1. //
  2. // Manifestations

Les ultras, nouveaux héros de la « révolution » ukrainienne

Depuis que les ultras ukrainiens se sont engagés à défendre les opposants au président Viktor Ianoukovitch, qui défilent désormais dans tout le pays, ils sont remerciés publiquement par les dirigeants, comme les médias de l'opposition. Un changement de statut express pour les anciens super-méchants du football ukrainien.

Modififié
347 38
Les ultras ukrainiens n'avaient jamais vraiment fait parler d'eux pour de bonnes raisons. Entre leur fâcheuse tendance à se mettre sur la gueule et des accusations de racisme leur collant à la peau, ils semblaient plus sûrement condamnés à rester dans le camp des méchants qu'à rejoindre celui des « héros » de l'actuelle révolution ukrainienne. Mais quelques jours leur ont suffi pour faire le grand écart. Le 25 janvier, le leader du parti nationaliste « Svoboda » Oleg Tiagnibok, lui-même très controversé, s'enflamme sur la scène de la place de l'Indépendance de Kiev, occupée depuis deux mois par les opposants au président ukrainien Viktor Ianoukovitch : « Il faut acclamer les héroïques supporters du Slavutych Tcherkassy, du Karpaty Lviv et du Vorskla Poltava ! Ils ont redonné vie à la solidarité et au patriotisme ! » Pour la caution morale, il sera suivi quelques minutes plus tard par le « Roi du chocolat » , Petro Poroshenko. Patron des chocolateries Roshen, fameuses dans toute l'ex-URSS, le seul oligarque ukrainien à avoir rejoint l'opposition en est l'un des leaders les plus appréciés.

Pour les ultras, la rédemption a commencé quatre jours plus tôt. Le 21 janvier, la page Vkontakte (l'équivalent russe de Facebook) des supporters du Dynamo Kiev envoie un message clair à ses 46 000 followers : « Nous appelons tous ceux qui ne l'ont pas encore fait à participer à la défense de Kiev contre les traîtres du gouvernement. Nous ne nous soulevons pas pour entrer dans l'Europe, ni pour Ioulia, Arseni, Oleg ou Vitali (les prénoms des principaux dirigeants de l'opposition, ndlr), mais pour Kiev, pour notre ville, pour notre pays, pour notre honneur ! » La date n'a pas été choisie au hasard : le lendemain doit entrer en vigueur une série de lois adoptées à la suite d'un simulacre de vote par le Parlement ukrainien, réduisant sérieusement la liberté d'expression ou de manifestation. Et venant des supporters du club le plus populaire du pays, l'annonce fait son effet. « Quand les fans du Dynamo ont annoncé qu'ils rejoignaient activement la contestation, les autres groupes d'ultras les ont rejoints, confie Roman Akbash, meneur des supporters du Metalurg Zaporijia. On partage des valeurs et une vision commune et personne ne pouvait rester à l'écart. » Dans les jours qui suivent, 17 groupes d'ultras parmi lesquels ceux du Chakhtar Donetsk, du Metalist Kharkiv ou du Chernomorets Odessa annoncent rejoindre Euromaïdan, le nom donné à la contestation ukrainienne. Sont représentés beaucoup de clubs de l'Est et du Sud de l'Ukraine, des régions pourtant réputées soutenir Viktor Ianoukovitch.

Protéger les manifestants... de la police

Habitués à se déplacer ensemble lors des matchs de la sélection ukrainienne, les ultras du pays n'ont eu aucun mal à s'accorder. « On se connaît tous très bien. Notre ralliement a été une surprise pour beaucoup de gens, mais pas pour nous » , sourit Kostia. Lui est un supporter du Vorksla Poltava, une ville à 200 kilomètres de Kiev. S'il participait depuis longtemps aux manifestations, il assure que le soutien des ultras à Euromaïdan n'a rien à voir avec la politique : « On a toujours été pointés du doigt comme des criminels, mais on sait comment se comportent la police et ce gouvernement. On voulait simplement protéger les gens qui se battent pour leurs droits. » Un sentiment parfaitement résumé par Roman Akbash, journaliste de son état quand il ne supporte pas le Metalurg Zaporijia : « L'opposition n'a aucune influence dans notre mobilisation. Tous les ultras ne sont pas en faveur d'un rapprochement avec l'Union européenne, mais nous sommes contre ce qu'essaye de faire ce gouvernement. On veut vivre dans un pays libre où les mots "droit" et "égalité" ne sont pas des mots creux. »

