1. //
  2. // Allemagne/Angleterre (4-1)

Les Teutons flingueurs

Moins bien armée (canons contre missiles), la flotte anglaise s'est certes vue refuser le but du 2-2, mais elle s'est surtout fait torpiller par les avions allemands.

Modififié
0 0
Le match est lancé, et la Mannschaft a le dessus. L'Allemagne s'est pointé au front forte d'un avantage certain au milieu, avec trois joueurs dans cette zone (Khedira, Schweni et surtout ce diable d'Özil qui se ballade entre les lignes) contre deux aux anglais, privés de ballon les dix premières minutes. Gerrard est obligé de soutenir Lampard et Barry à la récupération. L'Allemagne domine le jeu, l'Angleterre procède par longs ballons, ne parvient pas trop à poser le jeu, a du mal au milieu, et en défense.... Dégagement de Neuer, le goal allemand, Terry se fait battre au duel par Klose, Uspson n'a pas le temps de régir, David James n'est pas sorti de ses buts et Klose peut marquer son douzième but en Coupe du Monde d'un tacle glissé.

Le match est lancé, et la Mannschaft a un avantage certain. Elle laisse un peu la gonfle aux Anglais, à eux de se démerder avec. Et ce n'est pas trop ça. C'est même l'Allemagne qui exécute les meilleurs combinaisons, à droite, du coté de Müller, mais Klose bute cette fois sur James. L'Angleterre est sommée de réagir très vite : tête de Defoe sur la barre, signalé hors-jeu. Mais c'est définitivement l'Allemagne qui joue mieux. Nouvelle combinaison entre Klose et Müller, qui renverse sur Podolski, complètement seul de l'autre coté de la surface. Lukas, évidemment, ne se fait pas prier. Il conclut tranquillement cette superbe action, et l'Allemagne mène maintenant deux à zéro. Easy bolide.

Le milieu anglais est sous pression. La défense est aux abois. Sur corner, Klöse ne passe pas bien loin du doublé. Les Anglais doivent faire quelque chose. Centre du Gerrard depuis la droite, Neuer sort à l'arrach, Upson reprend de la tête. 2-1 ! Les Anglais sont revenus, et à peine 5 minutes. Et les bougres enchaînent de suite : frappe lobée de Lampard à l'entrée de la surface, superbe, sur la barre. La balle rebondit derrière la ligne de cinquante bons centimètres. Su-perbe. Mais, incroyable, l'arbitre ne l'a pas vu et n'accorde pas ce but. Même à vitesse réelle il n'y avait aucun doute. Une belle erreur d'arbitrage qui va sans doute faire jazzer...

En attendant le match est loin d'être fini, et il est complètement fou. Il est même déjà entré dans l'histoire à la mi-temps. Instant Classic. Organisée en 4231, l'Allemagne possède un avantage au milieu de terrain, qu'elle n'a pas manqué d'exploiter. Et comme les derniers remparts brittons font dans l'approximatif... En face, les Anglais souffrent dans le jeu, mais leurs actions directes (longs puis deuxièmes ballons) auraient pu suffire pour revenir. Auraient du, même. Mais si Neuer leur a offert un but, l'arbitre leur a volé l'autre. Alors s'il est scandaleux que ce but n'ait pas été validé, l'avantage d'un but pour les Allemands ne l'est pas.

Ce sont d'ailleurs eux qui repartent les premiers. Schweinsteiger prend la mesure de Gerrard. Müller est toujours aussi juste, et Podolski dynamique. L'Angleterre se procure quand même quelques occasions, grâce à son jeu simpliste. Capello n'a toujours pas trouvé la bonne formule, et son équipe a besoin de changements. Joe Cole entre pour Milner, du poste pour poste, Capello reste en 442, avec Defoe et Rooney un peu trop sur la même ligne. Les Anglais poussent très haut. Forcément, voilà le contre allemand. Intelligemment, Müller tient bien sa droite, pendant que Schweini prend l'axe et le sert. But de Müller. L'Allemagne fait le trou, puis prend le large sur une nouvelle contre-attaque. Cette fois drivée par Özil. Lancé à gauche, le meneur retrouve Müller, seul au second poteau, qui y va de son doublé. L'attaquant vient de tuer le match. Il peut bien laisser sa place à cette arnaque de Mario Gomez, pendant que Capello lance Heskey. Tu parles d'une dernière chance...

Elle pourra toujours crier au scandale, mais l'Angleterre était bien trop juste. Un jeu simpliste, un milieu trop pressé, une défense approximative et un Rooney hors de forme ; finalement, elle ne pouvait pas prétendre à grand chose. L'Allemagne, quant à elle, est définitivement une super équipe. Ses milieux sont aussi précis que travailleurs, ses attaquants aussi puissants que volontaires. Va falloir les descendre...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0