1. //
  2. // Bordeaux/ASSE

Les Verts de plus en plus forts ?

Le voilà qui se remet enfin à bouillir. 4 buts en 32e de finale de Coupe de France contre Lorient, 3 somptueuses réalisations face à Monaco en championnat. Le Chaudron stéphanois reprend de l'activité, après des mois de famine. Saint-Etienne est sur la voie de rédemption en 2010, après avoir complètement bouleversé son organisation interne. Avec un nouvel adage : c'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleures soupes.

Modififié
0 0
Ils commençaient à en avoir ras le bol de passer pour les Laurel et Hardy du foot français. Le duo de comiques qui amusait tout le monde avec ses sorties médiatiques, ceux qui semblaient se faire manipuler comme des pantins en coulisses. Alors les deux présidents, Bernard Caïazzo et Roland Romeyer, ont tapé du poing sur la table. En décembre, les soldes avaient pris un peu d'avance du côté du Forez : trois pour le prix d'un. Vincent Tong-Cuong, Damien Comolli (qui fait pourtant toujours partie du club) et Alain Perrin sont priés de vider leurs vestiaires de l'Etrat. Soit les têtes pensantes de tout le secteur sportif, en échec total depuis un an et demi. Soit 22 millions d'euros dépensés par le trio de choc sur le marché des transferts. En 2008-2009, l'ASSE avait sauvé sa peau dans l'élite lors de la dernière journée et annonçait son intention de s'installer dans le Top 5 de L1 cette saison. Raté. Les ballons ne frappent même pas des poteaux carrés mais passent à des kilomètres des cages adverses. Sainté est donc fort logiquement premier relégable à la trêve hivernale.

Sauf que depuis un mois et demi, les Verts ont posé leur galette et ça les a drôlement soulagés. Christophe “Galette” Galtier a succédé à son ancien mentor Alain Perrin à la tête de l'équipe. Le grand vizir qui devient calife à la place du calife ? Le choix de Romeyer, pas vraiment celui de Caïazzo qui ne cachait pas sa sympathie pour Luis Fernandez. En championnat, l'ASSE reprend avec une pénible victoire imméritée à Grenoble (2-1), engrange un point contre Rennes à domicile (0-0), se fait voler à Auxerre (0-1) et atomise Monaco, avec la manière s'il vous plaît (3-0). Autant dire que la confiance est là à l'heure de se déplacer ce soir sur la pelouse du champion de France bordelais. A ce renouveau en L1, il faut ajouter une appétissante qualification pour les quarts de finale de la Coupe de France. Sans gloire (Villefranche-sur-Saône et Vannes n'ont pas à rougir de leur élimination) mais qu'importe.

[page]
Willy, il faut sauver le club !

L'explication est-elle celle, toujours triviale, du changement d'entraîneur ? Certes, Galtier est plus proche de ses joueurs, qui ne s'en plaignent pas. Mais il peut compter sur un élément que Perrin n'a jamais eu, à son plus grand désarroi : une infirmerie enfin vide. Une équipe-type peut se dessiner avec une paire d'attaque Sanogo-Bergessio saignante, des joueurs de couloirs incisifs (avec un Dimitri Payet en transe depuis début janvier) et une défense stabilisée autour de la recrue Pape Diakhaté. Au baromètre, on retrouve en haut le jeune attaquant de 19 ans Emmanuel Rivière, qui perce doucement. En bas, dédicace à Kévin Mirallas, sorte d'Eden Hazard du pauvre depuis son départ de Lille à l'été 2008.

Le nouveau staff stéphanois profite également de la dynamique engagée en interne. Romeyer est devenu président d'un directoire en charge de la gestion sportive et administrative alors que Caïazzo se charge du conseil de surveillance. Trois commissions ont vu le jour dont celle sobrement intitulée “technique et sportive” qui est dirigée par un certain... Jacques Santini. Mais que “Galette” ne se fasse pas de bile. L'ancien joueur (1969-1981) et coach (1992-1994) des Verts ne devrait pas interférer sur les décisions sportives du moment, seulement définir, à titre consultatif, les contours de l'équipe future. Reste que le flou autour des réelles missions assumées par Santini risque de déboucher sur quelques quiproquos.

Enfin, la direction a réussi à séduire un autre ex : Willy Sagnol, qui siègera au conseil de surveillance. Là encore, tout n'est pas net. Le défunt défenseur continue de vivre à Munich et n'a pas souhaité s'investir davantage. Les anciens prennent donc lentement le pouvoir du côté de Saint-Etienne. Mais où sont alors les Alex Di Rocco, Frédéric Mendy, Kader Ferhaoui et autres Lubomir Moravcik ?!

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0