1. // Tous championnats
  2. // FIFA
  3. // Réglementation

Les TPO, qu'en pensent les agents français ?

Stupeur dans le foot français : le groupe Doyen Sports a annoncé qu'il pourrait peut-être débarquer dans le game. Problème, sa raison de vivre, la tierce-propriété, est pour l'instant interdite en France... Cette pratique méconnue en France divise. Points de vue contradictoires des agents Jean-Pierre Bernès et Yvan Le Mée.

Modififié
8 23
Depuis longtemps dans le viseur de Michel Platini, récemment mis sous le feu des projecteurs avec le transfert record d'Eliaquim Mangala à Manchester City, le procédé des contrats de « third party ownership » est interdit en France et en Angleterre, autorisé ailleurs. Alors que la mode consiste aujourd'hui à pourfendre cette pratique et son opacité, on peut se demander légitimement si les propos du patron de la FIFA, officiellement candidat à sa succession, ne découlent pas plus d'une stratégie de campagne que d'une réelle conviction.

« Si tu enlèves les TPO, tu détruis l'économie du foot sud-américain »


Entre la complexité d'imposer une interdiction à l'ensemble de la planète football et, surtout, le sacerdoce qui consisterait à « réguler » tous les contrats TPO existants, le Suisse a peut-être tenu des promesses difficiles à tenir. Tout au moins à court terme. Pour Jean-Pierre Bernès, il ne fait nul doute cependant que la gouvernance du football mondial a le pouvoir d'imposer ses vues : « Si les instances décident de supprimer cette pratique, les acteurs du football n'auront d'autre choix que de s'adapter. Imposer la même règle à l'ensemble de la planète football, c'est une question qui dépasse le cadre du football et des agents, mais je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas le faire. » Pour l'agent le plus influent du football français, la France a l'avantage « que cela soit déjà interdit sur son territoire, donc on est préparés » , tout en admettant que cette interdiction empêche de vraiment comprendre la pratique.

Un mal à éradiquer, les TPO ? Pour Yvan Le Mée, la réponse n'est pas forcément positive : « Je considère qu'un fonds d'investissements aide un joueur ou un club. En Amérique du Sud, les ¾ des joueurs sont concernés. Tu leur enlèves les TPO, tu détruis l'économie du football sur place. » Pour l'agent du Marseillais Romain Alessandrini, il est tout autant injuste de diaboliser les investisseurs : « Les investisseurs en Amérique du Sud vont des petits - genre un chauffeur de taxi qui met 500 euros par an - aux plus gros qui mettent des dizaines de millions. C'est vital pour ces structures sud-américaines pour se développer. » Yvan Le Mée n'y voit donc pas un cancer, mais un apport que les clubs peuvent choisir d'utiliser ou non : « Quand les clubs n'ont pas les moyens, par exemple pour rénover leur terrain d'entraînement ou payer le salaire d'un joueur important, ils préfèrent céder une part sur le futur transfert à des investisseurs. Cela évite aux clubs d'engager trop de fonds. »

Quand Porto limite ses risques financiers grâce aux TPO


Sauf que l'argent donne du pouvoir, ce qui semble gêner Jean-Pierre Bernès : « C'est un peu choquant et problématique. Les intérêts des différents propriétaires ne sont pas liés et également pas forcément concordants avec ceux du joueur. Ce type de pratique mène à imposer à un joueur d'aller là où il ne veut pas forcément aller. » De son côté, Yvan Le Mée admet un petit risque inflationniste : « Bien sûr, les TPO font augmenter les prix, car ils font marcher la logique de l'offre et de la demande. Si plusieurs clubs sont capables d'investir 20 millions sur un joueur, alors il vaut un peu plus... » Dans la période de crise actuelle, l'agent estime que l'apport des TPO pourrait redynamiser un football français moribond. « En France, le volume du mercato n'a été que de 100 millions. Le marché était atone, et atone, c'est se diriger droit dans le mur : plus rien ne bouge. Les TPO pourraient aider les clubs français à investir, à pouvoir prendre plus de risques sportifs. Sauf que la trop grande fiscalité, les trop nombreuses règles n'aident pas à attirer des investisseurs. »

