1. //
  2. //
  3. // PSG-Bordeaux (2-0)

Les tribunes du Parc crient de nouveau

Une grosse centaine d'ultras étaient présents en tribune Auteuil pendant PSG-Bordeaux. L'occasion pour le Parc de regoûter à un début d'ambiance digne de ce nom grâce à ces deux kops qui se sont rendu la balle pendant tout le match. Reste à conquérir les tribunes latérales...

Modififié
10k 28
« Tout à l'heure, la sécurité bloquait une centaine d'ultras à l'entrée du périmètre du stade, mais visiblement ils sont entrés. » Ce spectateur du Parc à l'œil. Dans la partie supérieure de la tribune Auteuil, un groupe est agglutiné, en train de chanter, écharpes au poing. Annoncé via un système de ventes individuelles de billets, le retour des supporters les plus engagés du PSG prend forme. Et cela se ressent forcément. Dès l'échauffement, les ultras veulent reprendre possession et le font savoir. « Le Parc avec nous » , scande le groupe, qui reçoit quelques applaudissements en retour. Pas encore la folie d'un stade écossais un jour de Old Firm, mais un bon début qui contraste avec le son nonchalant de Gorillaz, le titre Clint Eastwood, qui a été choisi par le DJ du stade. Les décibels montent logiquement à l'annonce de la composition parisienne, avec une mention spéciale pour la coqueluche Edinson Cavani. Quand le bout de tribune dédiée aux supporters bordelais tente courageusement de se faire entendre, les deux kops parisiens couvrent avec des chants, écharpes déployées.


C'est plus calme dans les tribunes latérales, notamment la tribune Paris où s'agitent quelques drapeaux, mais dont ne descend quasiment aucun bruit. Le match lancé, Auteuil ne baisse pas le rythme, Boulogne suit le mouvement. Mais c'est bien l'ensemble du stade qui explose quand Edinson Cavani marque d'une tête piquée dès la troisième minute. Forcément, le nom de l'Uruguayen est scandé, jusqu'à ce que des sifflets viennent accueillir le craquage d'un fumigène dans le petit kop girondin. Au moins, il y a de la vie dans le stade. Un stade qui reste pour grande partie simple spectateur, mais l'autre partie venue pour pousser son équipe est bien là. Le début de match raté de Bordeaux aide, mais il n'est pas seul pour expliquer la sérénité qui se dégage de cette équipe parisienne. Même les gestes défensifs de Verratti ou Marquinhos trouvent des applaudissements. Et quand Cavani tombe dans la surface au contact d'un défenseur adverse, Auteuil et Boulogne tentent, en vain, d'influencer Antony Gautier pour gratter un penalty.

« Le Parc avec nous »


Régulièrement, Auteuil réclame le soutien de tout le stade : « Le Parc avec nous. » Applaudissements polis mais brefs en réponse. On sent clairement où se trouve la marge de progression et on peut imaginer de belles ambiances le jour où les tribunes Paris et Borelli se mettront au diapason. Mais pour le moment, c'est bien le contingent bordelais qui tente courageusement de rendre la pareille à Auteuil et Boulogne, avec à chaque fois les mêmes sifflets pour étouffer l'effort. Solidaires, les deux kops parisiens chantent « ô ville lumière » à la vingtième minute, cela ne suit toujours pas dans les latérales, malgré les demandes d'Auteuil pour réveiller tout le Parc. « Paris est magique » complète la playlist peu avant la demi-heure de jeu. Gros contraste entre des supporters engagés et des spectateurs presque neutres, sauf quand Cavani double la mise d'une Madjer quelques instants plus tard. Sur le son « Uptown Funk » de Mark Ronson, le stade scande le nom de Cavani et des milliers de petits drapeaux PSG pointent leur nez côté tribune Paris. L'intention est là... À l'annonce de la fin du premier acte, le stade applaudit, mais c'est bien, encore une fois, à Auteuil que l'on continue de chanter pendant que le reste du stade va profiter des commodités.


Au retour des vestiaires, les vingt-deux acteurs sont accueillis par les chants continus d'Auteuil et Boulogne, qui ont clairement décidé de marquer le coup. Cela s'enflamme même quand Areola sort de sa surface pour intervenir au pied (49e), ou quand Lucas est proche de tripler la mise (50e). Le reste du match est dans la même veine : des applaudissements généreux quand Verratti intercepte le dribble de Ménez (60e), des clameurs quand Cavani manque son duel avec Carrasso à cause d'un tir trop prévisible (66e), une ovation quand Verratti cède sa place à Rabiot (73e) ou que Lucas cède la sienne à Ben Arfa (78e), et une équipe du PSG qui déroule tranquillement dans un stade clairement acquis à sa cause. Grâce à ses kops retrouvés, entre autres. Ces derniers jours, il n'y a eu personne pour s'opposer, de près ou de loin, au retour progressif des ultras dans le stade. Pour « rêver plus grand  » , on peut penser que ces derniers ne seront pas de trop, tout comme l'ambiance qu'ils pourront imprimer à certaines soirées européennes où le Parc n'était jusque-là pas assez hostile à l'adversaire. Le tableau est encore loin d'être parfait, la prochaine étape sera de décanter tout le stade. Mais cela annonce peut-être du très bon : un regain de passion, une touche moins feutrée mais plus spontanée, qui permettra au PSG de redevenir l'équipe d'un territoire et d'une communauté avant d'être une marque ou un instrument de soft power.

Par Nicolas Jucha, au Parc des Princes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Merci pour cet article. J'ai ressenti à peu près la même chose.

Je suis en latérale, effectivement ces dernières années, on mérite notre réputation.

Mais je tiens quand même à souligner que le Samedi 17h au Parc, généralement ce n'est pas le public le plus réceptif.

La particularité de ce stade fait que, de toute façon, s'il y a un semblant d'organisation et de vie, on le sent tout de suite.

Le son tourne au Parc. C'est une impression particulière.
Champion-mon-frère Niveau : Ligue 2
"Mais qui sont les dignes héritiers. Du club on a vu défiler joueurs et dirigeants le stade on l'a toujours fait vibrer.

Et ce bien avant les Zlatan, avant que préside Nasser. J'te jure qu'il y avait plus d'ambiance à l'époque de Francis Llacer"
Dommage de ne pas avoir mentionner la danse grecque ni les joueurs qui viennent fêter la victoire avec les kops, ce sont deux beaux moments de la soirée d'hier.

L'Histoire du club est en marche !
Chatperché Niveau : DHR
J espere que le retour d' une "organisation ultra" va permettre de canaliser les blaire*aux qui venaient au stade incapables de se gerer eux mêmes.

Pas supporter de Paris mais étant allé qquefois au Parc ces dernières saisons (avec des filles parfois) j' avais envie de partir tellement les spectateurs étaient cons a dire des énormités a tout va et des grossièretés les pires possibles.

J' imagine la peine des "vrais supporters" ...
Champion-mon-frère Niveau : Ligue 2
Message posté par sox75
Merci pour cet article. J'ai ressenti à peu près la même chose.

Je suis en latérale, effectivement ces dernières années, on mérite notre réputation.

Mais je tiens quand même à souligner que le Samedi 17h au Parc, généralement ce n'est pas le public le plus réceptif.

La particularité de ce stade fait que, de toute façon, s'il y a un semblant d'organisation et de vie, on le sent tout de suite.

Le son tourne au Parc. C'est une impression particulière.


Le match à 17h est généralement en effet un peu "poussif" en termes d'ambiance. Du moins par rapport à des matchs le soir.

Quoiqu'il en soit (et comme tu l'expliques), sans forcément être le stade à la capacité la plus grande, le parc a une acoustique particulière. Plusieurs témoignages de joueurs, entraîneurs ou autres vont dans ce sens.

