1. //
  2. // Bayer Leverkusen/Villarreal (2-3)

Leverkusen prend l'eau

Le Bayer a joué au football devant, le Bayer a été fébrile derrière, le Bayer a encore perdu un match pourtant à sa portée. Torpillés sans pitié par le sous-marin jaune de Villarreal, les joueurs de Jupp Heynckes s'inclinent 3-2 à domicile et ont presque dit Tchüss à l'Europa League.

Modififié
0 0
A Leverkusen, on n'aime pas tout ce qui est jaune. En janvier dernier, les Jaune (et Noir, un peu, aussi) du Borussia Dortmund étaient venus fesser la bande à Heynckes 3-1. Ce soir, ça n'a pas raté. Les Jaunes de la grande banlieue de Valence sont allés s'imposer dans la banlieue de Cologne. Les joueurs du Bayer ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes. Dominer n'est pas gagner et en huitièmes de finale de Coupe d'Europe, on paye cash les fébrilités défensives.

Certes, Manuel Friedrich, le patron de la défense allemande, est absent (fracture de l'omoplate), et certes, Michael Ballack est exclu du groupe pour une altercation avec Jupp Heynckes. Mais Leverkusen tourne bien en ce moment. Sur ses six derniers matchs, le Bayer en a gagné cinq. Mieux encore, lors du dernier tour d'Europa League, le Bayer n'a concédé aucun but lors de sa double confrontation face au Metalist Kharkov (0-4, 2-0). C'est donc avec seulement deux buts encaissés durant la compétition que René Adler et compagnie sont arrivés sur la pelouse de la BayArena.

Le Bayer a vite pris le jeu à son compte en première mi-temps, Renato Augusto se montrant relativement dangereux. Marchena dans un premier temps (8è), Diego Lopez dans un second (18è) empêchent le Brésilien d'ouvrir la marque. Un sentiment bizarre se développe au fil des minutes : on sent que les joueurs qui font souvent la différence au Bayer (Renato Augusto, Arturo Vidal, Sidney Sam) ne sont pas aussi inspirés qu'à l'habitude, même si Sidney Sam inscrit un but refusé pour une position de hors-jeu (26è). C'est alors Michal Kadlec, latéral gauche de son état, qui monte aux avant-postes et déclenche une belle cacahuète croisée qui finit dans les filets de Diego Lopez: 1-0 (33è).

Le match commence à se durcir, et Wakaso Mubarak, le milieu ghanéen de Villarreal, a de la chance de ne pas se voir exclure par Paolo Tagliavento. Pourtant, avec deux grosses fautes en deux minutes sur Vidal, le joueur né à Tamale n'avait pas fait le voyage pour rien et aurait peut-être mérité de voir autre chose qu'un simple carton jaune... Les joueurs de Leverkusen pestent contre l'arbitre et se déconcentrent ; conséquence : la défense allemande oublie complètement Giuseppe Rossi, qui, idéalement lancé dans la surface, prend tout son temps pour se mettre sur son pied gauche et ajuster Adler juste avant la pause : 1-1 (42è).

Au retour des vestiaires, le Bayer reprend le jeu à son compte, mais ne se crée pas autant d'occasions qu'en première période. Kiessling y va lui aussi de son but hors-jeu (55è), mais à part ça, rien. Jusqu'à la 70ème minute. Rossi, le buteur, sort, et est remplacé par Nilmar. A peine entré, l'ancien Lyonnais profite de la fébrilité du marquage des défenseurs du Bayer (et bénéficie aussi de contres favorables), et s'en va tranquillement tromper Adler : 1-2 (70è).

Piqués au vif, les Teutons réagissent aussitôt, et Gonzalo Castro (Allemand d'origine... espagnole) envoie une frappe puissante à ras de terre dans les filets de Diego Lopez : 2-2. On se dit que les joueurs du Bayer vont tout donner, qu'ils vont au moins tenter de marquer ce petit but qui pourrait être important avant le match retour... Mais rien. La domination est stérile, les passes n'arrivent pas et Villarreal n'a pas besoin de forcer pour défendre. Et puis, comme il reste du jus à certains joueurs, autant envoyer la balle devant et advienne que pourra. Et c'est d'ailleurs ce qu'il se passera : à la toute dernière minute du temps additionnel, sur un long ballon un peu difficile à gérer, Nilmar réussit à contrôler, à semer son garde du corps et à tromper une nouvelle fois Adler (90è+4). Leverkusen rit jaune, et il y a de quoi.


Ali Farhat

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Liverpool à la rue
0 0