En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 2 Résultats Classements Options

Les Verts sont bien mûrs

Aubameyang n’est plus là, mais tous ses potes sont restés, pour le plus grand bonheur de coach Galtier. Après une belle saison ponctuée d’un premier titre depuis 32 ans et d’une qualif’ pour l’Europe, on attend l’année de la confirmation du côté du Forez. Histoire de s’affirmer comme le premier des pauvres.

Modififié
Le bilan de l’été

À Sainté, on a découvert depuis quelques saisons un nouveau concept : la stabilité. Le genre de truc qui était totalement inconnu à l’ASSE ces dernières décennies, mais qui est désormais au centre du projet mené par Christophe Galtier. Certains craignaient l’exil des talents (Ruffier, Zouma, Guilavogui…), mais l’hydre Romeyer-Caïazzo l’a répété : un seul départ majeur, et la porte se referme. Aubameyang est donc parti vers Dortmund, et en plus, Galette peut s’appuyer sur un effectif renforcé. En attendant le successeur de PEA, Tabanou a remplacé Mollo, Corgnet succédé à Bodmer, Baysse et Sissoko (prêté par l’Olympiakos) venant quant à eux compléter un effectif qui va devoir gérer un calendrier bien rempli avec la Ligue Europa. Surtout que dans le Forez plus qu’ailleurs, mettre de côté l’Europe n’est franchement pas envisageable. Pour que le bilan soit positif à coup sûr, reste à dénicher le remplaçant d’Aubame, qui pesait quand même 19 buts en Ligue 1 la saison passée. Peu de pistes ont filtré pour le moment, si ce n’est Carlton Cole, qui ne viendra pas. Mais le peuple vert ne s’inquiète pas et fait confiance à l’équipe en place. Et ça aussi, c’est la grande nouveauté stéphanoise.

L’équipe type (et ses variantes) :

Ruffier – Clerc, Perrin, Zouma (ou Bayal), Brison – Guilavogui (ou Clément), Lemoine, Cohade (ou Corgnet) – Hamouma, Brandão (ou la recrue mystère), Tabanou.

Le coefficient de résistance face au PSG et Monaco

70%. Le même que le taux de résistance du torse de Ruffier face aux crampons de Zlatan. La saison passée, les Verts se sont mués en bête noire du PSG. La première défaite du PSG à domicile ? C’est Sainté. L’élimination en Coupe de la Ligue. Encore Sainté. Invaincus face aux Parisiens en trois confrontations, les hommes de Galtier feront tout pour embêter à nouveau les deux cadors fortunés. Ils ont en tout cas les arguments pour contrer les individualités, grâce à un jeu collectif bien rôdé.

Le portrait robot

25% Khadafi, sosie officiel de Romeyer.
20% Ange Vert
30% Last Minute. Les billets pour le Brésil de Ruffier et Guilavogui.
25% Michel Platini. Salary-cap en force.

La banane

Jonathan Brison. Il évolue clairement un ton en dessous de ses coéquipiers. Mis en concurrence avec Ghoulam la saison passée, Brison avait fait le taff. Sérieux, appliqué, le mec est le joueur de club par excellence. Ce qui ne sous-entend pas que des compliments. Un peu limité offensivement, le gaucher ne sera jamais un cador. Un titre auquel aurait peut-être pu prétendre Ghoulam dans le futur, mais l’Algérien veut se tirer (le Torino était OK, avant que monsieur ne demande une petite rallonge), et Brison n’aura que le jeune Polomat en doublure. Une doublette un peu légère pour un club visant le top 5.



Le type à suivre

Josuha Guilavogui. Le clown du vestiaire s’est transformé en patron sur le terrain. La blessure de Jérémy Clément l’y a obligé. Propulsé en sentinelle, dans un rôle primordial dans l’organisation stéphanoise, le jeune milieu a progressé de match en match. Tactiquement, il a su se canaliser. Techniquement, il a pris de l’aisance à mesure que sa confiance grandissait, et participe grandement à la construction du jeu stéphanois. Jusqu’à être appelé par Deschamps, qui lui a offert deux premières sélections où il s’est montré intéressant. Le plus dur arrive maintenant : la confirmation d’un nouveau statut n’est jamais évidente. Mais Josuha a la tête sur les épaules. S’il est loin d’être favori, il sait qu’il a le droit de rêver du Brésil l’été prochain. Et pour ça, il va falloir réaliser une grande saison.

Ce qu’il va se passer cette saison

Plus en jambes que leurs compères de Ligue 1 grâce à l’Europa League, les coéquipiers de Loïc Perrin attaquent la saison en fanfare. D’autant que les deux premiers obstacles offerts, Ajaccio et Guingamp, n’ont pas de quoi effrayer le Chaudron, et que les étés indiens sont une spécialité stéphanoise ces derniers temps. En plus, l’équipe a peu bougé, et les automatismes sont déjà là. Mais l’autre spécialité des Verts, c’est aussi le coup de mou une fois que l’hiver pointe le bout de son nez. Oui, l’hiver stéphanois est toujours rude. C’est bien pour ça que Brandão rate encore l’avion après Noël. Il peut, il sait qu’il offrira aux Verts leur deuxième Coupe de la Ligue d’affilée, sa 4e en ce qui le concerne. En Europe, Sainté se défend bien. Tellement bien qu’il perd un peu pied en championnat. Heureusement, un calendrier très favorable sur les huit dernières journées permet aux Verts de recoller. Et de coiffer sur le fil l’OL pour la 4e place. Ultime kiff d’une saison bien maîtrisée.

La banderole de supporter

« La Ligue : on garde sa Coupe, mais on rase Moustache »

Le derby débile de la saison

Le nostalgico contre le FC Nantes.

La chanson de la saison

Green Day – Best Thing in Town

Vidéo


Par Fabien Gauvin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 09:28 Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 22
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
lundi 22 janvier Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) lundi 22 janvier Quand Ronaldo planquait de la bière 51 lundi 22 janvier Dupraz quitte le TFC 128 lundi 22 janvier Robinho en route vers Sivasspor 60 lundi 22 janvier Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18