Les sourcils de Rudi Garcia

Rudi Garcia est à l'apogée de sa carrière. À quoi le voit-on ? Ses sourcils.

4 23
Mais pourquoi donc Rudi Garcia fronce-t-il si souvent les sourcils ? Pour se concentrer ? Pour se donner de l'allure ? Pour exister ? Pour se protéger ? De la caméra ? Du monde extérieur ? De lui-même ? Parce qu'il aurait rêvé être acteur ? Parce qu'il cherche de la légitimité ? Du courage ? Parce qu'il ne croit pas ce qu'il dit ? Parce qu'il frime ? Parce qu'il sait quelque chose qu'on ne sait pas ? Peut-être simplement parce qu'il ne sait pas faire autrement ? Non, chez Rudi Garcia, les sourcils donnent le ton et montrent la voie. De Corbeil-Essonnes à Rome, de Lille à Dijon en passant par Le Mans, Rudi Garcia a toujours proposé ce visage concentré et affirmatif, commandé par deux sourcils qui se referment et ne laissent pas de place au doute : le chemin est tracé. L'homme est fermé, le col roulé est serré, la raie au milieu est ancrée, le phrasé est arithmétique, la voix est appliquée, le travail est consciencieux, l'air est assuré. Rien n'est en trop chez Rudi Garcia, rien ne dépasse. L'homme porte sur ses épaules le poids de ses convictions, de ses ambitions débordantes aussi. Alors il fronce les sourcils, encore et encore. Et ne les détend jamais. Il en va de son regard sombre, coincé entre quelques traits figés et précis. Il en va des messages qu'il envoie. Il en va de son autorité. Il en va de son histoire. Ils figent ses objectifs et son destin.

Sa première erreur romaine


Oui, mais voilà, cette semaine, les deux sourcils de Rudi Garcia se sont ouverts. Comme les traits de son visage se sont déserrés, laissant place à un sourire contemplatif. Le Colisée en arrière-plan, une brune beaucoup plus jeune au sourire angélique à ses côtés et un message auto-satisfait adolescent : « Ah j'oubliais.... C'est ma vie privée. Francesca en fait partie et ça ne date pas d'hier » , le tout agrémenté d'un clin d'œil entre quelques annonces lapidaires sur la saison en cours de la Roma : « Bon jeu et bonne Roma hier soir. Plaisir partagé avec nos fans. Maintenant, concentrons-nous sur le match de dimanche contre Cagliari » et « Le championnat est notre priorité et notre pain quotidien. Demain, nous allons tout faire pour gagner le match » , qui lui ressemblent davantage. Un péché d'orgueil que ce moment ? Un contre-pied à des journalistes, selon ses propres mots. Mais les vrais capitaines ne sourient jamais pendant la guerre. Ils sont en mission, ils portent le poids des autres sur leurs épaules, leurs faiblesses et leurs doutes. Ils sont leurs guides. Ils ne doivent pas succomber aux vanités immatures de leurs élèves, aux desiderata de l'intime. Ils ne peuvent pas se le permettre. Ils ne peuvent pas se satisfaire. Se satisfaire, c'est renoncer. Après tout, Rudi Garcia avait dit un jour avoir « des convictions, mais aucune certitude » . À Rome, Rudi Garcia est en mission. Il a trouvé la gloire, les victoires, l'amour et la reconnaissance. Or ici, la reconnaissance a un goût d'éternité. Et Rudi Garcia est peut-être un peu tombé amoureux de lui-même. C'est là sa toute première erreur romaine.

Par Antoine Mestres
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Ronaldo McDonald's Niveau : CFA2
Je fais rarement le lourd mais là j'ai rien compris à l'article
el peruano loco Niveau : Ligue 2
OK y a rien à comprendre. Antoine passe à la caisse récupérer le chèque pour son feuillet. That's it ^^
Antoine Mestres n'aime visiblement pas Rudy Garcia
? C'est de la jalousie ou bien y a un compte à régler ?
? C'est de la jalousie ou bien y a un compte à régler ?
Note : 1
Message posté par Ronaldo McDonald's
Je fais rarement le lourd mais là j'ai rien compris à l'article


Pareil.