Par ailleurs, et comme le souligne chatperché, je me souviens avoir pu aller quelques fois côté Boulogne avant la dissolution des ultras et être interloqué par 2-3 mecs incapables de se gérer. A voir si la nouvelle "gestion" du club permet d'éviter ça car sinon l'ambiance était quand même assez géniale et incroyable
Etic Cartonna Niveau : District
Avis au historiens du supporterisme :
J'ai maté un bout de match avec un collègue et on s'est tous les deux demandé pourquoi, d'un point de vue stictement utilitariste, lors d'une danse greque (c'est bien celle-là ?), les supporteurs tournent le dos au lieu de faire face au reste du stade (question potentiellement stupide mais sérieuse) ?
VascoVince Niveau : DHR
C'est formidable. Les mecs font les foufous pendant le match parce que ça fait des années qu'ils n'ont pas pu. Et font du bruit et c'est chouette.

Et puis un jour, il y en a qui voudront jouer les gros bras, lors d'un match contre disons ... Marseille. Et on repassera par la case scandale et discours outragé.
Et puis un jour y'en a un qui va rentré un Fumi, et on repassera par la case scandale, et il y aura des sanctions collectives et on débattra sans fin de l'utilité de sanctionner un groupe pour l'agissement d'un seul.
Et puis un jour, les mecs auront un avis sur le coach, la prestation d'un de leur joueur voire de toute l'équipe, et ils l'exprimeront bruyamment voire avec des banderoles, et on repassera par la case scandale.

Quand j'ai lu au dessus que "l'histoire était en marche" j'ai explosé de rire.

Hier on a vu UN aspect du "supporterisme" Ultra, l'animation des tribunes, les chants l'ambiance. (moi j'aime ça)
Mais la culture Ultra c'est pas du Cheer-Leading aseptisé, y'a d'autres aspects qui n'ont pas disparu parce qu'on veut les oublier.
Etre Ultra c'est se sentir impliqué dans la vie de son club, c'est sentir membre d'un groupe, représenter un club, une ville, une région, vivre avec passion les événements et les résultats bon ou mauvais de son club.

Si vous croyez que les gars ils vont juste venir pour agiter des pompons et vous offrir des matchs plus sympas à regarder sur canal (ou en streaming) parce "ça fait du bruit c'est cool", vous vous trompez.
Il n'y a pas de passion sana excès.
Senzo Meyiwa Niveau : District
Est-ce que quelqu'un sait si la réouverture du côté Auteuil uniquement met à l'écart les quelques ultras fascistes (du côté de Boulogne) et les suiveurs qui reprenaient leurs chants ?
D'autre part, est-ce qu'il est prévu à terme de rouvrir les virages aux ultras des deux côtés ?
Le club est le plus puissant en France et avec le retour de l'ambiance ça fera un meilleur spectacle et un bon coup de pub pour la direction et le club.

A voir si une crise apparaît mais ça pourrait tourner comme dans d'autres pays en mode "vous payez, vous chantez mais les banderoles, les contestations et tout ce qui ne va pas dans le bon sens vous le laissez à la maison".

On verra bien mais ça sent l'arnaque sur le long terme. Les clubs en ont rien à foutre de l'ambiance. Le championnat le plus populaire du monde est rempli de stade blindés de touristes asiatiques avec des ambiances de cathédrales un lundi matin...
Donc vendre son cul aux mecs qui te crachent dessus depuis 6 ans et accepter de renier 3/4 du délire font de toi un ultra c'est bon à savoir.
90% de ces mecs sont inconnus au bataillon et ne traînaient même pas au Parc avant 2010, ils ne représentent qu'eux-mêmes. Y'a qu'à voir les dégaines des gus pour bien se marrer quand les médias font le lien avec le défunt mouvement parisien.

En espérant que le coca de la buvette était bon et que les "Dream Bigger" qui ont remplacé les fresques effacées en coursive sont à votre goût.

Bises à Nasser les charlots.
Un article en Une pour 100 gus qui chantent (à peu près).

