En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. // Ligue Europa – 1/2 finale retour – Fiorentina/FC Séville

Les six premiers mois (difficiles) de Bacca en Europe

21 buts la saison passée, 25 pour le moment, Carlos Bacca est une des pièces maîtresses du FC Séville façon Unai Emery. Arrivé à Bruges un jour glacé d'hiver 2012, le Colombien a pourtant eu bien du mal à s'acclimater au football européen, au point que certains ont douté de ses capacités…

Modififié
Víctor Vázquez a joué avec Messi au FC Barcelone. À l'époque, certains le disaient même meilleur que l'Argentin. Après plusieurs blessures, le milieu de terrain espagnol a rejoint le Club Bruges en 2011. Sur place, il fait depuis lors admirer sa superbe patte droite par intermittence, comme ce jour d'avril 2012 lors d'une rencontre face à Gand. Du coin droit du rectangle, il envoie un petit ballon lobé sur la tête de Joseph Akpala, lequel repique dans l'axe pour Carlos Bacca qui n'a plus qu'à pousser au fond des filets. C'est à peine le premier but du Colombien, pourtant arrivé à Bruges depuis janvier. Et en Flandre occidentale, on ne peut pas dire que cette réalisation rassure tout le monde, loin de là.

Recruté pour combler un manque d'efficacité


Hiver 2012, Bruges est sur la troisième marche du podium de la Jupiler Pro League. Les Blauw en Zwart le savent : s'il ne décrochent pas le titre en fin de saison, ils clôtureront une septième année de mutisme, et pour un club historique comme le FC Bruges, c'est presque intolérable. À l'époque, le duo d'attaquants est composé de Björn Vleminckx, qui sort d'une saison à 23 buts en Eredivisie, et Joseph Akpala, titulaire inconstant depuis trois saisons. