En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 14e journée
  3. // Saint-Étienne/Valenciennes (1-0)

Les Verts prennent le maillot jaune

Un but d’Hamouma aux abords du dernier quart d’heure a concrétisé la large domination de Saint-Étienne et offert aux Verts la tête de la Ligue 1 (1-0). Dépassé, Valenciennes a déjoué et manqué l’occasion de frapper un grand coup.

Modififié
Saint-Étienne/Valenciennes : 1-0

But : Hamouma


Un Saint-Étienne/Valenciennes, il y a peu, ça n’aurait pas excité grand-monde. Mais si Canal l’a sélectionné et que Geoffroy-Guichard affichait comble, c’est que ce duel d’outsiders était plein de promesses. Premièrement parce qu’il opposait les deux meilleures attaques du championnat, deuxièmement parce que le fauteuil de la Ligue 1 était promis au vainqueur, au moins provisoirement. Un petit plaisir dont, contrairement à la semaine dernière à Annecy, les Verts ne se sont pas privés. Largement dominateurs face à une équipe de Valenciennes avant tout venue pour défendre, les Stéphanois ont prolongé leur série de dix matchs d’invincibilité et pris la tête du championnat (1-0), grâce à un but d’Hamouma, dont l’entrée à la place de Gradel a fait la différence. Si Valenciennes, décevant, marque le pas, le peuple vert rêve de plus en plus d’un retour vers les sommets.

Saint-Étienne qui presse, Valenciennes qui contre

Christophe Galtier et Daniel Sanchez ont de quoi faire des choix devant. L’homme à la doudoune à poils opte pour Gradel plutôt qu’Hamouma sur le flanc droit, tandis que Le Tallec est préféré à Pujol à la pointe de l’attaque valenciennoise. Comme on pouvait s’y attendre, les deux équipes se passent de l’étape « round d’observation » . Ce n’est pas vraiment le profil. Après une courte période d’allers-retours d’un camp à l’autre, les Verts prennent clairement le contrôle du ballon, grâce à leur trio du milieu de terrain Clément-Lemoine-Cohade, «  pas très glamour mais très efficace  » , selon Di Meco, qui sait de quoi il parle. À droite avec Gradel, à gauche avec Aubameyang ou dans les airs avec Brandão, Saint-Étienne tente de déstabiliser la défense nordiste en diversifiant ses attaques. Les actions sont joliment construites, les centres sont bons, mais Brandão est en mode maladroit et les défenseurs passent systématiquement devant pour dégager, à l’image de ce sauvetage in extremis de Saez devant Gradel. Harcelé, Valenciennes s’adapte et réussit à se montrer dangereux en contre, mais ni le slalom de Dossevi, ni l’enchaînement passement de jambes-frappe enroulée de Kadir, ou encore la frappe de Saez ne trompent Ruffier. Le match est superbe, la finition à revoir.


Hamouma, le déclic

Pour franchir le mur rouge, Brandão a une idée. Le fissurer. En deux minutes, l’ancien Marseillais se fait donc le pied de Néry et la cheville de Penneteau. À moins que ce ne soit que pure maladresse. Le match s’est durci et le rythme, ralenti. Les centres stéphanois continuent à ne pas trouver de destinataire et leurs frappes à fuir le cadre. Peu ambitieux, Valenciennes n’en touche pas une, mais les Verts sont moins tranchants. Galtier sort donc son joker, Romain Hamouma. Dangereux à chaque fois qu’il touche le ballon, l’ancien Caennais redynamise tout ça, met un bazar sur son côté droit et finit par ouvrir le score, sur un service de Cohade, l’ancien du VA (73e). Mérité. Le premier objectif atteint, la tâche des locaux est désormais de tenir le score. Pour cela, Guivalogui prend la place du passeur décisif au milieu de terrain. Les rôles se sont inversés. Les Valenciennois tentent de faire le jeu, tandis que l’ASSE se contente de jouer le contre et de bien défendre. Le Chaudron fait la fête, ce soir, son équipe est devant le PSG, devant l’OM, devant l’OL et tous les autres. Malgré une dernière main de Clerc dans sa surface, oubliée par M. Ennjimi, et la montée de Penneteau, Valenciennes ne reviendra pas.

Par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 09:28 Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 22
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
lundi 22 janvier Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) lundi 22 janvier Quand Ronaldo planquait de la bière 51 lundi 22 janvier Dupraz quitte le TFC 128 lundi 22 janvier Robinho en route vers Sivasspor 60 lundi 22 janvier Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18