Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options

Les sombres finances des clubs français

Modififié
La DNCG a donc dressé le bilan financier des clubs pros français. Et une fois de plus, la situation est inquiétante, mais pas désespérée.

Les pertes nettes globales atteignent les 108 millions d’euros, soit 65 millions de plus par rapport à l’année dernière. À ce petit jeu, le plus gros perdant est l’Olympique lyonnais de Jean-Michel Aulas qui affiche un déficit de 28 millions d’euros. D’où l’urgence de vendre Bastos, Lisandro, Gomis ou Grenier affichée par JMA au mercato hivernal. Le PSG a, lui, sauvé les meubles en signant un juteux contrat d’image (entre 150 et 2000 millions d’euros) signé avec la Qatar Tourism Authority (QTA). Grâce à ce pont d’or, le club de la capitale ne présente une perte « que » de 5,5 millions d’euros.

À ceux qui pensaient que la France était un exemple de football sain, la lecture de cette comptabilité des pensionnaires hexagonaux en Ligue 1 et Ligue 2 démontre que c’est surtout le système économique du football professionnel qui est structurellement déséquilibré, et que tous les organismes de régulation ou les astuces réglementaires (comme le fair-play financier) n’y changeront rien.

Ce constat ne devrait pas s’améliorer dans les saisons à venir. Car en France, le monde du foot est très dépendant des droits télés et surtout de l’exportation et de la (re)vente de joueurs (d’où la bonne santé atypique d’un LOSC dopé par exemple par le départ d’Eden hazard à Chelsea), ce qui, en période de crise, n’annonce rien d’encourageant.


Au final, avec un déficit cumulé de 47,3 millions d’euros et une dette de 110 millions (effectivement bien moindre qu’en Liga ou en Premier League), il est plus facile de vivre avec un riche actionnaire comme le PSG qu’en comptant sur la générosité de quelques mécènes de plus en plus pingres.

Le plus amusant reste de comparer avec le classement sportif... Peut-être l’unique exception française en la matière. NKM
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 59 minutes Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
il y a 2 heures Erick Thohir bientôt actionnaire d'Oxford United 2 il y a 4 heures La manifestation des ultras des Young Boys contre l'e-sport 14 il y a 6 heures Évra raconte sa vengeance après une blague de Piqué 52
Partenaires
Podcast Football Recall Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi