1. //
  2. // 8es
  3. // Suisse-Pologne (1-1, 4 tab à 5)

Les Suisses peuvent avoir des regrets

La Pologne s'est qualifiée pour la première fois de son histoire pour les quarts de finale de cet Euro après avoir éliminé aux penaltys des Suisses qui peuvent avoir des regrets. Revenus au score grâce à une bicyclette de Shaqiri, bien plus influent en meneur de jeu, la Nati était peut-être la meilleure équipe, mais n'est pas parvenue à concrétiser ses nombreuses occasions face à un Pologne qui a fait le dos rond et attendu son heure.

Modififié
730 23
Une mine sous la barre comme pour dire merde. Comme pour dire « ok, on n'a pas été terribles, mais nous, on a bossé les tirs au but » . Car dans un exercice que l'on lie bien trop souvent au hasard, Grzegorz Krychowiak, comme ses quatre partenaires avant lui, a parfaitement exécuté Yann Sommer. Une sentence que seul Granit Xhaka, plus décidé à viser les tribunes, n'a pas réussi à transformer. La réalité est rude à encaisser pour des Suisses bien plus sexy que lors de la phase de poules et emmenés par un Shaqiri de gala, mais la vérité est bien là : c'est la Pologne qui verra les quarts de finale pour la première fois de l'Euro de son histoire.

Grosiki parfait dans son rôle du « je te mets le bordel dans la défense »


Pour ceux qui pensaient que ce match allait être ennuyeux, celui-ci a accouché d’une première mi-temps moins stérile que prévu. Grâce notamment à la Pologne ou plutôt à son sélectionneur, Adam Nawałka, tenu responsable des progrès effectués depuis le catastrophique Euro joué à la maison il y a quatre ans. Sans être géniale, et à l’image de la Hongrie, la Pologne s’appuie sur un fonds de jeu où chacun sait exactement ce qu’il a à faire. Un empilement habile de « role player » qui ne se la racontent pas, y compris Lewandowski, moins « neuf » et plus « et demi » avec sa sélection qu’avec le Bayern et qui, pour le coup, tente de se fondre dans ce collectif sans exiger de faveurs particulières. C’est lui qui profite d’une mauvaise relance de Djourou, qu’on a vu plus inspiré que dans cet Euro, pour offrir la première occasion, dès la première minute de jeu, à Milik qui manque le but vide aux seize mètres. Dans ce premier quart d’heure, les Polonais se voient au Cap-d’Agde et improvisent de jolis threesome en attaque. Ça combine à trois ou quatre, ce n’est pas toujours totalement réussi, mais Grosicki joue à la perfection son registre « je mets le bordel dans la défense » . Il peut marcher sur le ballon, l’oublier en route, ce n’est pas toujours très joli, mais il se passe souvent quelque chose. Sur une contre-attaque, il manque son dribble au milieu de deux défenseurs suisses, le récupère miraculeusement et sert Błaszczykowski, seul sur le côté droit aux seize mètres qui passe le ballon entre les jambes de ce beau gosse de Sommer. Pas scandaleuse, l’ouverture du score des Polonais conclut une timide réaction des Suisses qui s’en remettent souvent aux montées de leurs latéraux, Lichtsteiner à droite, Rodríguez à gauche, pour apporter un peu de danger. Djourou, deux fois sur corner et de la tête, inquiète Fabiański. Pas grand-chose d’autre à signaler côté occases suisses. Cela en dit long sur leurs difficultés à créer des décalages et produire du jeu. À l’image de Shaqiri, dont le physique d’haltérophile turc pourrait être un sujet de thèse. Perdu sur son aile droite, il ne sert à rien ou presque. On ne voit que des jambes arquées et des bras de garagiste.

