1. //
  2. // Tours préliminaires de C1

Les tours préliminaires nuisent-ils vraiment à ceux qui y participent ?

C'est un peu l'excuse parfaite de tous les clubs qui réalisent des saisons décevantes. Les tours préliminaires fausseraient la donne, forçant les équipes à chambouler leur préparation et à rechausser les crampons avant tout le monde. Mais est-elle seulement valable, cette excuse ?

5 25
« Quand on connaît la problématique des tours préliminaires et d'une préparation tronquée, est-ce que ce n'est pas mieux de finir quatrième que troisième avec deux tours ? Est-ce qu'on est prêts, nous, à aller là-dedans ? Je ne sais pas » , déclarait le 9 mai dernier Christophe Galtier, l'entraîneur de l'AS Saint-Étienne. « On est des compétiteurs et on travaille pour ça. On fait tout pour jouer l'Europe, mais derrière, il y a peut-être un coup de bâton qui nous attend » , expliquait quant à lui René Girard, le 17 mars dernier. Pour résumer, la Ligue des champions, tous les clubs rêvent de la jouer, mais pas à n'importe quel prix. S'il faut s'infliger un aller-retour foireux en Europe de l'Est en plein mois d'août, alors que le championnat reprend, non merci. Puis accepter, c'est surtout risquer le fameux contrecoup des mois de janvier/février, ceux pendant lesquels les joueurs ressentent tout à coup la fatigue de 180 minutes de football en plus. Mais qu'en est-il vraiment ? Sur les trois dernières années, les équipes des cinq championnats majeurs ayant participé à ces tours préliminaires en ont-elles vraiment souffert derrière ? Les exemples sont tellement divers et variés qu'il est en fait impossible d'établir un lien de cause à effet entre les tours préliminaires et la saison des participants. Analyse.

Un tour préliminaire, et alors ?


« Le calendrier est connu en mai. À partir de là, on s'adapte. Ce n'est pas un problème. Ceux qui s'en plaignent sont soit incompétents, soit bêtes » , balançait Robert Duverne en août 2012, lorsqu'il était encore préparateur physique pour l'Olympique lyonnais. « Je pense qu'on fait trop d'analytique sur la prépa. Aujourd'hui, ce qui compte, c'est la compétition » , confiait-il à Lyon Capitale. Force est de constater qu'il n'a pas forcément tort, et que les exemples de clubs qui ont parfaitement su gérer leur saison malgré une préparation chamboulée par un tour préliminaire sont légion. Cette saison, l'exemple le plus marquant est peut-être celui d'Arsenal. Les Gunners, qui ont disputé leur tour préliminaire face au Beşiktaş (0-0, 1-0) en août, réalisent pourtant une bonne saison en Premier League. Peut-être un peu plombés en début de saison – deux victoires et trois nuls sur les cinq premiers matchs de championnat –, les Gunners ont réalisé une excellente deuxième partie de saison (depuis le 1er janvier, Arsenal n'a perdu que trois matchs de championnat). Alors, saison faussée ? Pas vraiment.

Le Málaga CF, qui, lors de la saison 2012-2013, avait participé au tour préliminaire de la Ligue des champions avant de réaliser un très beau parcours en championnat, fait lui aussi figure de contre-exemple. Vainqueurs du Panathinaïkos (2-0, 0-0) en août, les joueurs de Manuel Pellegrini se sont hissés jusqu'en quart de finale de la Ligue des champions. Pas mal pour une première participation. Sortis par le Borussia Dortmund (0-0, 2-3), les Boquerones avaient pris la sixième place de la Liga en fin de saison, après s'être fait sortir de la Coupe du Roi par le FC Barcelone (2-2, 4-2). Une saison satisfaisante, dans l'ensemble, réalisée avec un effectif de bon niveau, alliant joueurs d'expérience et jeunes prometteurs. Alors oui, le haut niveau demande de pouvoir enchaîner les matchs, parfois à un rythme infernal. Et à cette contrainte, beaucoup répondent que l'effectif est un élément clef. Sans un banc de qualité, impossible de jouer sur tous les tableaux. Mais là encore, Robert Duverne a son avis : « Si le gars est fatigué, il faut qu'il change de métier. Ils sont prêts » , expliquait-il à RMC, en avril dernier.