Dans les jours qui suivent l'entrée en vigueur de ces fameuses « lois dictatoriales » , alors qu'au moins quatre morts sont recensés à Kiev, les ultras font ce qu'ils savent faire de mieux : monter au créneau. « Nous étions là le 26 janvier, quand il y a eu une manifestation autour du bâtiment de l'administration régionale. Le but était de protéger les manifestants contre des provocateurs ou la police. La situation était tendue, mais on a fait face et personne n'a été blessé » , reprend Roman Akbash. Même situation à Dnepropetrovsk, où les fans locaux assurent les arrières pendant que 10 000 personnes tentent de prendre d'assaut le même bâtiment. Avec cette fois des blessés sérieux dans leurs rangs. À Donetsk, dans le fief de Viktor Ianoukovitch, une centaine d'entre eux s'interposent entre les rares manifestants ayant eu le courage de défiler et les « titushkis » , des délinquants payés par le régime pour attaquer ses opposants.

« On est gentils maintenant et ça changera à nouveau demain »

Depuis le canapé d'une MJC pas vraiment officielle de Lviv, Taras ne cherche pas à cacher son admiration. Car le capo du kop du Karpaty le reconnaît, soutenir les manifestations depuis ce bastion du nationalisme ukrainien, acquis à l'opposition, n'a rien de compliqué : « On parle souvent d'une guerre entre les fans, mais elle n'a plus d'importance. Quand on nous regarde, on voit que l'Ukraine est un pays uni. Bloquer l'administration régionale à Poltava ou à Dnepropetrovsk, c'est beaucoup plus sérieux qu'à Lviv. Ce qu'ils ont fait est impressionnant parce que ça a des conséquences sur leur vie. » S'il est devenu difficile de dresser des bilans précis des manifestants blessés, emprisonnés ou disparus, Roman Akbash assure que trois supporters du Metalurg Zaporijia ont été arrêtés, le 26 janvier.

Durant les deux premiers mois de la contestation, seules les écharpes du Karpaty Lviv étaient clairement visibles sur la place de l'Indépendance, l'Ouest de l'Ukraine fournissant la majeure partie des contestataires. Les ultras du Karpaty ont été rejoints par d'autres, mais ceux-ci restent difficiles à repérer sur les barricades de la rue Grouchevski, où se sont concentrés les affrontements entre insurgés et policiers depuis le 19 janvier. « Il y en a probablement, mais derrière les masques, c'est impossible de savoir qui est qui » , explique Taras, le capo du Karpaty Lviv. La seule trace de leur présence, c'est un mémorial érigé à la mémoire de Valeri Lobanovski, le mythique entraîneur de l'URSS et du Dynamo Kiev ayant donné son nom au stade du club situé à quelques mètres des affrontements. Et les Ukrainiens savent se montrer respectueux de leurs idoles : dès les premiers jours des affrontements, la statue à son effigie était recouverte d'une bâche par les combattants. En attendant le retour à l'anonymat et aux bastons du dimanche, Kostia et les ultras ukrainiens savourent leur changement de statut sans se faire trop d'illusions : « On avait une mauvaise image avant, on est gentils maintenant et ça changera à nouveau demain. Mais en attendant, on est fiers d'être vus comme des héros. »

Par Thibault Marchand, à Kiev
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

derIngenieur Niveau : CFA
Chapeau, vraiment.
mugiwara-no Niveau : Loisir
Un vent nouveau souffle sur la planète, vent du renouveau, c'est le vent de l'espoir.
Note : 5
La chute du mur de Berlin , très bien !
La création des états-unis d'europe , un immense merdier pour les peuples Européen !

Et pourtant eux ont vécut bien pire avec le communisme , mais que ce soit la Tchéquie ou l'Ukraine j'espère pour eux que leurs gouvernement ne leurs imposera pas un jour comme a nous ici cette stupide monnaie qu'est l'€uro !