La touchante joie d'enfant d'un Shaq ressuscité


Pas étonnant que Petković le repositionne au centre dans un rôle de meneur de jeu en deuxième mi-temps. Du coup, sous l’impulsion de son homme fort, la Suisse se réveille. L’attaquant de Stoke City taquine les gants de Fabiański sur une frappe à l’entrée de la surface de réparation, puis se rappelle des mots d’Ottmar Hitzfeld – « c’est un dribbleur hors du commun et il possède une force physique remarquable » –, alors, pour la galerie, il effectue une Zidane, puis une autre Zidane – j’efface d’un double contact de la semelle en tournant sur moi– pour conserver un ballon au milieu du terrain. Bien éduqué, il laisse un coup franc bien placé à Rodríguez que Fabiański claque juste sous sa transversale. Et puis cette 82e minute. Ce ballon de Derdyiok qui arrive à mi-hauteur aux vingt mètres, ces petits bras qui s’écartent pour assurer l’équilibre et ce ciseau qui envoie le ballon au ras du poteau gauche de Fabiański pour l’égalisation suisse et cette touchante joie d’enfant d’un Shaq ressuscité qui remet la Suisse dans le sens du jeu. Reste à finir le taf en prolongation. La Pologne tire la langue ou fait semblant de ne plus avoir d’idées en faisant tourner les aiguilles sans prendre aucun risque. Ils sont tout proches de lâcher sur une ouverture de Shaqiri que Derdiyok reprend de la tête, mais Fabiański sauve la patrie d’une claquette. Chaque corner déclenche l’hystérie du virage suisse. La balle de break est pourtant pour la Pologne et Błaszczykowski. Les Suisses auraient sûrement trouvé ça moins cruel que les penaltys. Peut-être même que Xhaka, qui a manqué le sien, aurait aimé que le match s’arrête là. Les Polonais ont le malheur de se tromper de côté et d’aller célébrer leur qualification devant les supporters suisses qui les bombardent de bouteille. En plastique. Rien de bien méchant comparé à ce qui attend peut-être Marseille.



Par Joachim Barbier, à Saint-Étienne
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Ca ne suffisait pas à Shaqiri de ressembler à petit vélo, il a fallu qu'il fasse une bicyclette
"invaincus" et les tirs aux buts rates: une vraie specialite suisse
2004, 2006, et 2016
quands ils apprennent a faire comme les vraie champions allemands, alors la suisse sera credible
Arf dommage mais ne vous inquiétez pas nos p'tits suisses, les français vont vous venger.
Allez la francophonie!
 //  18:09  //  Amoureux de la Bolivie
La Pologne, à partir de l'heure de jeu, s'est écroulée au fur et à mesure que le match se prolongeait . Et Nawalka qui a attendu les prolongations pour faire 2 changements !

On voyait clairement que Kuba, Milik, Grosicki ou Maczynski était cramé ! que ça manquait de sang neuf pour remonter les ballons ou amorcer des contre-attaques.

Heuresement qu'il passe en quart parce que niveau coaching c'était de l'amateurisme.
Anfield_Road Niveau : Ligue 1
C'est assez terrible parce que y'avait largement la place, si seulement on manquait pas autant de réalisme, je féliciterais bien les Polonais s'ils étaient pas venu chambrer les supporters Suisse après les TAB.
reactine10mg Niveau : District
Les suisses avaient deux jours de repos de plus que les polonais, il aurait fallu en profiter et être plus entreprenants pendant la prolongation. Dommage.
pinpin666 Niveau : DHR
Dites moi Milik ce serait pas Brandao en fait?
En tout cas il est moins bon que Brandao. Le coach Polonais est un peu fou ou bien? Lewandovski décroche pour jouer pour Milik qui pourrait même rater sur la ligne de but, on aura tout vu. Tu as le meilleur 9 européen et tu lui fout un bouffeur de ballon dans les pâtes. C'est intenable. Après Lewandovski ne pête pas la forme non plus.
oui les suisses "meritent" mieux de passer vu leur jeu 2me mi-temps et prolongations, mais on dirait qu'ils aiment tant leur specialite " invaincu assortis des tirs aux buts rates"
a chaque fois que jai loccasion de voir le suisse, c'est toujours le meme scenario qui se repete..je peux meme deviner le scenario avant ce match :))

un proverbe qui disait: les vieux chevaux empruntent toujours le meme chemin
Demon Alburne Niveau : DHR
y'avait la place je suis deg... Que notre leader technique raté un penalty me rend vraiment triste. Il a fait un euro de patron, mais tout le monde ne retiendra que ça!

