En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // Atlético Madrid-PSV (0-0, 8-7 tab)

Les tirs au but sauvent l'Atlético

Il aura fallu attendre les tirs au but pour départager le PSV Eindhoven et l'Atlético de Madrid. Mais Diego Simeone, survolté, poussera son public pour envoyer ses joueurs, à bout de nerfs, en quarts de finale.

Modififié

Atlético de Madrid 0-0 (8-7 tab) PSV Eindhoven



Le plan de Phillip Cocu a failli marcher. En 2005, c'est lui qui avait marqué à l'aller, permettant à son PSV de sortir un des plus gros outsiders de la compétition, l'Olympique lyonnais. Plus de dix ans plus tard, celui qui est désormais coach de l'équipe batave a ressorti un plan aux petits oignons pour écarter l'Atlético de Madrid de Simeone. Après un match aller plutôt fermé, il a fait jouer ses troupes à Vicente-Calderón dans un inhabituel 3-5-2, acceptation sans sourciller de la domination madrilène. Tout ça pour une action à l'heure de jeu, au plus fort des attaques des Matelassiers. Une frappe enroulée de Locadia, la première sérieuse des Bataves, déviée in extremis par Oblak sur son poteau. Le ballon revient dans le jeu sur De Jong, qui semblait avoir travaillé son positionnement à l'entraînement. Mais Filipe Luís le contre. Énorme frisson, mais non, il n'y a pas but pour le PSV. Alors Cocu forcera le trait avec une défense à six pendant la prolongation. Mais il fera aussi entrer Narsingh, qui ratera son péno lors de la séance fatidique. Tout le monde avait marqué jusque-là. Et Juanfran se fera une joie derrière de mettre un terme à ce match plein de tensions.

Zoet s'impose rapidement face à Griezmann


Pour ce match, Eindhoven se présente donc à cinq derrière, sans doute pour faire du marquage individuel et contrer l'attaque à deux têtes du second de la Liga. Comme bien souvent depuis le début de l'année 2016, Diego Simeone a choisi d'aligner Yannick Ferreira Carrasco et Antoine Griezmann. Tout pour permettre au Français de briller, comme cela avait pu être le cas à Bernabéu dans le derby madrilène. Au bout d'un quart d'heure, bien servi par Koke dans la surface, Grizi a sa première cartouche, il contrôle et frappe dans la foulée, dans son style caractéristique. Mais Zoet, aussi juvénile qu'imposant, sort bien dans les cages des visiteurs. Le reste de la première mi-temps le confirme, il est dans un grand soir. C'est aussi le cas en face d'Oblak, qui anticipe parfaitement sur la seule incursion du PSV et un centre de Van Ginkel.

Les Sud-Américains mettent des coups


Comme toute bonne formation hollandaise qui se respecte, le PSV a son salopard pour faire dégoupiller les adversaires. Il s'agit d'Héctor Moreno, le Mexicain. Sortir de sa ligne défensive pour pousser Griezmann dans le dos alors que l'arbitre est tourné, se rappeler la grande époque de la WWF avec un coup de la corde à linge sur un Ferreira Carrasco lancé, il ne se refuse rien. En face, c'est l'Uruguayen José Giménez qui s'énerve. Les coups de pied dans la surface adverse sont un prétexte pour monter sur des adversaires, l'attaquant qui traîne trop près de lui se fait marcher sur le pied. Joueur, Diego Simeone n'était pas le dernier pour ce genre de jeu.

Désormais sur le banc, il ne tient pas en place. Il tente à la 55e de forcer les choses avec l'entrée de Torres, mais se ravise un peu 20 minutes plus tard, sortant Carrasco pour la promesse Kranevitter, conscient que ce PSV reste défensif, mais n'a absolument pas peur. Dans les dix dernières minutes du temps réglementaire, Filipe Luís provoque dans la surface, mais ne voit pas l'arbitre lui offrir un penalty. Torres frappe fort dans l'angle, mais Zoet ne laisse pas passer. Il faudra donc en passer par la prolongation. Où les Hollandais sont donc regroupés derrière, dans un 6-4-0. Ce qui veut dire que lorsque Saul Ñíguez parvient à en dribbler trois et à la glisser dans la surface à Griezmann, le Français n'a qu'une fraction de seconde pour frapper. Et c'est toujours sans danger pour Zoet. Il ne s'inclinera que lors de la séance de tirs au but.


  • Résultats et classement de la Ligue des champions
    Retrouvez toute l'actualité de la Ligue des champions

    Par Romain Canuti
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 2 heures Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon coeur et de toute mon âme » 1
    PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 3 il y a 5 heures Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 13
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 16 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 7 mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4
    À lire ensuite
    La bataille de Bramall Lane