1. // Copa Libertadores

Libertadores : Neymar, Riquelme, et … Perea

Étalés sur deux semaines, les huitièmes de finale aller de Libertadores ont pris fin jeudi soir. Boca et Santos vont devoir s'échiner au retour. Ballottage favorable pour le Libertad de Jorge Burruchaga.

Modififié
0 5
L'histoire tient désormais du marronnier. Les favoris brésiliens ou argentins asphyxiés par l'altitude de La Paz. A plus de 3600 mètres au-dessus du niveau de la mer, Santos se trouvait trop loin de la chaleur humide des rives de l'Atlantique, son élément naturel, pour faire bonne figure. Victime d'un jet de projectile qui l'a laissé à terre plusieurs minutes, Neymar s'est fait voler la vedette par le prodige du Club Bolivar, Jhasmani Campos, 23 ans. Auteur d'un but ressemblant à une action au ralenti de Messi il y a quelques semaines, le joueur le mieux payé du pays andin a, cette fois, inscrit un doublé sur coup-franc. Le but de Santos a, lui aussi, été consécutif à un coup-franc bien frappé par Elano, avec un Maranhao à l'affut pour la mettre au fond. Après l'agression dont a été victime Neymar, le retour à Santos s'annonce particulièrement bouillant. 


Bolivar-Santos (2-1)

Youtube


Boca sur le fil

La scène tient de la carte postale. La Bombonera, ses papelitos, ses feux d'artifice, et Juan Roman Riquelme. Face aux Chiliens de l'Union Española, l'éternel Droopy argentin a encore montré la voie. Pour ouvrir le score, Riquelme a surtout bénéficié d'une superbe remise de Dario Cvitanich, le meilleur Xeneize mercredi soir, après avoir totalement manqué sa première frappe. Au terme de la rencontre, Riquelme a félicité les Chiliens pour n'avoir jamais fermé le jeu. De belles intentions récompensées par une égalisation qui noircissait salement le futur de Boca en Libertadores. Mais lors de la minute uruguayenne, la 91e, le celeste Santiago Silva claquait une tête de taureau pour faire exploser la Bombonera. Au retour, un petit 1-0 suffit à l'Union Española, quatrième de son championnat, pour éliminer le mythe argentin.

Les buts de Boca
Youtube

Perea, de la Gironde au Mexique

Les Bordelais se souviennent de son faciès de tortue caribéenne, et de ses courses tête dans le guidon. Le Colombien Edixon Perea évolue à présent à Cruz Azul, le dernier survivant mexicain de la compétition. Face au Club Libertad, entraîné par un autre ex de la L1 un brin plus classe, l'on parle de Jorge Burruchaga, Perea a contribué à l'ouverture du score d'une tête déviée par Orozco dans les filets paraguayens. Le match a été marqué par le choc spectaculaire entre le genou d'un attaquant du Libertad et la tête du gardien mexicain, Jesus Corona. Son remplaçant s'est fendu d'une sortie avec buée dans le pare-brise qui a permis aux Paraguayens d'arracher un nul très heureux (1-1).

Cruz Azul – Libertad (1-1)
Youtube

La Libertadores plutôt que l'Hexagoal

D'autres anciens de L1 peuplent ces huitièmes de finale de Libertadores. Fred, par exemple, dont le Fluminense a arraché un bon match nul (0-0) sur la pelouse de l'Internacional. Effet de mode ou nouvelle tendance émergente, un pénalty a été manqué par Datolo. Un même échec qu'a dû déplorer le Vélez Sarsfield sur la pelouse de l'Atletico Nacional. Mais les Argentins sont tout de même repartis de Medellin avec une victoire précieuse (0-1). Pour revenir aux ex-prétendants de l'Hexagoal, le Vasco de Gama de Juninho s'est imposé devant le Lanus (2-1). Un score loin de constituer un bouclier convaincant avant de se déplacer en Argentine. Ballotage très favorable, en revanche, pour le Corinthians, auteur d'un match nul et vierge sur le terrain d'Emelec, en ayant joué à dix plus d'une demi-heure. Enfin, jeudi soir, la phase aller des huitièmes s'est bouclée sur une correction infligée par le Deportivo Quito à la U de Chile (4-1). Du haut de leur Copa Sudamerica remportée l'an dernier, et de leur belle phase de groupes, les universitaires faisaient pourtant figure de sérieux outsiders.

Le golazo des huitièmes (Diego Souza – Vasco de Gama)
Youtube



Par Thomas Goubin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Strangio Nirta Niveau : District
Je rêve de voir Boca Juniors remporter sa 7e Copa Libertadores comme en 2007 contre Gremio avec un énorme RIQUELME, cette saison une finale contre Santos avec les 2 légendes dans les tribunes me ferait plaisir mais c'est encore loin, le niveau est homogène, Corinthians ou Velez sont dangereux... J'étais étonné de voir la U se prendre un 4-1 à Quito.
Note : -1
Merci a toi Thomas Goubin pour ce récapitulatif !
j'ai regarder le match contre les Chilenos aussi tard qu'il etait et j'avoue avoir etait surprit par le niveau de cette équipe qui pratique un bon futbol .
Si au retour l'équipe ce sort par le doigt du c. il pourrait y avoir une grande désillusion pour ce retour en Libertadores , car ce match etait mauvais !
Falcioni en est conscient et mettra l'équipe B dimanche contre Rafaela !
au prochain tour ca pourrait etre Flu a nouveau comme en poule ou Inter , DALE BOOOOOO !!!!
Quelle surprise de voir la U, favori de la competition, se faire retourner a Quito.

Je pense que leur victoire 5-0 contre le Colo ce weekend et leur 3eme place au classement mondial des clubs, ajoutés aux eloges qu'ils recoivent depuis des mois, ont fait qu'ils se sont vu bien trop beaux.

Gagner 3-0 a Santiago va etre vraiment tres difficile, surtout face a une equipe de Liga Quito qui est une des plus regulieres ces dernieres annees au niveau continental . Ce retour permettra en tout cas de voir si les chunchos sont reellement l'equipe invincible qu'ils pensaient etre.
Note : -1
Faut dire que la vie sans Vargas est plus dure aussi pour la U !
je savais pas qu'ils avaient éclater Colo Colo 5-0 autant pour moi
EDI PEREA!
il a fait que des bouts de match a Bordeaux, un incompris sous l aire ricardo
il avait cartonner au gremio entre temps!!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 5