Pour certains observateurs, la présence trop massive d'investisseurs extérieurs pourraient écarter les clubs du système des transferts, limitant leur implication au paiement des salaires. « Les clubs ont besoin de transferts pour leur économie, notamment les clubs formateurs » , analyse Bernès, pour qui les entités footballistiques doivent rester maîtresses du jeu. Mais un tel scénario, Yvan Le Mée n'y croit pas forcément, estimant que « pour arriver à ce schéma extrême, il faudrait que le foot soit vraiment en crise profonde et qu'il n'y ait plus de fonds » . Pour lui, « la situation est telle qu'on en a besoin, des TPO » , sous réserve d'en faire « un bon partenaire et de bien savoir d'où vient l'argent. Si l'argent est clean et clair, pourquoi interdire ? On a tendance à avoir peur de tout en France et en Europe. » Et pourtant, « les 10% ou plus sur un futur transfert, c'est déjà une sorte de TPO... » Si le système des TPO ressemble à la bourse dans sa problématique de « valorisation » d'actifs, Yvan Le Mée y voit aussi un moyen de pouvoir prendre plus de risques sportifs, à l'image « d'un club comme Porto qui prend beaucoup de joueurs, et qui dilue le risque grâce aux TPO. Ils font moins de plus-values, mais souffrent moins de la casse éventuelle. »

Le foot français fermé à la nouveauté ?


Ce principe de valorisation peut cela dit générer un côté moins humain de la pratique : « Les prix sont basés sur les performances présentes, mais aussi sur ce que l'on peut espérer de l'avenir. C'est comme lorsque que tu prends des actions en bourse : tu espères que l'entreprise sur laquelle tu mises va augmenter son chiffre d'affaires. Le côté pervers, c'est donc que cela fait baisser la valeur marchande des joueurs les plus âgés, même s'ils trouveront toujours grâce aux yeux des entraîneurs et présidents pour leur expérience. » Les réticences à l'égard des TPO traduisent selon lui une partie des maux du football français, fermé à la nouveauté : « Le schéma français m'énerve, aujourd'hui, on est à la ramasse car on ne cherche ni à prendre des risques, ni à se renouveler. On met tout sur le dos de la fiscalité et des différences économiques, à tort. » La conclusion à Jean-Pierre Bernès, vieux routier du footbal français : « Cela ne m'est jamais arrivé et cela ne m'arrivera pas de négocier un contrat en TPO. Je suis favorable à l'interdiction de cette pratique. »



Propos recueillis par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Note : 1
Si JP Bernès se prononce plutôt contre, alors je suis pour!
Je doute énormément que ça soit monsieur tout le monde qui en tire les bénéfices comme le bonhomme nous le dit avec son "chauffeur de taxi". C'est comme la bourse, c'est les investisseurs avec un gros capital de départ qui s'enrichissent, pas les petits porteurs. L'interdiction est une bonne chose, ça évitera de voir des gosses de 9 ans considérés comme des poulains sur lesquels on mise du fric par des fonds d'investissement qui n'ont probablement jamais ne serait ce que parlé au gosse.
PenoIndirect Niveau : Loisir
Pour ceux qui ont le temps et l'envie ,je recommande la lecture "d'extra pure" le dernier roman-enquête de Roberto Saviano ,voyage dans l'économie de la cocaïne .On comprend mieux pourquoi le TPO est en vogue là bas et de + en + en Europe.Quant à Bernés ,que dire ?
Pendant qu'on est dans le sujet, est-ce qu'un article est prévu concernant le rachat de Valence par la holding de Lim, qui possède également des joueurs d'autres clubs?
P'tit Filet Niveau : CFA

Il est rigolo cet Yvan Le Mée.

Donc, pour qu'un club bénéficie de capitaux, il propose de définitivement entériner la mercantilisation des corps. Génie.

Il connait la capitalisation ? Les investisseurs (mécènes, fonds, socios, tout pareil) ?

Ah, je suis con, il est agent... Il ne voit donc que son pourcentage de connard.

Sérieusement, c'est un article trop vite fait, sur un sujet bien trop sérieux.

Il n'y a pas de débat "pour ou contre". Les TPO, c'est une pratique néfaste (parce qu'effectivement gangrenée par le blanchiment) avec un arrière goût d'esclavagisme moderne...