Je leurs souhaite de rester indépendant de cette supercherie d'Europe politique .
Voila peut-être pourquoi on cherche à les éradiquer en France...
nononoway Niveau : CFA
Merci pour les infos
GhjuvanFilippu Niveau : CFA2
Taper sur les ultras en France c'est politiquement correct ("voyous des stades", "tolérance zéro" ...) mais quand faut aller au charbon se sont les premiers à y aller ! Encore un exemple ici, mais c'était le cas au Caire, en Tunisie ou en Turquie !

Chapeau les gars, en plus on voit qu'il y a une vraie conscience politique derrière, pas des gars influencés du style "on veut l'Union Européenne !", ils veulent vraiment un pays indépendant et où l'on peut vivre sans corruption (bon la ils sont légèrement utopistes les mecs), même si je pense que tout ne doit pas être rose chez l'opposition.
Dranim
Message posté par El Xeneize
La chute du mur de Berlin , très bien !
La création des états-unis d'europe , un immense merdier pour les peuples Européen !

Et pourtant eux ont vécut bien pire avec le communisme , mais que ce soit la Tchéquie ou l'Ukraine j'espère pour eux que leurs gouvernement ne leurs imposera pas un jour comme a nous ici cette stupide monnaie qu'est l'€uro !

Je leurs souhaite de rester indépendant de cette supercherie d'Europe politique .



D'accord à 100% avec toi.

Les pauvres Ukrainiens ont de toute façon le cul entre deux chaises. On a juste affaire à une lutte d'intérêts entre Russes d'un côté et américano-européistes de l'autre.
Très beau sujet sur la rédemption des Ultras Ukrainiens. Ils peuvent aussi très bien se comporter mais ce qui n'excuse pas d'autres débordements. "Rédemption" est le mot juste.
cerveau-gauche Niveau : Loisir
Je comprends pas l'obstination qu'ont certains ukrainiens à vouloir se rattacher à l'Union européenne. Historiquement, l'Ukraine et la Russie, c'est quasiment la même culture et le même pays. L'Ukraine est même le coeur historique de la Russie moderne, Kiev ayant été pendant plusieurs siècles la capitale de la Russie médiévale.
Alors certes, la Russie a pris le dessus et veut garder sa main-mise pour les raisons qu'on connait (le gaz) et sait qu'avoir un allié de 45M d'habitants aux frontières de l'UE n'est pas négligeable. Mais à part une "pseudo-liberté" dictée par Bruxelles, qu'ont-ils à y gagner?
GhjuvanFilippu Niveau : CFA2
L'opposition ukrainienne n'est pas viable sur le long terme, trop d’intérêts divergents : il y a des pro européens libéraux pour qui "en dehors de l'UE point de salut" et des ultras nationalistes pour qui l'Ukraine doit se libérer de la Russie tout en restant en dehors de l'Europe occidentale, donc pour le moment sa va ils ont un "ennemi" en commun mais à la longue ils risquent de s’essouffler et de surtout finir par montrer leurs divergences. Or la contestation ne peut réussir que s'ils restent unis, et le gouvernement (élu démocratiquement je le rappelle) le sait bien, c'est pourquoi il gagne du temps en prenant des mesurettes histoires de calmer à la longue les manifestants les moins décidés qui se diront "ouais ils ont fait des efforts" et permettent de gagner un temps précieux afin de faire éclater la contestation.
ça mériterait un article renseigné sur l'importance des organisations dans les "révolutions" nationales. Tunisie, Egypte, Ukraine, on s'aperçoit que les ultras ont un véritable poids sur ces manifestations, ce qui laisse penser que le GVT français a (malheureusement) très bien anticipé le phénomène en France.
Note : 4
C'est marrant, une contestation montée de toutes pièces par l'UE et les USA parce que le gouvernement ukrainien a accepté de renforcer ses accords économiques avec la Russie et voir sa dette envers la Russie effacée...

Les Ultras ukrainiens défendent les gens et ne prennent pas partie, chapeau à eux. Par contre, croire que c'est pour la liberté alors que c'est juste une manipulation européenne due à une peur de la perte d'influence possible après ces accords (bénéfiques) avec les russes.