Enfin une Suisse séduisante par moment, mais toujours zéro à la conclusion. Vivement qu'un nouveau 9 éclose!

J'annonce Andi Zeqiri pour d'ici 4 ns
pinpin666 Niveau : DHR
Je pensais que la Suisse allait gagner, lorsque avant le match je me suis rappelé qu'ils avaient été très bon dans les matchs couperets à la coupe du monde 2014 contre l’Équateur et surtout contre l'Argentine en 8e. En fait c'est un authentique exploit de la Pologne, surtout qu'il y'a à redire sur la compo polonaise
Je sais pas pourquoi, je suis toujours aussi content de les voir se ramasser, qui plus est systématiquement de la même façon. Trademark...

Et pour le point godwin de ce sujet: raus schwitz!
Message posté par Demon Alburne
y'avait la place je suis deg... Que notre leader technique raté un penalty me rend vraiment triste. Il a fait un euro de patron, mais tout le monde ne retiendra que ça!

Enfin une Suisse séduisante par moment, mais toujours zéro à la conclusion. Vivement qu'un nouveau 9 éclose!

J'annonce Andi Zeqiri pour d'ici 4 ns


cest pas seulement technique, ce qui manquenet cest l'engagement pour le maillot, pour le pays , ave vous vu comment jouaient les islandais ? :) cest ca quil faut !!
Cafu crème Niveau : DHR
Quand t as deux jours de repos en plus que ton adversaire et que tu n arrives pas à le plier avant les prolongations...

Les Suisses sont pas mal mais ça manque un peu de tout, de finition de technique ( le raté du grand dadet sur le centre à ras de terre... t as pas le droit!).

Une equipe à peu près bien en place, même cramé physiquement suffit à les faire déjouer.

Ils devraient essayer Federer en 9.
Monsieur Dame Niveau : DHR
Les Suisses auraient vraiment pu passer. Mais en même temps jouer avec Nuno Gomes dans les buts n'est pas l'idée du siècle.
Lewandoski ronaldo, vis ma vie de star mais boulet pour mon equipe.
Quelle défaite rageante. Ca commence à faire tard parce que là, il y a un bon mélange dans cette équipe, des Xhaka, Shaqiri, Rodriguez, Mehmedi qui arrivent au meilleur moment de leur carrière et encore des anciens capables de faire le taf, Lichtsteiner et Djourou par exemple. Ca ne durera pas très longtemps alors c'est dommage.

Surtout qu'aujourd'hui, la Pologne commence fort, et puis ne propose plus rien en s'éteignant tout au long du match en finissant plus bas que tout. Vraiment rageant de voir l'équipe qui fait le jeu se faire sortir...
POLSKA !!!!!!!!!!!!!!!!!!
Ce sont deux nations qui n'ont pas le potentiel de certaines. Il n'est pas très étonnant du niveau moyen affiché.

Les joueurs donnent tout, c'est comme le 1/8 entre les british, on ne peut pas non plus trop en attendre.

Les 4 de ces 1/8, on ne les imagine pas en demi.

Bravo à la Pologne, ils ont l'air difficiles à jouer. Un peu triste pour les Suisses, j'en connais pas mal et une pensée pour eux, qui y croyaient.

Vivement le 1/8 ce soir malgré tout.
Jeronimo_Bielsa Niveau : District
Bordel Derdyok risque de mal dormir
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
J'étais plutôt neutre au coup d'envoi, avec un léger penchant pour la Pologne, mais faut reconnaître que la Suisse aurait pas volé sa qualif' : à part la 1ère mi-temps, ils ont été clairement au-dessus sur une bonne partie de la 2e période et sur toute la prolongation, avec notamment Derdiyok qui a eu deux fois la balle de match (après sur la tête, il la met bien, c'est surtout Fabianski qui fait un super arrêt)... Et j'ai même été agréablement surpris par la maîtrise technique des Suisses et, à l'inverse, un peu déçu par les Polonais qui m'ont semblé s'écrouler physiquement à partir de l'heure de jeu.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
730 23