Plus le temps de souffler ?


«  Si on pouvait éviter de terminer à la sixième place, sans faire exprès, si ça arrive ça arrive, et d'avoir à disputer des tours préliminaires qui te bousillent la préparation estivale…  » , expliquait Rolland Courbis, l'entraîneur de Montpellier, en avril dernier. Il faut reconnaître que généralement, les tours préliminaires, que ce soit ceux de la Ligue des champions ou de la Ligue Europa, constituent l'excuse préférée des techniciens français. À raison ? Cette saison, le LOSC a dû jouer deux tours préliminaires pour tenter d'accéder à la Ligue des champions. Un premier, contre le Grasshopper Zurich (0-2, 1-1), puis un autre contre Porto (0-1, 2-0). Quatre matchs en plus, donc, qui laissent des traces en fin de saison. « On a attaqué le 30 juillet, on y a laissé beaucoup de force et pas mal de joueurs. On finit usés, c'est automatique » , analysait René Girard, l'entraîneur du LOSC, après la lourde défaite contre l'Olympique de Marseille, ce dimanche.

Ce problème, le LOSC l'avait déjà connu lors de la saison 2012-2013. Qualifié après un tour préliminaire remporté face au FC Copenhague, les joueurs du Nord avaient ensuite réalisé une saison très moyenne, terminant à la sixième place de la Ligue 1, après des mois de janvier et février complètement manqués (une seule victoire lors des cinq matchs suivant la reprise). Le tour préliminaire serait alors trop difficile à assumer pour les clubs « moyens » , qui ne disposent pas d'une largeur de banc suffisante pour faire tourner l'effectif tout en restant compétitif. Une théorie confirmée par la saison 2012-2013 du Borussia Mönchengladbach, qui avait perdu en tour préliminaire de la Ligue des champions face au Dynamo Kiev (1-3, 1-2) avant de terminer à la huitième place de la Bundesliga. Pourtant bien en jambes avant la trêve, les Allemands ont enchaîné les contre-performances après les fêtes.

Pourtant, la saison suivante, l'Olympique lyonnais de Rémi Garde avait réussi à réaliser une saison plus que convenable malgré deux tours préliminaires disputés, contre le Grasshopper et la Real Sociedad, et une profondeur de banc quasi nulle. « Je préfère gagner en étant fatigué, continuer de jouer des matchs que d'être en pleine forme et de jouer entre nous. On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre » , assurait Rémi Garde, en février 2014. Alors oui, ces tours préliminaires ont sans aucun doute un impact sur la saison de ceux qui y participent. Mais disons que cet impact est plus ou moins amplifié par l'ambition de l'équipe en question.

Par Gabriel Cnudde
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Je pense que le pire reste certainement les années paires pour les clubs qui vont au tour préliminaire de la Ligue des Champions. Retour d'Euro ou de Coupe du Monde, hmpfff pas fameux du tout. Après en général c'est l'assurance de taper du assez costaud.

Je ne cautionne pas cet argument du "ben si c'est pour taper un gros direct et se faire sortir, merci bien!". Si on veut jouer la CL il faut avoir les épaules pour. Et si c'est pour être reversé en Europa, c'est pour la jouer. A fond.

Et dans le cas de l'OM, si tant est que Monaco pouvait se prendre les pieds dans le tapis, je ne comprendrai pas l'idée de reprendre "trop tôt". On doit être l'équipe de L1 à avoir joué le moins de matchs cette saison. Les 38 réglementaires en championnat et un dans chaque coupe. Alors il va falloir qu'ils se sortent les doigts et pour de bon la saison prochaine, Europa ou Champion's League, ils auront intérêt à aller au turbin !
Note : 7
Un faux débat : les équipes jouent des matches amicaux en juillet, alors disons que les tours qualificatifs de la CL et de l'EL sont des matches amicaux "officiels".

Le coach français moyen est le champion du monde des excuses bidon !

CL : Champion's League.
EL : Europa League.
Note : 1
Ce qui à un impact c'est surtout la défaite dans ces tours préliminaires.

Le club français qui vas jouer 4 matchs et qui au final obtient la ligue des champions n'en aura plus rien à faire de les avoir joués. (+ 40M pour le club et le recrutement)

Celui qui vas joué 4 matchs de plus pour au final se retrouver en ligue Europa vas forcement se dire qu'il à perdu des forces pour rien.

Après certain clubs arrivent à se remobiliser plus facilement que d'autre et à mieux enchaîner que d'autre.

Mais vivement qu'on repasse devant le Portugal pour que la troisième place soit un peu moins stressante !
Ces matchs preliminaires devraient pas motiver 10 fois plus les joueurs concernés que de faire des matchs amicaux dans tous les bleds d'Europe ? ( ou ailleurs )

Franchement... entre 4 matchs amicaux, ou 4matchs qui te permettent de jouer une competition europeenne...

Ils sont fatigués apres?
Bande de feignants. Faites caissiers a Lidl a vendre des bougies parfumées si vous etes pas contents.

Bon, je ne suis pas footeux professionnel, mais j'ai du mal a concevoir que 180 minutes effectuees en aout peuvent ruiner le mois de Janvier. Moi pas comprendre.

Et je valide avec Sainté tiens
Les parcours de Lyon en Europa League ont permis l'émergence des jeunes du centre de formation, avec presque des équipes bis alignées durant les phases de poule. Lorsque l'on dispose d'un centre de formation, ces matches en plus sont une opportunité de donner de l'expérience à tout le monde, et ça permet de rendre le turnover bien moins frustrant. Je me demande ou en serait Lyon sans ces matches européens dans lesquels Ferri, Fofana, Umtiti, Lacazette, Tolisso ont pris du galon.
C'est juste incroyablement dommage de snober une compétition européene sans considérer l'apport immense qu'elle peut apporter.
P'tit Filet Niveau : CFA
Message posté par lindo
EL : Europa League.


Je croyais qu'El signifiait Dieu.
Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
Message posté par lindo
Un faux débat : les équipes jouent des matches amicaux en juillet, alors disons que les tours qualificatifs de la CL et de l'EL sont des matches amicaux "officiels".

Le coach français moyen est le champion du monde des excuses bidon !

CL : Champion's League.
EL : Europa League.


Ce sont des matches d'une autre intensité les matches officiels. En amical l'été tu peux faire jouer les seconds couteaux, les jeunes, le chauffeur de bus, il fait beau et il y a 73 spectateurs.

En tour préliminaire de Coupe d'Europe y'a un enjeu sérieux. Je me souviens que les lyonnais faisaient pas les malins au moment d'affronter le Rubin Kazan ou Zürich. Pourtant c'est le club français qui a le vécu européen le plus riche des 15 dernières années.
j'y suis giresse Niveau : Ligue 1
Surtout dans le cas des clubs français, c'est le truc qui m'enerve: ils sont sur de ne plus être champions pendant des années.

C'est même eux les premiers à le dire tant la force du PSG est trop forte ! Le seul truc à faire pour faire kiffer les supporters reste une qualif en champions ou un beau parcours en EL, comme l'a très bien pigé Gourvennec.

Je reviens encore là dessus mais j'ai du mal à comprendre les plans de Galtié ou de Courbis, ça sert à quoi la 4ème place si c'est juste pour faire de la figuration en Europe ???
saison 95/96 : bordeaux joue l'intertoto et va jusqu'en finale de C3,
Zidane part à la Juve, Duga au Barça et Liza en Allemagne
comme quoi ça peut servir de se qualifier
Message posté par j'y suis giresse
Surtout dans le cas des clubs français, c'est le truc qui m'enerve: ils sont sur de ne plus être champions pendant des années.

C'est même eux les premiers à le dire tant la force du PSG est trop forte ! Le seul truc à faire pour faire kiffer les supporters reste une qualif en champions ou un beau parcours en EL, comme l'a très bien pigé Gourvennec.

Je reviens encore là dessus mais j'ai du mal à comprendre les plans de Galtié ou de Courbis, ça sert à quoi la 4ème place si c'est juste pour faire de la figuration en Europe ???


Galtier n'a jamais dit qu'il voulait pas de l'EL, contrairement à Courbis. Après qu'il ait eu des tactiques frileuses c'est une chose, qu'il ne l'ait pas jouée en est une autre.
Le problème c'est quand tu gères très mal le mercato d'été où tu recrutes ni en qualité ni en quantité avec un effectif à la base limité, faut pas chercher plus loin l'échec de cette année.
Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
Message posté par j'y suis giresse
J'ai du mal à comprendre les plans de Galtié ou de Courbis, ça sert à quoi la 4ème place si c'est juste pour faire de la figuration en Europe???


Financièrement c'est plus rentable de finir 8è ou 9è du championnat que de d'aller jusqu'en quarts de finale d'Europa League (les primes de qualification sont faibles, sans compter les coûts des déplacements). Et à l'échelle de cette compétition ça implique déjà un sacré parcours de réussir à se hisser jusqu'en quarts.

Donc c'est une solution "plus sûre" de privilégier le championnat. Même si les supporters rêvent de parcours pleins de panache en Coupe d'Europe. Faut avoir les reins solides pour aligner championnat et joutes continentales, quand tu regardes les demi-finalistes de l'Europa League y'a pas de secrets, en règle générale ce sont soit des bonnes voire des grosses écuries de grands championnats (Naples, FC Séville, Fiorentina), soit des top clubs de championnats secondaires (Dniepopetrovsk, CSKA Moscou...).
j'y suis giresse Niveau : Ligue 1
Note : 1
Message posté par Sidney G'Ovule


Financièrement c'est plus rentable de finir 8è ou 9è du championnat que de d'aller jusqu'en quarts de finale d'Europa League (les primes de qualification sont faibles, sans compter les coûts des déplacements). Et à l'échelle de cette compétition ça implique déjà un sacré parcours de réussir à se hisser jusqu'en quarts.

Donc c'est une solution "plus sûre" de privilégier le championnat. Même si les supporters rêvent de parcours pleins de panache en Coupe d'Europe. Faut avoir les reins solides pour aligner championnat et joutes continentales, quand tu regardes les demi-finalistes de l'Europa League y'a pas de secrets, en règle générale ce sont soit des bonnes voire des grosses écuries de grands championnats (Naples, FC Séville, Fiorentina), soit des top clubs de championnats secondaires (Dniepopetrovsk, CSKA Moscou...).


Ben dans ce cas là, c'est pareil si tu fais 4eme une année et 15eme l'autre. Sans compter l'exposition de tes joueurs, l'expérience que t'amènes aux jeunes. Au final, tu y gagnes mais faut le voir à long terme comme Lyon (à part cette année ou ils se sont merdés contre Opel Astra)
Personne pour dire que pour être compétitif début août, il faut beaucoup trop modifier la préparation du groupe ?

Un phénomène amplifié quand il faut jouer des clubs qui sont a mu championnat.

C'est plus ca une les 180 minutes qui pèsent sur la saison...
M.Manatane Niveau : CFA
Note : 1
Message posté par tuzinho
saison 95/96 : bordeaux joue l'intertoto et va jusqu'en finale de C3,
Zidane part à la Juve, Duga au Barça et Liza en Allemagne
comme quoi ça peut servir de se qualifier


Tu oublies de préciser que, cette année-là, les Dugarry, Zidane et Lizarazu ont vu de près la descente en D2.

Pour réduire l'impact des tours préliminaires, ils devraient se jouer en fin de saison, direct à la sortie des championnats.
Là, on se retrouve avec des clubs qui conditionnent leur saison sur deux matches: on se qualifie en C1, et on doit recruter en urgence, comme un mec qui arrive en boîte à 4H du matin, ou alors on recrute du lourd, on met les comptes en danger et la situation devient critique si on rate la C1, notamment à cause de la masse salariale.

Les clubs français étaient moins sur la sellette quand ils tapaient des seconds couteaux au tour préliminaire.
dobbystereo Niveau : DHR
Message posté par tuzinho
saison 95/96 : bordeaux joue l'intertoto et va jusqu'en finale de C3,
Zidane part à la Juve, Duga au Barça et Liza en Allemagne
comme quoi ça peut servir de se qualifier


Ce que tu as oublié de préciser c'est que Bordeaux est passé à un cheveux d'être relégué en D2 cette saison....

Alors que normalement, Bordeaux, c'est minimum 5eme...
M.Manatane Niveau : CFA
Note : 4
Ben alors, stéréo, on fait de l'écho ?
P'tit Filet Niveau : CFA
Message posté par Sidney G'Ovule
Financièrement c'est plus rentable de finir 8è ou 9è du championnat que de d'aller jusqu'en quarts de finale d'Europa League (les primes de qualification sont faibles, sans compter les coûts des déplacements). Et à l'échelle de cette compétition ça implique déjà un sacré parcours de réussir à se hisser jusqu'en quarts.


Ce serait un argument valable, si ce n'était pas des grosses conneries. L'an passé, Lyon a pris 10M€ via la C3, Bordeaux 6M€.

Certes les "primes sportives" de l'EL restent ridicules par rapport à celles de la C1. Mais les "primes médias" (market pool) sont assez attractives pour les clubs français (pour l'instant).

Plus de moyen-gros clubs joueront la C3, plus les primes sportives & medias augmenteront (logique économique). Plus jouer la compétition à fond deviendra rentable...

Bon, certes, pour en arriver là, faudrait revoir le périmètre C1 (moins de clubs et/ou 2 poules "mini championnat" & demie-finale ...). Mais, bon, ça n'engage que moi.

Mais très franchement, je préfère voir mon club soulever une coupe d'europe (même petite), que de le voir se faire lourder tous les ans en 8° de finales de C1.
TheNiangasse Niveau : CFA2
Le sujet évoqué dans cet article est intéressant bien que finalement la profondeur de l'analyse me laisse sur ma faim...
Heureusement que vos coms sont là, pour le coup là il y a vraiment matière à réflexion, merci !
Par rapport à l'EL, pour ma part je trouve qu'on n'insiste pas assez sur le fait que si les Porto et Benfica réussissent à vendre si chers leurs joueurs, la plupart du temps c'est parce qu'ils ont pu les exposer au yeux de tous (et accessoirement leur filer de l'expérience) en allant loin en Europa Ligue !
Je pense que l'idée d'Aulas est excellente, et que pour redresser l'indice UEFA de la France et nous recrédibiliser en Europe il faudrait qu'une partie (style 5%) des droits télés soient reversés aux clubs engagés dans les compétitions européennes à hauteur du nombre de points rapportés à la France.
Ainsi, si 5% des 750 millions annuels sont dispatchés (soit plus de 32 millions), ça veut dire que Guingamp par exemple en aurait cette année attrapé facile 7-8, ce qui n'est pas rien.
Et si tu veux que la carotte soit encore plus forte, tu augmentes ce pourcentage...
dobbystereo Niveau : DHR
Message posté par M.Manatane
Ben alors, stéréo, on fait de l'écho ?


Votre Honneur, je plaide l'innocence, regardez l'heure des posts....

A la même heure, les grands esprits se rencontrent !
dobbystereo Niveau : DHR
Message posté par TheNiangasse
Le sujet évoqué dans cet article est intéressant bien que finalement la profondeur de l'analyse me laisse sur ma faim...
Heureusement que vos coms sont là, pour le coup là il y a vraiment matière à réflexion, merci !
Par rapport à l'EL, pour ma part je trouve qu'on n'insiste pas assez sur le fait que si les Porto et Benfica réussissent à vendre si chers leurs joueurs, la plupart du temps c'est parce qu'ils ont pu les exposer au yeux de tous (et accessoirement leur filer de l'expérience) en allant loin en Europa Ligue !
Je pense que l'idée d'Aulas est excellente, et que pour redresser l'indice UEFA de la France et nous recrédibiliser en Europe il faudrait qu'une partie (style 5%) des droits télés soient reversés aux clubs engagés dans les compétitions européennes à hauteur du nombre de points rapportés à la France.
Ainsi, si 5% des 750 millions annuels sont dispatchés (soit plus de 32 millions), ça veut dire que Guingamp par exemple en aurait cette année attrapé facile 7-8, ce qui n'est pas rien.
Et si tu veux que la carotte soit encore plus forte, tu augmentes ce pourcentage...


Aulas a bon dos, autant demander une répartition a l'espagnole tant qu'on y est....

Il n'a pas assez appauvri la Ligue 1, qu'il a besoin de l'appauvrir encore plus ?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
5 25