Société capitaliste de merde.
Balaise Matuidi Niveau : Loisir
Message posté par cerveau-gauche
Je comprends pas l'obstination qu'ont certains ukrainiens à vouloir se rattacher à l'Union européenne. Historiquement, l'Ukraine et la Russie, c'est quasiment la même culture et le même pays. L'Ukraine est même le coeur historique de la Russie moderne, Kiev ayant été pendant plusieurs siècles la capitale de la Russie médiévale.
Alors certes, la Russie a pris le dessus et veut garder sa main-mise pour les raisons qu'on connait (le gaz) et sait qu'avoir un allié de 45M d'habitants aux frontières de l'UE n'est pas négligeable. Mais à part une "pseudo-liberté" dictée par Bruxelles, qu'ont-ils à y gagner?


Les Ukrainiens ont une langue qui leur est propre et qui est parlé dans quasiment tous le pays (sauf le long de quelques frontières). Si effectivement leur langue est proche du russe, que ce sont toutes les deux des langues slaves avec un alphabet cyrillique, pour autant un Russe a beaucoup de mal à comprendre un Ukrainien et inversement.

Après ce qui est beau dans la culture des pays de l'est en général c'est qu'ils sont capables d’être sous domination de plusieurs puissances pendant presque toute leur histoire, ils ont quand même la capacité de garder leur identité pendant tout ce temps et recréer un pays qui n'a existé que périodiquement. C'est le cas des pays de l'ex-yougoslavie, des moldaves, des pays baltes etc.

Le fait de vouloir rejoindre l'union européenne est assez simple à comprendre, avoir des accords de libre échange avec 27 pays proches géographiquement c'est indéniablement offrir des débouchés à l'économie. Le libre échange a quasiment toujours enrichi mutuellement les pays qui y participent.

Il faut également savoir que sous Staline les soviétiques ont commis des massacres innombrables chez les Ukrainiens et ont crée la fameuse famine dévastatrice de 1931 à 1933, dans ce pays qu'on appelle pourtant le "grenier à blé de l'Europe" en confisquant une grande partie des récoltes Ukrainiennes.
cerveau-gauche Niveau : Loisir
Message posté par Balaise Matuidi


Les Ukrainiens ont une langue qui leur est propre et qui est parlé dans quasiment tous le pays (sauf le long de quelques frontières). Si effectivement leur langue est proche du russe, que ce sont toutes les deux des langues slaves avec un alphabet cyrillique, pour autant un Russe a beaucoup de mal à comprendre un Ukrainien et inversement.

Après ce qui est beau dans la culture des pays de l'est en général c'est qu'ils sont capables d’être sous domination de plusieurs puissances pendant presque toute leur histoire, ils ont quand même la capacité de garder leur identité pendant tout ce temps et recréer un pays qui n'a existé que périodiquement. C'est le cas des pays de l'ex-yougoslavie, des moldaves, des pays baltes etc.

Le fait de vouloir rejoindre l'union européenne est assez simple à comprendre, avoir des accords de libre échange avec 27 pays proches géographiquement c'est indéniablement offrir des débouchés à l'économie. Le libre échange a quasiment toujours enrichi mutuellement les pays qui y participent.

Il faut également savoir que sous Staline les soviétiques ont commis des massacres innombrables chez les Ukrainiens et ont crée la fameuse famine dévastatrice de 1931 à 1933, dans ce pays qu'on appelle pourtant le "grenier à blé de l'Europe" en confisquant une grande partie des récoltes Ukrainiennes.




Merci, tu ne m'apprends pas grand chose, je suis moi-même à moitié slave, et au courant du fait que la différence entre l'ukrainien et le russe est presque au même niveau que celle entre le provencal et l'italien par exemple. En Ukraine, tout le monde parle russe (comme les anciens de tous les ex-pays du bloc de l'est) et n'a absolument pas de mal à comprendre le russe (mais ce qui n'est pas forcément réciproque).

Après pour ton exemple des pays sous domination, leur origine slave en commun, ce qui démarque un pays de l'autre est son appartenance à son église (Europe centrale + Balkans du nord et des côtes catholiques - Europe de l'est et Balkans du sud et de l'est orthodoxes grosso modo), mais chaque pays de l'est a eu son heure de gloire (royaumes de Hongrie, de Serbie, de Valachie, Rus' de Kiev, etc…) et l'unique but de la recréation dont tu parles, comme la Pologne en 1918 fut dans un but géopolitique de contre-poids et de pseudo auto-détermination des peuples après la SDN (et les pays baltes ne sont vraiment des slaves à proprement parler). Le cas yougoslave est un peu plus complexe.

