1. // Tous championnats
  2. // Réflexion profonde autour du foot

Les vraies questions existentielles du football

Les questions les plus bêtes sont parfois, souvent, les meilleures. Sofoot.com a décidé, tous les jeudis, de répondre à trois interrogations fondamentales de tout amoureux de la balle ronde et même des néophytes. Pas de discrimination, surtout pas en ce moment.

Modififié
724 19
  • Peut-on réussir un coup franc en étant malhonnête ?


    Absolument, oui. C'est même de plus en plus à la mode. Aux origines, pourtant, cette phase de jeu si particulière n'était réservée qu'aux honnêtes hommes, sains de corps et d'esprit. À l'image de David Beckham, Siniša Mihajlović ou Taiye Taiwo, les puristes du geste ne cachaient rien de leurs intentions au moment de s'emparer du ballon et de lancer leur course d'élan. « Mais aujourd'hui, on voit de plus en plus de combinaisons, des trucs assez fun, même s'il y en a aussi qui sont bien foirés » témoigne Grégory Wimbée, l'ancien portier emblématique du LOSC : « Ça ne se décrète pas comme ça, c'est sûr que les gars passent du temps là-dessus. À voir la gueule de certaines, il y en a qui doivent bien s'amuser à l'entraînement  » . Destinées à déboussoler le portier, ces feintes et autres attrapes-nigaud font voler en éclat la traditionnelle équité entre le gardien et l'artilleur, plongés dans un duel homérique. « Cela ne me perturbait pas plus que ça à l'époque » tempère pourtant Wimbée : « En vrai, c'était surtout un argument de mauvaise foi, on pouvait dire qu'on avait été surpris ou déconcentré une fois que le but était encaissé  » . Las ! De plus en plus, les escrocs et autres faussaires du coup franc se diversifient dans leur branche d'activité. Ici, David Luiz efface un spray, là, Ryan Giggs tape un ballon quand personne n'est prêt. « La plupart des supporters du LOSC ont encore ce but de Giggs en travers de la gorge, se souvient Wimbée, c'est sûr que c'était un peu vicieux  » . Spécialiste de la malhonnêteté sur et en dehors des terrains, le Gallois se retranche pourtant derrière le Code civil : « J'ai demandé à l'arbitre si je pouvais tirer rapidement ! Il est venu me voir pour me demander si je voulais un coup de sifflet et je lui ai dit que non. Peu importe l'agitation des Lillois, je n'ai enfreint aucune règle » . Ainsi va la vie dans le football moderne. Comme le remarquait le dramaturge Georges Courteline : « C'est étrange que certains commettent des délits quand il y a tellement de façons parfaitement légales d'être malhonnête  » .



  • Faut-il aspirer le venin pour réussir ?


    « Tragar el veneno. » Depuis quelques jours, la phrase de Marcelo Bielsa s'est infiltrée dans les esprits. Puissante, et bien aidée par le lyrisme que l'on connaît à Hans Zimmer, la longue tirade l'El Loco à l'issue du nul face à Lyon a marqué les cœurs. Mais prise au mot, n'est-elle pas dangereuse pour les corps ? Selon le Larousse, ce liquide sécrété par les organes de certains animaux et de certaines plantes, et pouvant être, en général, inoculé par piqûre ou par morsure est techniquement toxique. Pour faire court, il peut tuer. Métaphoriquement, certains buts ou décisions ont en effet causé la mort de l'OM dans la course au titre. Un arbitre rechignant à accorder une réalisation à Ocampos, un CSC de Morel, une incapacité à lutter contre les éléments lorsque les gros insectes se présentent : non, le poison n'a pas échappé aux veines olympiennes durant l'année. Pourtant, comme le soutient Bielsa, celui-ci peut servir à triompher. En effet, pour survivre à une morsure de serpent, certains experts assurent qu'il faut aspirer le venin plutôt que de le laisser se propager. Une thèse soutenue par VenomTech, laboratoire spécialisé dans l'étude des liquides vénéneux, et qui se servirait désormais des molécules pour guérir plus qu'assassiner. On savait Marcelo Bielsa à la pointe. Mais pas autant que ça.

  • Pourquoi les numéros de maillot sont-ils répartis de la sorte ?

    Il faut remonter au 25 août 1928 pour voir les premiers numéros apparaître sur des maillots en Europe, une nouveauté apparue quatre ans plus tôt aux États-Unis. Chelsea reçoit alors Swansea Town à Stamford Bridge, et les numéros sont assignés en fonction de la position des joueurs sur le terrain, ligne par ligne, de la droite vers la gauche en partant du bas. Or, à l'époque, les équipes sont disposées en 2-3-5. Du coup, cela donne : 1- Gardien, 2- Défenseur central droit, 3- Défenseur central gauche, 4- Milieu défensif droit, 5- Milieu défensif centre, 6- Milieu défensif gauche, 7- Ailier droit, 8- Attaquant intérieur droit, 9- Attaquant de pointe, 10- Attaquant intérieur gauche, 11- Ailier gauche. Même si le système a évolué par la suite, les numéros sont restés. Ainsi, si le « milieu défensif centre » a reculé pour devenir un défenseur, il a gardé son numéro 5. Sauf en Amérique du Sud, longtemps coupée des innovations tactiques du Vieux Continent, où ce sont les milieux défensifs latéraux qui sont devenus les arrières droit et gauche. Ce qui explique pourquoi Thiago Silva porte le 2 à Paris et le 3 avec le Brésil. Dans le même ordre d'idée, le meneur de jeu est par essence un 10, alors qu'il est derrière le 9. Un chiffre également rendu célèbre par Pelé. À la Coupe du monde 1958, la Fédération brésilienne avait oublié d'envoyer la liste des numéros à l'organisation. Du coup, l'Uruguayen Lorenzo Villizzio leur a assigné des numéros au hasard : Gilmar, le gardien, s'est retrouvé avec le 3, et Pelé le 10. Pour ce qui est du 16 du gardien, il vient du fait qu'il n'y a longtemps eu que 5 remplaçants, le portier, moins susceptible d'entrer que les autres, récupérant le dernier numéro. Après, tout a foutu le camp, on a vu l'Argentine distribuer les numéros par ordre alphabétique, l'Écosse en fonction du nombre de sélections, Recoba avec un 1+8, Ronaldinho avec un 80, Cassano avec le 99. Mais le pire reste quand même Gallas avec le 10.