Je suis assez dépité, surtout lorsque le "mais" de l'article apparaît pour parler de... la meuf de Garcia.
Vous n'avez rien compris, ce billet est un contrepoint au précédent sur Bielsa, c'est évident quand on lit ça: "Mais les vrais capitaines ne sourient jamais pendant la guerre. Ils sont en mission, ils portent le poids des autres sur leurs épaules, leurs faiblesses et leurs doutes. Ils sont leurs guides. Ils ne doivent pas succomber aux vanités immatures de leurs élèves, aux desiderata de l'intime. Ils ne peuvent pas se le permettre. Ils ne peuvent pas se satisfaire. Se satisfaire, c'est renoncer. "
Il prends du tigre boum boum aussi appelé jus de wombat
Antoine Mestres , t'as un mono sourcil ?
Moi j'ai compris, j'aime bien.
je profite de cet enième article pour wannabe philosophes footeux pour demander à la redaction de so foot si ce changement de ligne éditoriale est voulu. Par le passé, je vous trouvais plus amusant, avec un côté trash "esprit canal" que j'appréciais. maintenant, il me semble que vous faites malheureusement de plus en plus dans le "Closer" et/ou branlette intelectuelle sur les sourcils de Garcia, par exemple.
Alexandre-Benoît_Berurier Niveau : District
Et si l'ami Rudy profitait tout simplement de sa vie, sans soucis du qu'en dira-t-on?
Il bosse, et plutôt bien. Il tire, de la plutôt bien. Et quoi?

Antoine, sous couvert d'un gluant phrasé digne d'une discussion d'officiers attablés, nous prouve, si besoin était, à quel point le journalisme français peut être parfois être si sournoisement cherche-merde
AirForceOne Niveau : CFA2
Un article pour ne rien dire. Dans ce cas parlons des sourcils de Carlo Ancelotti de la coupe de cheveux de Sakho des chaussettes de Jurgen Klopp ou encore de la 3ème jambe de Makelele
Article ou plutôt torchon digne de Closer.
Bouderbala_08 Niveau : Loisir
Un article pour simplement dire que les figures d'autorité ne peuvent pas se permettre les memes comportements que ceux qu'ils sont censés diriger. Dans le cas du foot, avez vous deja vu un entraineur genre Ancelotti, Mourinho, Guardiola en photo avec sa femme sur Instagram ou Tweeter? Si les élèves peuvent se le permettre, pas les maitres... Bon article en tout cas
Message posté par AirForceOne
Un article pour ne rien dire. Dans ce cas parlons des sourcils de Carlo Ancelotti de la coupe de cheveux de Sakho des chaussettes de Jurgen Klopp ou encore de la 3ème jambe de Makelele


Bah tiens, ça faisait longtemps que j'avais pas entendu parler de la b*te de Makelele. Mine de rien, ça vous travaille les gars...
Moi aussi j'ai trouvé le style assez lourd, mais je crois que le message derrière est intéressant et pas totalement faux.

Allez, un petit effort les bas du plafond, vous pouvez bien vous le consentir !
Milan_forza18 Niveau : CFA
Article qui sert a rien!
Antoine Mestres, le journalisme Gonzo est un exercice difficile qui nécessite du talent. Un jour, peut-être, tu seras l'égal de Hunter S. Thompson. Mais pas aujourd'hui.
Message posté par Bouderbala_08
Un article pour simplement dire que les figures d'autorité ne peuvent pas se permettre les memes comportements que ceux qu'ils sont censés diriger. Dans le cas du foot, avez vous deja vu un entraineur genre Ancelotti, Mourinho, Guardiola en photo avec sa femme sur Instagram ou Tweeter? Si les élèves peuvent se le permettre, pas les maitres... Bon article en tout cas


En effet, les manières des uns et des autres peuvent être mises en parallèle. Cependant, faire comme Guardiola, n'est pas gage de réussite, tout comme ne pas faire comme Mourinho, n'est pas gage d'échec.

Si la problématique de cet article semble tirée par les cheveux (et les sourcils), la réponse apportée, ponctuée d'un "peut-être" indigeste, n'est pas convaincante.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
4 23