Mon sofoot meurt à petit feu ...
Je comprends pas l'obsession pour les latérales. Les latérales n'ont pas vocation à pousser leur équipe pendant 90 minutes. Ce n'était déjà pas le cas avant le plan Leproux, et c'est le cas quasiment nulle part. Il y a une répartition qui contente finalement tout le monde dans la vie du stade, les virages qui mettent le feu, et les autres qui vivent le match comme ils l'entendent. Si les kops redeviennent ce qu'ils étaient, ce serait déjà énorme. Les latérales suivront dans les grandes soirées.
Il s'agit pas vraiment d'un retour, comme quelqu'un la précisé, mais plutôt d'une sorte de deuxième mouvement.

On est quand même dans une situation étrange, où le club veut plus d'ambiance mais veut garder un contrôle absolu, ce qui contraste totalement avec les principes des ultras normalement.

La plupart des mecs foutus dehors continueront à boycotter le parc, et je pense qu'on ne retrouvera jamais les tribunes d'avant Leproux.

Après peut-être qu'avec le temps, de nouvelles personnes seront désireuses de rejoindre la centaine qui chantait hier soir. J'ai cela dit bien peur qu'autre moindre chant contestataire ou banderole un peu borderline, le club ne pardonne pas.
ah ben tout le gouvernement de l'époque a mis la pression sur les dirigeants du PSG pour dégager les ultras, qui sait c'était peut-être LA condition pour que l'Arabie Saoudite rachète le club...
Mais 10 ans après, faut pas faire sa chialeuse: nos maîtres ont décidé que les supporters se composerait de bobos qui assistent à un match de foot comme ils vont à l'opéra, donc pourquoi se plaindre aujourd'hui?? Leur plan marche à merveille. ce pays de paradoxe: ça met des actions et de l'énergie et du pognon pas possible en place pour créer une occasion de se plaindre ensuite.
T'as tout compris, sauf que ta conclusion se fait dans le mauvais sens.

C'est pas des mecs incapables de faire le moindre compromis qui vont aider à ramener une ambiance saine au Parc. Tous ces supposés ultras qui se languissent de l'ancien temps sans jamais admettre que ça allait trop loin, c'est pathétique. Et ça voudrait qu'on les laisse libres de faire leurs propres choix alors même qu'ils prônent des choix identiques au passé, ces choix qui ont mené à des situations aberrantes.

Bref, reste dans ton coin avec tes potes extrémistes à bouffer votre rancoeur, nous ça nous va très bien !
Ultras.... Ultra beauf ouais!
FourFourTwo Niveau : Loisir
Message posté par Marien
Un article en Une pour 100 gus qui chantent (à peu près).

Mon sofoot meurt à petit feu ...


Attend il reste encore une belle marge de manœuvre par rapport au autres sites de foot... Quand Sofoot fera une brève se référant à l'avis de Riolo sur son blog, là tu pourras enterrer tout tes espoirs...
Message posté par Etic Cartonna
Avis au historiens du supporterisme :
J'ai maté un bout de match avec un collègue et on s'est tous les deux demandé pourquoi, d'un point de vue stictement utilitariste, lors d'une danse greque (c'est bien celle-là ?), les supporteurs tournent le dos au lieu de faire face au reste du stade (question potentiellement stupide mais sérieuse) ?


Oui c'est celle là.

Je dégagerais deux raisons :

-L'impression visuelle de vague est plus jolis lorsque les sup ont le dos tournée.

-A Paris la danse grecque s'effectue quand le PSG mène de deux buts. Du coup il y a une part chambrage "Nous menons de deux buts, nous ne regardons plus le match , nous nous amusons".

Evidemment avec le PSG moderne qui fou des tôles assez souvent, ce chant risque de perdre un sa force initiale.
dizzymusictv Niveau : CFA
Je suis en latérale depuis des années, ça a jamais spécialement poussé, avant ou après le plan Leproux.

Et je ne pense même pas que ça soit fait pour. Un stade de foot, c'est aussi un lieu de spectacle, où des personnes qui n'ont pas forcément l'âme passionnée ont le droit d'aller.

Par contre, je pense, que ce qu'ils pourraient faire, c'est mettre 5 ou 6 animateurs dans chaque bloc du stade. Des mecs qui donnent de la voix, comme ça, seraient à mon avis suivis par d'autres, et là on pourrait avoir une grande partie du stade qui pousse.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
10k 28