Lesoimier: « Inutile de bien jouer »

Sauvé in extremis lors de la dernière journée, le Stade Brestois 29 ne compte pas changer de formule pour aller chercher le maintien cette saison. Pour preuve, une tactique résolument défensive perpétuée et un mercato pépère pour un onze de départ inchangé. Dans lequel, Benoît Lesoimier et son couloir droit.

Modififié
1 0
Deux victoires, deux nuls, trois défaites, comment jugez-vous le bilan comptable de la préparation d'avant-saison du Stade Brestois ?


A vrai dire, je savais pas. C'est sûr que contre Bastia ou Guingamp, nous n'étions pas prêts. On s'entraînait le matin (des matches, ndlr) où on taffait assez dur. Eux avaient déjà quelques semaines de route en plus. Guingamp, leur match suivant était un match officiel, donc ils étaient plus frais que nous. Ça veut pas dire grand-chose par rapport à ça. Nous, on avait des entraînements avant. Faut voir au niveau du jeu si on était bien pendant cette période ou pas.

Comment ne pas rééditer l'effondrement de l'année dernière ?


C'est sûr qu'on a pris beaucoup de points en début de saison, ce qui a fait qu'on a été leaders pendant trois journées (entre la 11è et la 13è, ndlr). L'objectif est donc de démarrer la saison comme on l'a fait l'année dernière, même si au mois d'août, on n'avait pris que 4 points, ce qui est pas énorme. Après, suivant le plan comptable, nous, c'est d'abord le maintien qu'on veut. On a vu qu'on pouvait faire face à des grandes équipes. Je me rappelle du match à Lyon où on avait pas été ridicules alors qu'on avait perdu le match. Ça sert à rien de bien jouer, faut avant tout prendre des points.

Avec le recul, à quoi attribuez-vous cette saison en forme de montagnes russes ?


Peut-être qu'en début de saison, nous étions dans la dynamique de la saison d'avant. Après, il y a eu quelques blessures qui ont fait qu'on s'est pas retrouvés aussi bien sur le terrain ou je sais pas. Mais la solution honnêtement, si on l'avait, on aurait directement rétabli le tir l'année dernière. Franchement, j'ai aucune solution.

Sachant que la deuxième année – celle de la "confirmation" – est toujours la plus dure, quels sont les enjeux du Stade Brestois en cette nouvelle année ?


Engranger les points le plus vite possible pour se mettre en confiance dès le mois d'août. C'est surtout ça la clé, car si on se fait décrocher d'entrée, on va galérer toute la saison. L'année dernière, on a juste galéré à la fin. Prendre des points vite pour emmagasiner de la confiance.

« D'abord ne pas se prendre de buts »

L'année dernière, votre jeu a été jugé trop défensif. La nouvelle organisation – passage du 4-2-3-1 au 4-4-2 – vise-t-elle à répondre à ses critiques ?


Le coach veut jouer avec deux attaquants. Pour notre part, ça va pas changer grand-chose. C'est juste un attaquant de plus. Pas pour ça qu'on va marquer plus de buts ou en prendre moins. Peut-être qu'on veut récupérer des ballons plus haut. Ça joue au niveau du pressing. Il va falloir bien défendre dans les 30 derniers mètres pour aller plus vite en contre. C'est une tactique avec laquelle le coach veut débuter. Bon, on sait très bien qu'il va falloir défendre comme l'année dernière pour peut-être gagner des matchs.

En tant que joueur de couloir, qu'est-ce que cette nouvelle formation implique pour vous ?


On sait à quoi s'attendre cette saison. On a vu comment ça a marché l'année dernière. Quand on était bien en place, on arrivait à gagner des matches. Quand on s'éparpillait sur le terrain, c'est là qu'on se prenait quelques buts. Il va falloir garder cette ligne défensive pour contrer les adversaires. Ne pas prendre de buts avant tout pour essayer de gagner.

Quelle solution en ce début d'année pour pallier à toutes les blessures en défense (Kantari, Daf, Apanga, Ferradj...) ?


Il y a pas de solution. Il y a des défenseurs pour cela. Des remplaçants ou des titulaires en devenir, je sais pas. Il y a Jonathan Zébina qui va arriver. C'est pas facile en ce moment pour les défenseurs, mais il va falloir protéger nos bases. Quand on est défenseur en ce moment, il va pas falloir se blesser car on est en pénurie. Il va falloir être soudés et qu'on les aide, nous, les milieux de terrain.

Un petit mot sur l'arrivée de Jonathan Zébina justement...


Si on veut attirer des grands noms, il faut que Brest reste en Ligue 1. Cette année, nous nous sommes maintenus et on voit que Zébina va arriver. Ça va être bien pour le groupe. Il va nous apporter son vécu, ses grands matches, son expérience au niveau du jeu et dans les préparations de match. Surpris ? Ouais, on est toujours surpris qu'un joueur de ce niveau vienne à Brest. Il va vite s'intégrer au groupe. On est une équipe, je pense, dans laquelle il est facile de s'intégrer. On va faire connaissance.

« Pas facile de nous trouver un point fort »

Comment le groupe a vécu le feuilleton Nolan Roux ?


Nous, en tant que joueur, on veut pas se mélanger à tout ça. Après, c'est sûr que ça nous aurait arrangés que tout se fasse vite, qu'il parte ou pas. Les transferts sont pas finis, mais maintenant je pense que Nolan va rester là et c'est très bien pour nous, pour le club, pour l'équipe. Tant mieux.

Quel est le point fort sur Stade Brestois ?


La solidarité. Après c'est pas facile de trouver un point fort...

Le point faible ?


L'efficacité sur le terrain. Être plus tueur dans la passe et devant le but.

Alex Dupont a déclaré cet été : « Lors de la dernière saison, nous avons eu un parcours d'européen pendant les matches aller et de relégable lors des matches retour, notre place se situe sans doute dans un juste milieu » . Quel est précisément ce juste milieu ?


Si on finit dixièmes cette saison, je pense qu'on aura fait une bon exercice. L'objectif sera de se maintenir le plus vite possible. Pas lors de la dernière journée, comme l'année dernière.

Enfin la dernière question marronnier : quel est votre favori pour le championnat de France ?


Paris est bien parti. Il y a eu pas mal de recrutements. Ils vont être solides dans toutes les lignes de jeu. Ils vont se battre pour la première place cette saison.

Propos recueillis par Maxime Marchon

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Caen, le salut par le jeu ?
1 0