Si on en accepte la pratique, l'étape d'après, c'est quoi ? "Allo, Sanofi ? Ma meuf attend un môme. On a tous les 2 fait des études supérieures. Mais on galère sur le loyer. Du coup, on voudrait vous céder 40% de notre progéniture. Futur chercheur garanti".
Note : 2
Je suis plutôt contre ce système même si Blatter et Bernès penchent comme moi, ça veut dire qu' il doit y avoir un truc louche derrière tous ça.

Sinon la fin du TPO qui détruirait l'économie du foot sud-américain, comment te dire mec ? le foot sud-américain au niveau de ces clubs et championnats a déjà bien souffert de la libéralisation du marché des transferts dans les années 1990 et en plus ces TPO encourage de plus en plus le départ des jeunes joueurs talentueux, et un âge plus en plus jeune,vers l'Europe.
Donc j'ai envie de lui dire arrête de faire le mec qui se soucie du niveau des championnats sud-américain mais plutôt dis clairement que tu vas moins croquer !
P'tit Filet Niveau : CFA

Tiens, en pissant j'ai pensé à un angle pour un vrai papier sur le TPO :

Quelles seraient les conséquences économiques et sportives d'une interdiction totale ?

Partant du principe que pas mal de joueurs sont en indivision, l'interdire (seul point de vue moralement acceptable) a nécessairement des conséquences sur les finances du dernier club acquéreur. En fonction de la situation sportive et financière du club, peut être obligation de vendre le joueur. Pour les investisseurs, peut être possibilité d'autres rentes. Etc...

Merci de publier le papier pour ma pause caca de demain après-midi.
J'ai pensé exactement la même chose: "le volume du mercato n'est que de 100 millions"... mais l'amateur lambda de foot comme moi, il s'en fout qu'on achète machin pour 10 fois mois, que tout le volume soit divisé par 10 ou 100!! Mais les agents, leurs petites primes divisées par 10, ça non!
Bernes "C'est un peu choquant et problématique. Les intérêts des différents propriétaires ne sont pas liés et également pas forcément concordants avec ceux du joueur."

Ca me fait vaguement penser au b-à-ba de l'analyse marxiste de l'économie.
Bernes, le capitaliste escroc putain !
Ronaldo McDonald's Niveau : CFA2
le sujet avait été super bien abordé un soir dans l'after avec Philippe Auclair et un autre monsieur, et si mes souvenirs sont exacts il était dit que l'argent des tierces propriétés était quand même pas mal lié au crime sudam.

Si je vous retrouve le podcast ..
Message posté par Ronaldo McDonald's
le sujet avait été super bien abordé un soir dans l'after avec Philippe Auclair et un autre monsieur, et si mes souvenirs sont exacts il était dit que l'argent des tierces propriétés était quand même pas mal lié au crime sudam.

Si je vous retrouve le podcast ..


C'est justement à ça que je repensais en parlant de Peter Lim et de sa holding, qui semble brasser beaucoup d'argent à l'origine douteuse.
anteouane Niveau : DHR
Donc les TPO rejoignent les OGM, le Gaz de Schiste, les fermes de 1000 vaches et bien d'autres choses dans la catégories des fléaux que ces diables de capitalistes veulent importer sur notre sol franchouillard et qui vont au bas mot tuer tout un secteur de l'économie et pour certains détruire la planète.

Un peu non-manichéisme et de curiosité ne ferait pas de mal. Il n'appartient qu'au club d'en faire un usage intelligent et de ne pas se faire bananer, notamment si ils n'ont pas des ressources financières illimitées.

Il est évident que Lyon n'a pas intérêt à lâcher 1/10ème de Nabil Fekir à ces vautours. Mais il aurait pu être intéressant de céder un demi-Lloris quand le club était en difficulté financières et que lui n'avait pas une envie folle de rejoindre Totenham.


Accepter l argent Qatari, pays qui finance les islamistes (ISA and co) et qui ne respecte aucun droit humain c est accepte
trouver des financements exterieurs au lieu de s endetter c est condamne


Bernes, fermes la a tout jamais
et arretes de donner des lecons sur la base " c est mieux pour le foot" toi qui a achete des matchs
Message posté par P'tit Filet
Donc, pour qu'un club bénéficie de capitaux, il propose de définitivement entériner la mercantilisation des corps. Génie.