Mais pour le rapprochement avec l'UE, Maidan n'invoque pas toujours ces raisons économiques mais surtout la liberté à l'européenne, avec l'UE-USA qui les manipule pour affaiblir la Russie.

Et pour Staline, la encore je suis au courant, mais faire une comparaison entre un géorgien à la tête de l'appareil d'état soviétique athée, et le contexte russe de Poutine-Ioukanovitch, je comprends pas trop le rapport.
Balaise Matuidi Niveau : Loisir
Message posté par cerveau-gauche


Merci, tu ne m'apprends pas grand chose, je suis moi-même à moitié slave, et au courant du fait que la différence entre l'ukrainien et le russe est presque au même niveau que celle entre le provencal et l'italien par exemple. En Ukraine, tout le monde parle russe (comme les anciens de tous les ex-pays du bloc de l'est) et n'a absolument pas de mal à comprendre le russe (mais ce qui n'est pas forcément réciproque).

Après pour ton exemple des pays sous domination, leur origine slave en commun, ce qui démarque un pays de l'autre est son appartenance à son église (Europe centrale + Balkans du nord et des côtes catholiques - Europe de l'est et Balkans du sud et de l'est orthodoxes grosso modo), mais chaque pays de l'est a eu son heure de gloire (royaumes de Hongrie, de Serbie, de Valachie, Rus' de Kiev, etc…) et l'unique but de la recréation dont tu parles, comme la Pologne en 1918 fut dans un but géopolitique de contre-poids et de pseudo auto-détermination des peuples après la SDN (et les pays baltes ne sont vraiment des slaves à proprement parler). Le cas yougoslave est un peu plus complexe.

Mais pour le rapprochement avec l'UE, Maidan n'invoque pas toujours ces raisons économiques mais surtout la liberté à l'européenne, avec l'UE-USA qui les manipule pour affaiblir la Russie.

Et pour Staline, la encore je suis au courant, mais faire une comparaison entre un géorgien à la tête de l'appareil d'état soviétique athée, et le contexte russe de Poutine-Ioukanovitch, je comprends pas trop le rapport.


Le rapport c'est que cet épisode a un peu près le même impact dans la conscience collective Ukrainienne que les massacres de Madrid par les Français sous Napoléon, un truc que nous on a presque oublié mais pas eux.

Ensuite vouloir expliquer les divisions des peuples par la religion c'est parfois vrai mais ça peut être aussi trompeur. Effectivement Ukrainiens et Russes sont orthodoxes, mais ils ont toujours étaient deux peuples différents de par leur culture, et de plus aujourd'hui la religion en Europe a un poids qui n'est plus le même que par le passé.
L'élément déterminant pour qu'un peuple s'unisse de nos jours c'est surtout la langue. Ce ne sont pas les belges qui partagent la même religion, la même histoire, les mêmes coutumes qui me contrediront.
Effectivement les Ukrainiens comprennent presque tous le Russe, mais la langue qui est parlée majoritairement reste l'Ukrainien, et c'est en partie pour préserver cette langue liée à la culture Ukrainienne, que les Ukrainiens et surtout les Ukrainiens nationalistes (qui sont nombreux) souhaitent ne plus être sous domination Russe.

Oui les Ukrainiens revendiquent plus de libertés, comme dans toutes rébellions mais qu'est ce qui déclenche cette rébellion ? A la base c'est principalement les conditions économiques qui se dégradent à cause de la corruption qui poussent les Ukrainiens à aller dans la rue. Quand le pays est économiquement stable et prospère, les revendications à la liberté ne causent jamais de révolution.
Donc oui la préoccupation économique est essentielle pour comprendre leur volonté de se révolter, et ils pensent à juste titre qu'ils ont plus de débouchés avec l'UE qu'en étant éternellement rattachés à la Russie dont la croissance s’essouffle de plus en plus.
"Protéger"...putain moi ça me prend la tête que le mouvement ultra (mais c'est aussi le cas pour d'autres mouvements, type mouvement "skin") se résume pour les extérieurs audit mouvement à la capacité à user de la force.
Si c'est juste un fight club qui trouve, à un moment donné, un terrain d'expression politique, c'est vraiment sans intérêt et puis, pour mémoire, quand t'es vraiment un fighter, la plupart du temps t'es pas un héros, tu viens juste foutre ton dawa le temps d'un événement et tu te barres vite fait, bien fait avant que le reflux (aka les flics ou l'armée dans ces coins) déboule.
Autant j'aime bien l'appel lancé, limite ça me ferait penser aux mots d'ordre de la seconde guerre mondiale balancés un peu partout en URSS, mais franchement faire des ultras des passionarias de la démocratie tout mignons, tout beaux, j'arrive pas trop à y adhérer, que ce soit en Ukraine ou dans les autres pays d'ailleurs.
Cela nous change des débats Pro ou Anti PSG...
KeithGainsbourg Niveau : District
Si je peux me permettre d'apporter quelques éléments supplémentaires (Ma copine est ukrainienne).

