver dans une poule avec d'autres équipes de son pays par ex.
Je me trompe peut être mais les Colorados sont ceux de l'Internacional non?
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 3