    À lire : toutes les questions existentielles...
    Épisode 1
    Épisode 2
    Épisode 3
    Épisode 4
    Épisode 5
    Épisode 6
    Épisode 7
    Épisode 8
    Épisode 9
    Épisode 10
    Épisode 11

    Par CG, RG et CAL
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    ZidaneLeMagnifique Niveau : DHR
    Il y a eu pire : le premier numéro 10 en EDF après Zidane.

    http://www.sombrero.gr/wp-content/uploa … i_2403.jpg
    Estebanana Niveau : CFA
    Puskas était numéro 10 avant Pelé.

    Malgré tout ce qui se fait autour du 7, jamais le 7 ne dépassera le 10.
    Faut-il être mexicain pour bien réussir un sombrero?
    georgesleserpent Niveau : Loisir
    Un café crème doit il toujours être servi sur un plateau ?
    Le numéro 1+8 a l'inter c'était Ivan Zamorano pas Alvaro Recoba
    Et Zizou qui portait le 5 à Madrid... triste époque
    Philiiiiippe Niveau : CFA2
    En parlant des numéros de maillot, et notamment des numéros retirés (certes ça se passe essentiellement dans les sports US, mais ça se passe aussi dans le foot, coucou Souleymane Diawara), comment cela se passera-t-il lorsque l'on aura retiré tous les numéros disponibles ? On donnera des numéros à 3 chiffres ? (genre le futur attaquant star de l'équipe de France et originaire du Val de Marne portera en club le numéro 393 parce que cela lui rappellera sa ligne de bus favorite)
    Message posté par ZidaneLeMagnifique
    Il y a eu pire : le premier numéro 10 en EDF après Zidane.

    http://www.sombrero.gr/wp-content/uploa … i_2403.jpg


    Malgré le poids de ce numéro, Faubert c'est quand même 1 but par match avec l'EdF!
    LibidoPostToxico Niveau : National
    Pourquoi aucun gardien de but n'a porté le numéro 10
    Message posté par bosgy
    Et Zizou qui portait le 5 à Madrid... triste époque


    D'autans que Lassana Diara lui, a porter le 10 au Real. C'est ça le plus moche.
    Article très intéressant, merci sofoot
    tacle_tibia Niveau : Ligue 1
    Pourquoi le '0' n'est porté par aucun joueur ?
    M.Manatane Niveau : CFA
    Note : 1
    Les joueurs qui ont une bonne vision du jeu sont-ils interdits de passe aveugle ?
    Note : 1
    Message posté par Philiiiiippe
    En parlant des numéros de maillot, et notamment des numéros retirés (certes ça se passe essentiellement dans les sports US, mais ça se passe aussi dans le foot, coucou Souleymane Diawara), comment cela se passera-t-il lorsque l'on aura retiré tous les numéros disponibles ? On donnera des numéros à 3 chiffres ? (genre le futur attaquant star de l'équipe de France et originaire du Val de Marne portera en club le numéro 393 parce que cela lui rappellera sa ligne de bus favorite)


    Les numéros seront réintégrés... Quand je vois certains qui disent que Ronaldo (l'ancien) était surcôté et qu'ils ne l'ont jamais vu jouer.... Quand ils seront majoritaires tu pourras remettre le numéro de qui tu veux...
    La comtesse Niveau : Loisir
    Est ce qu'un gardien qui se troue en faisant une boulette peut-il être arrêter pour usage de stupéfiants?

    La comtesse Niveau : Loisir
    Est ce qu'un gardien qui se troue sur une boulette peut-il être suspendu pour dopage?
    Mario Bat l'autre et lis Niveau : District
    Message posté par LibidoPostToxico
    Pourquoi aucun gardien de but n'a porté le numéro 10


    Il me semble que Sorrentino avait porté le numéro 10 à un moment donné, mais il faudrait vérifier.
    Le 1+8 il me semble que c'était Zamorano
    Bob le Flambeur Niveau : DHR
    Message posté par Mario Bat l'autre et lis


    Il me semble que Sorrentino avait porté le numéro 10 à un moment donné, mais il faudrait vérifier.


    Lupatelli au Chievo a porté le 10
    www.violanews.com/images/2012/07/Lupate … jpg?641f1e

    Sinon, Hicham Zerouali à Aberdeen a porté le no 0, mais je doute que ça serait autorisé en compétitions internationales
    Partenaires
    Olive & Tom Logo FOOT.fr
    Article suivant
    Paris, les temps changent
    724 19