1. //
  2. // 25ème journée

Levante est toujours là

Grâce à sa première victoire en Liga depuis le 10 décembre dernier, Levante a récupéré sa 4ème place en dominant en Catalogne celui qui la lui avait chipée, l’Espanyol Barcelone (2-1). Grâce à sa nette victoire sur la lanterne rouge Saragosse (5-1), Malaga vient s’intercaler entre les deux. Santander et Gijon, dos à dos (1-1), restent englués dans la zone rouge.

Modififié
3 0

Espanyol-Levante. Pas le match le plus sexy de la Liga, et pourtant un choc de prétendants à l’Europe. Dans leur superbe Cornella-El Prat, plutôt dégarni pour un match de cette importance, les Catalans ont confirmé leurs difficultés du moment et encore manqué une occasion de s’installer à la 4ème place du championnat. Une 4ème place que récupère Levante, grâce à son joli holp-up en Catalogne (2-1). Dominés de bout en bout (33% de possession), les Granotes ont arraché les trois points dans les dernières minutes grâce à un coup-franc dévié de Ruben Suarez. Longtemps devant au tableau d’affichage grâce au trio Barkero-Koné-Valdo et à pas mal de réussite, les facteurs principaux de son excellent début de saison, Levante s’était fait rejoindre en deuxième période par le premier but du Nigérian Uche sous ses nouvelles couleurs. La bande à Pochettino a archi-dominé mais s’est montrée encore une fois beaucoup trop inefficace offensivement. L’Espanyol recule à la sixième place, et est d’ores et déjà le grand perdant de la journée.

Course à la C1, toujours, avec Malaga qui confirme son efficacité à domicile en écrasant la lanterne rouge, le Real Saragosse (5-1). Une victoire beaucoup moins facile qu’il n’y parait, puisque les hommes de Pellegrini ont dû attendre la fin de match pour faire plier une équipe de Saragosse courageuse mais extrêmement limitée. Menés après l’ouverture du score d’Aranda, les Andalous sont revenus au score dans le temps additionnel de la première mi-temps, par Seba Fernandez, auteur de son 5ème but en 11 titularisations. Un csc de Da Silva à vingt minutes du terme fera basculer le match en faveur des locaux, bien plus forts individuellement mais brouillons collectivement. Demichelis, entré en jeu, puis Isco et Rondon, très bon encore une fois, ont enfoncé le clou dans les dix dernières minutes. Van Nistelrooy et Buonanotte ont encore passé le match sur le banc. En attendant l’Athletic Bilbao et l’Atlético Madrid, demain, Malaga est 5ème de la Liga.

Deux nuls pour rien

Les deux autres matchs de la soirée n’ont pas fait avancer grand-chose. Deux matchs équilibrés, qui se sont soldés par un match nul sur le même score (1-1). Entre le Bétis Séville et Getafe d’abord, au Villamarin, dans un duel d’équipes pour qui tout reste ouvert. Dans cette Liga super concentrée, les deux avaient l’occasion de basculer dans la première partie de tableau en cas de victoire. Après une première mi-temps stérile, Jorge Molina, bien servi par un Montero omniprésent, lance les débats en ouvrant le score dès le retour des vestiaires. Getafe revient dans le match dans les trois minutes qui suivent grâce à Dorado, le défenseur sévillan, qui pousse le ballon dans ses propres filets en voulant intervenir devant Guiza. Le match devient alors complètement débridé, le Bétis domine mais ne conclut pas, et manque de se faire piéger en contre. Le mot de la fin est pour Pepe Mel, le coach verdiblanco : « A la boxe, on aurait gagné » . Dommage que ça ne soit que du football.

Pas de vainqueur non plus dans le duel de la mort entre le Racing Santander (18ème) et le Sporting Gijon (19ème), donc. Les deux relégables de la côte Cantabrique devaient gagner pour continuer à espérer, c’est raté. La situation devient très inquiétante pour Gijon, désormais à cinq points de Villarreal, premier non relégable, avec un match en plus. Les Asturiens pouvaient pourtant compter sur leurs bouillants supporters, qui avaient effectué en masse le court déplacement, et sur leur capitaine, Barral, auteur de l’ouverture du score d’un coup-franc en force. L’égalisation de Stuani, sur pénalty, à un quart d’heure du terme de la rencontre, était toutefois largement méritée pour Santander, qui a clairement perdu deux points ce soir. Deux points, comme la distance qui sépare le Racing de Villarreal.

Par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Et Edy resta...
3 0