1. // Bilan de fin de saison
  2. // Récompenses improbables

Les trophées individuels improbables

Luis Suárez est un homme comblé : l'Uruguayen vient en effet d'être élu joueur ibéro-américain de Liga. Une récompense aux contours flous, puisque récompensant aussi bien Sud-Américains qu'Espagnols et Portugais, et qui pose une question : peut-on offrir un trophée à n'importe qui, n'importe comment ? Sans doute.

Modififié
9 18

Joueur océano-jamaïcain de Premier League


Vainqueur : Adrian Mariappa (Crystal Palace)

Ont prétendu au titre : Raheem Sterling, Curtis Good , Tyler Blackett, Brad Jones, Curtis Good, Raheem Sterling, Daniel Sturridge, Danny Rose, Junior Hoilett, Mile Jedinak, Jason Puncheon, Frazer Campbell, Mark Schwarzer, Danny Simpson, Chris Wood.

Puisqu'une île ne vaut pas plus qu'une autre, Jamaïcains et habitants du Pacifique se partagent les honneurs du trophée « Bob Marley aborigène » . Et si la compétition fut féroce, Adrian Mariappa, qui cumule la double nationalité fidjo-jamaïcaine, ne peut que triompher sur Raheem Sterling, Danny Rose et Mark Schwarzer. Un grand bravo au joueur de Crystal Palace, un homme au passeport solide.

Trophée du meilleur gaucher non espagnol de Catalogne


Vainqueur : Thomas Vermaelen (FC Barcelone)

Ont prétendu au titre : Héctor Moreno, Felipe Caicedo, Adriano, Jérémy Mathieu, Rafael Alcántara, Lionel Messi

Paraît-il que le gaucher est adroit. Parait-il qu'en Catalogne, on adore les techniciens vivaces. Et puisqu'il serait trop facile de récompenser un Espagnol élevé à la passe rapide, certains étrangers méritent un titre qui salue leur capacité d'adaptation. Messi sacré dans la catégorie depuis bientôt cinq ans, le comité exécutif des institutions socialistes de Barcelone a tranché dans le sens de l'innovation : Thomas Vermaelen est cette année sacré en raison de sa capacité à alterner entre infirmerie et banc de touche. Une habilité désarmante et un trophée mérité.

Trophée du joueur au mélange chelou de l'année en Ligue 1


Vainqueur : Layvin Kurzawa (Monaco)

Ont prétendu au titre : Yannick Ferreira Carrasco, Lindsay Rose, Divock Origi, Tiago Ilori, Isaac Thelin, Gelson Fernandes, Martin Braithwaite, Modou Sougou

Le florilège était beau. Du Suédois-Congolais (Thelin), du Belgo-Kenyan (Origi), de l'Anglo-Portugais (Ilori)… Pourtant, et de façon assez naturelle, il est un joueur qui ne saurait passer à côté du sacre. Layvin Kurzawa, latéral aux origines guadeloupéo-polonaises trimbale en effet sa diversité culturelle avec succès dans le couloir monégasque. Dur à battre.

Trophée du joueur qui est le seul à avoir cette nationalité en Bundesliga


Vainqueur : Marius Stankevičius (Lituanie, Hanovre)

Ont prétendu au titre : Carlos Gruezo (Équateur), Júnior Díaz (Costa Rica), Elkin Soto (Colombie)

Avec son nom de skieur de fond, Marius n'a aucun mal à écarter les autres potentiels gagnants de la catégorie. En effet, Carlos Gruezo, Júnior Díaz et Elkin Soto n'auront pas offert assez de diversité, puisque provenant tous d'Amérique latine. Une concentration dans la singularité qui offre la piste du succès à Stankevičius. Veni, Vedi, Vicius.

Trophée du meilleur joueur en provenance de l'ex-Yougoslavie relégué en Serie A


Vainqueur : Duje Čop (Cagliari)

Ont prétendu au titre : Zelijko Brkić, Luka Krajnc, Milan Djuric, Pavol Bajza

Difficile de départager toutes ces consonnes. Dès lors, le choix de la simplicité a été fait. Tant mieux pour Duje Čop (Nord ou Sud), attaquant croate de Cagliari qui présente l'avantage de ne pas avoir un patronyme trop long à graver sur la coupe. Parme, qui présentait Pavol Bajza et partageait donc les coûts liés à la cérémonie, s'en réjouit.

Trophée Willy Sagnol du joueur africain athlétique de la côte Atlantique


Vainqueur : Cheick Diabaté (Bordeaux)

Ont prétendu au titre : Papy Djilobodji, Lamine Koné

Ici, toute intelligence tactique est écartée. Le trophée récompense un corps, pur et dur, comme seule l'Afrique peut en fournir à la Ligue 1. Et dans cette quête d'arme fatale ultime, le comité présidé par Willy Sagnol a tranché. Cheick Diabaté, lui, le seul, l'unique, étant à la fois lui-même et le cousin spirituel d'Alain Delon, remporte haut la main des débats quelque peu orientés en raison de sa présence chez les Marines. Pas forcément fair-play, mais telle est la loi du plus fort.

