En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 33e journée
  3. // Man. City / S'ton (4-1)

Lethal City

Grâce à un réalisme effrayant, les Citizens s’imposent 4-1 dans un match qu’ils ont complètement abandonné à un Southampton chatoyant et pas déméritant. Il faudra quand même en faire beaucoup plus la semaine prochaine à Anfield.

Modififié
Manchester City - Southampton 4-1
Buts : Touré (2e), Nasri (45e+1), Džeko (45e+4), Jovetić (81e) pour Manchester City. Lambert (37e) pour Southampton.


Par la grâce des matchs en retard, City lutte à rebours pour le titre. Mais la vérité, c’est que si les hommes de Pellegrini remportent tous leurs matchs jusqu’à la fin de saison, ils seront sacrés. Plus facile à dire qu’à faire, tant le programme est relevé. Première étape, Southampton, équipe surprise de cette Premier League avec son jeu séduisant, ses jeunes aux dents longues et sa belle série en cours. Une étape avalée au petit braquet, avec des attaques dans les cols, quand il le fallait. Après avoir ouvert le score dès la deuxième minute sur un pénalty de Touré, les Citizens ont abandonné la possession aux Saints, qui ont égalisé également sur pénalty par Lambert. Dominateurs, les visiteurs ont perdu Rodriguez sur blessure, qui a peut-être dit adieu à la Coupe du monde. Avant d’encaisser deux buts dans le temps additionnel, dont le premier entaché de deux positions de hors-jeu. En deuxième période, City a tranquillement géré son avantage, l’aggravant même par Jovetić. Les Saints peuvent nourrir des regrets, mais City a joué en champion.

Savoir plier

Fidèle aux principes de jeu de Pochettino, Southampton vient à l’Etihad la tête haute. Sauf que City est d’une verticalité foudroyante : Yaya Touré remonte le ballon à grandes enjambées, Silva accélère encore, et transmet à Džeko lancé. Dans la surface, le Bosnien feinte la frappe et crochète Fonte, trop lourd, qui laisse traîner la jambe. Pénalty logique, que transforme Touré sans problème. Le match vient tout juste de commencer que déjà, City affirme ses ambitions de titre. Mais les Saints réagissent de la plus belle manière en confisquant le ballon et en multipliant les bonnes intentions. Luke Shaw est intenable sur son côté gauche, Rodriguez et Lambert bousculent Demichelis, Lallana est à la baguette. Sans oublier Schneiderlin, omniprésent à la récupération. Malheureusement, un Saint devient martyr: le genou de Jay Rodriguez lâche sur une mauvaise reprise d’appui. Un fait de jeu qui ne change pas la physionomie du match, toujours assez nettement à l’avantage des visiteurs. Pourtant, sur l’une des seules offensives des Sky Blues, Touré obtient le coup franc à l’angle de la surface. Nasri le botte et trouve la tête de Džeko au deuxième poteau, qui ne trouve que la barre. As usual, but raté, but encaissé. Comme un miroir, Cork crochète Zabaleta, le pied qui traîne, pénalty, égalisation de Lambert, en force. Et toujours cette pression incessante sur des locaux complètement aux fraises. Schneiderlin se permet même un double sombrero qui met Yaya Touré sur le derrière. Mais City est une bête froide. Dans le temps additionnel, Touré trouve Džeko qui talonne pour Silva dans la surface. L’Espagnol efface un défenseur et trouve parfaitement Nasri, qui n’a plus qu’à finir le travail. C’est d’autant plus cruel pour Southampton que ce but est entaché d’une nette position de hors-jeu de Silva. Le cauchemar continue : Nasri décale Kolářov à gauche, centre, doublé de Džeko. City a attaqué trois fois, pour autant de buts, et Gazzaniga, le portier des Saints, n’a toujours pas fait un arrêt.

Savoir gérer

Au retour des vestiaires, City, mis en confiance par son avantage immérité, se montre beaucoup plus entreprenant. Touré s’offre un rush sur toute une moitié de terrain, stoppé par un bon coup d’épaule de Fonte. Le ballon est de nouveau propriété des Citizens, qui n’hésitent plus à attaquer. Ce n’est qu’épisodiquement brillant, mais c’est quand même beaucoup mieux qu’en première période. Néanmoins, en phase défensive, ça reste fébrile, même si Hart n’est pas vraiment mis à contribution. Lallana, tout en facilité, confirme qu’il va falloir aligner les biftons pour lui faire quitter le Hampshire. En face, David Silva n’est pas mal non plus niveau technique. Ce qui n’est pas le cas de Negredo. En un contre un dans la surface, celui qui est entré à la place de Džeko rate complètement ce qu’avait réussi le titulaire : sa feinte de frappe est visible même pour ceux qui regardent le match sur un streaming de mauvaise qualité. Alors qu’on se dirige vers une fin de match, City réabandonne la possession aux Saints, qui n’en ont pas vraiment fait grand-chose. Malgré une construction, faite de passes courtes et de redoublements, très agréable à l’œil, il manque une étincelle à la finition. Sinon, Jovetić nous rappelle qu’il joue encore au football en prenant la place de David Silva. Pour le plaisir, l’ancien de la Fiorentina est à la réception d’un centre venu de la droite de Navas. Complètement seul au deuxième poteau, il aggrave encore un peu plus le score. Ce que ne peut faire Negredo, qui se présente seul face à Gazzaniga, mais rate son duel. Ni Touré, dont la frappe est déviée sur le poteau par le portier. Trois points et +3 au goal average, c’est bien suffisant pour un tel match.

Par Charles Alf Lafon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 09:28 Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 22
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
lundi 22 janvier Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) lundi 22 janvier Quand Ronaldo planquait de la bière 51 lundi 22 janvier Dupraz quitte le TFC 128 lundi 22 janvier Robinho en route vers Sivasspor 60 lundi 22 janvier Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18