On est bien en train de légaliser les mères porteuses pour que de riches tarlouzes puissent exploiter tranquillement les corps des damnées de la terre.

Bizarrement, à chaque fois que le sujet est évoqué, j'ai l'impression que la marchandisation du footballeur choque plus.
Message posté par Patate


On est bien en train de légaliser les mères porteuses pour que de riches tarlouzes puissent exploiter tranquillement les corps des damnées de la terre.

Bizarrement, à chaque fois que le sujet est évoqué, j'ai l'impression que la marchandisation du footballeur choque plus.


Poster sur So Foot ne devrait pas autoriser à une pratique langagière aussi ordurière.
Spéculation ou fantasme ? ton message n'évoque qu'une grossière analogie.
Ronaldo McDonald's Niveau : CFA2
Message posté par anteouane
Donc les TPO rejoignent les OGM, le Gaz de Schiste, les fermes de 1000 vaches et bien d'autres choses dans la catégories des fléaux que ces diables de capitalistes veulent importer sur notre sol franchouillard et qui vont au bas mot tuer tout un secteur de l'économie et pour certains détruire la planète.

Un peu non-manichéisme et de curiosité ne ferait pas de mal. Il n'appartient qu'au club d'en faire un usage intelligent et de ne pas se faire bananer, notamment si ils n'ont pas des ressources financières illimitées.

Il est évident que Lyon n'a pas intérêt à lâcher 1/10ème de Nabil Fekir à ces vautours. Mais il aurait pu être intéressant de céder un demi-Lloris quand le club était en difficulté financières et que lui n'avait pas une envie folle de rejoindre Totenham.


Bah tout dépend de ce que tu lâches. C'est vrai que Fekir tous les morceaux sont bien, mais vendre la coupe d'Umtiti par exemple, ça peut le faire. Sinon Danic, on peut tout vendre
Message posté par lok


Poster sur So Foot ne devrait pas autoriser à une pratique langagière aussi ordurière.
Spéculation ou fantasme ? ton message n'évoque qu'une grossière analogie.


C'est également un problème de marchandisation des corps.

Et le sort réservé aux mères porteuses et aux enfants produits pour satisfaire les délires égalitaristes de nos libéraux-gauchistes (depuis des lustres la gauche se bat contre les mères porteuses -USA! USA! - qui est une forme moderne d'esclavagisme mais depuis que ça peut conduire à se faire taxer d'homophobie - on se demande pourquoi - ils sont presque tous pour en se torchant allègrement avec tous leurs pseudos principes de poseur cahuzaquien).

Alors que là c'est globalement une marchandisation des corps très light à côté des mères porteuses, souvent entre adultes riches et consentants.
P'tit Filet Niveau : CFA
Message posté par Patate
On est bien en train de légaliser les mères porteuses pour que de riches tarlouzes puissent exploiter tranquillement les corps des damnées de la terre.


Merci de ne pas me citer pour colporter ta pensée bleue marine. Je respecte ta liberté d'expression, à toi de ménager mes opinions.

Quant aux naïfs qui y voient un sain levier de financement pour les clubs, et aux neo-croisés qui préféreraient le TPO à l'argent d'Al Qaida...

En fait, non, rien, c'est pas la peine. Vous osez tout, c'est même à ça qu'on vous reconnait.
Message posté par P'tit Filet

Quant aux naïfs qui y voient un sain levier de financement pour les clubs, et aux neo-croisés qui préféreraient le TPO à l'argent d'Al Qaida...


Islamophobe
anteouane Niveau : DHR
Message posté par P'tit Filet


En fait, non, rien, c'est pas la peine. Vous osez tout, c'est même à ça qu'on vous reconnait.


Aujourd'hui on a des clubs qui mettent au placard des joueurs qui ne veulent pas resigner, qui font tout pour les refourguer avant la fin de leur contrat, des joueurs qui se défoncent seulement jusqu'à la prochaine augmentation, des joueurs qui ressassent toujours "je me sens très bien ce club, mais je ne ferme pas la porte à une opportunité", des joueurs à qui ont dit tu peux là ou éventuellement là mais ici, là et là...

Ma question : est-ce que ce sera mieux, pire ou à peu près pareil avec une partie des joueurs en TPO?
Je penche pour la réponse C Jean-Pierre
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
8 23