Trophée du japono-décoloré de l'année en Europe


Vainqueur : Keisuke Honda (Milan)

A prétendu au titre : Yoichiro Kakitani

Ils n'étaient pas nombreux à concourir dans cette catégorie. Soit parce que le Japonais se fait rare dans les championnats européens, soit parce que le goût pour ce que l'on appelle communément « une Steevy Boulay » s'est perdu au pays du soleil levant. Dès lors, entre Keisuke et Yoichiro, les couleurs balancent. Avantage toutefois à Honda, qui a le mérite de ne pas évoluer à Bâle.

Trophée du meilleur Grec dont le nom ne finit pas en « is » , « as » ou « ou » du championnat chypriote


Vainqueur : Toni Calvo (Famagouste)

A prétendu au titre : Grigoris Makos

À catégorie restreinte, participants rares. Hasard des carrières, ou choix délibéré pour tenter de déstabiliser l'adversaire, Grigoris Makos et Toni Calvo évoluent tous deux à Famagouste, sur la côte Est de Chypre. Difficile donc de départager le duo de prétendant. Mais le prix revient à Toni Calvo qui, armé de son nom de mafieux, s'est affranchi du S récurrent dans les patronymes helléniques. Une performance à saluer et donc à récompenser.

Par Raphael Gaftarnik
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

n'importe nawak ! ca sent vraiment la fin de saison chez Sofoot... vivement la finale de la C1 et la copa america!
rp.bourque Niveau : DHR
Toni Calvo, j'adore.
De source sûre, on me confirme à l'oreillette que "Grigoris Makos" finit bien par "os". Toni Calvo remporte donc un trophée où il était le seul concurrent. Magouille & Copinage !
Kit Fisteur Niveau : Loisir
Le trophée Willy Sagnol du meilleur joueur africain athlétique... Bande de bâtards vous avez gérés !
Lorenzaccio Niveau : DHR
Au vu de la photo le bon Luis à l'air très impliqué dans la préparation de son affrontement futur avec Chiellini ...
Note : 1
Et le trophée de l'article le plus bidon, il est pour qui ?
Romansochaux Niveau : National
Note : 4
Excellent.
Vous avez oublié le meilleur Sofoot en 2013, Messi est élu
meilleur joueur le la liga 2012/2013, et pour que Cristina Ronaldo ne boude
pas on a crée un titre de MVP pour lui.
Trophée stupide au demeurant si tu es le meilleur joueur de la liga, tu es
de fait le MVP (most valuablee player) comme en NBA ou ce titre
est donné au meilleur joueur de la saison régulière
A noter que ce trophée n'a été décerné que cet année là mais
bon je dis ça, je dis rien.
KingMastre Niveau : CFA2
Yeahhhhh...

Bonne détente. Maintenant, je replonge dans mes manuels de processus...

A qui le trophée du meilleur Poustis et Malaka???
burruchaga Niveau : CFA2
Faut pas confondre Stankevicius avec Wawrinka-ce-vicelard.
"Le cousin spirituel d'Alain Delon"... magique. C'est pour des phrases comme celle-là qu'on revient tous les jours sur So Foot.
dizzymusictv Niveau : CFA
Note : 1
Trophée du joueur qui est le seul à avoir cette nationalité en Bundesliga
et
Le trophée Willy Sagnol.
ha ha ha ha ha ha ha
You'll never walk without gerrard Niveau : CFA2
Trophée du Divin Chauve: Benjamin Nivet
Principaux concurrents: Jallet Balmont Skrtel

Pour avoir gagne son championnat, il écarta en finale Christophe Jallet pour remporter son trophée Barthez. Ce dernier étant absent pour cause de "moi je suis reste sur Luzenac contre la ligueuh", Gravesen devait le donner mais a été effrayé par Veron le narco argentin et c'est finalement Tony Chapron qui s'y colle... Vous voulez un soin? (oui je sais c'est Mr Lannoy qui l'a dit mais j'adore cette réplique ^^)
harry plotteur Niveau : DHR
ouai enfin si belgo-kenyan c'est un mélange "chelou" ben la liste des prétendants peut être longue en L1 avec les Batshuayi ( belgo-congolais) Matuidi (franco-angolais-congolais) Kondogbia, Mavuba,... et tous les autres
Ca me rappelle le Grèce-Cote d'Ivoire à la coupe du monde où le seul "Kone" sur le terrain était grec.
N'empêche que vous pouvez être certain que si l'on crée un trophée du meilleur joueur francophone de L1, on stigmatisera un ethnocentrisme franco-franchouillard limite xénophobe.
Article tout simplement brillant !
Merci de prendre en compte nos remarques suite à la distinction débile de Suarez !
on pourrait aussi inventer le soulier d'ébène pour récompenser le meiller joueur d'origine africaine ! ... ah bah trop tard, les belges l'ont déjà fait !
F. Kunz
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Top 10 : Adieux gâchés
9 18