Le mouvement EuroMaiden n'a jamais cherché à rejoindre l'Europe, les négociations de parlaient que d'accords commerciaux.

Cette cohésion des ultras est incroyable. Ils affirment que cela ne surprend personne, mais ils ont vraiment la réputation d'être parfois très violent là-bas.

Le régime connait parfaitement la menace que représentent ces ultras. Ils est arrivé que la veille ou l'avant-veille de grandes manifestations, le régime débarque au aurore chez les ultras pour les amener en "GAV" pour 48h afin de casser gentiment du protestataire.

Il faut aussi savoir que le plus gros regroupement d'ultras d'Angleterre (Newcastle, MU, Liverpool, etc...) se sont rendus en Ukraine pour se battre au côté des ultras locaux.

L'énorme différence avec le peuple, c'est que les ultras ont des leaders affirmés qui sont respectés. Ils sont bien plus organisés et difficile à combattre pour les Berkouts (CRS ukrainiens).

En bonus, voici une vidéo de l'efficacité impressionnante des mecs:

https://www.youtube.com/watch?v=GiyVv4J543Q

GhjuvanFilippu Niveau : CFA2
Message posté par one_of_the_amoks
"Protéger"...putain moi ça me prend la tête que le mouvement ultra (mais c'est aussi le cas pour d'autres mouvements, type mouvement "skin") se résume pour les extérieurs audit mouvement à la capacité à user de la force.
Si c'est juste un fight club qui trouve, à un moment donné, un terrain d'expression politique, c'est vraiment sans intérêt et puis, pour mémoire, quand t'es vraiment un fighter, la plupart du temps t'es pas un héros, tu viens juste foutre ton dawa le temps d'un événement et tu te barres vite fait, bien fait avant que le reflux (aka les flics ou l'armée dans ces coins) déboule.
Autant j'aime bien l'appel lancé, limite ça me ferait penser aux mots d'ordre de la seconde guerre mondiale balancés un peu partout en URSS, mais franchement faire des ultras des passionarias de la démocratie tout mignons, tout beaux, j'arrive pas trop à y adhérer, que ce soit en Ukraine ou dans les autres pays d'ailleurs.


Je suis d'accord mais à la fin l'ultra dit : « On avait une mauvaise image avant, on est gentils maintenant et ça changera à nouveau demain. Mais en attendant, on est fiers d'être vus comme des héros. »
Il est conscient que l'effet "héros du peuple" va s'estomper aussi vite qu'il est arrivé et qu'ils vont reprendre leurs places de parias de la société et de mangeurs d'enfants.
Spartakist Niveau : CFA2
En tant qu'ukrainien vivant en France depuis déjà bien longtemps maintenant, je dois dire que cet article m'a bien fait marrer. Notre ami Thibault Marchand s'est bien fait endormir par ces menteurs. Tous ces groupes de supporters ont reçu de l'argent pour apporter leur soutien aux manifestants. Y'a rien de spontané. OTPOR a payé tous les leaders ultras pour s'attacher leur soutien. Ils font même le tour des clubs de boxe, de kick-boxing pour recruter des mecs. De 75 à 130 dollars la journée.

On pourrait faire le même genre d'article mensonger concernant certains titushkis, les molosses de la mafia qui ont rejoint les manifestants. Ils ne font pas ça par conviction patriotique et/ou démocratique. Vous pouvez me croire.

Des héros comme ça, j'en fais un tous les matins. Généralement après avoir bu mon café...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Bien le Beaujoire de Zlatan
347 38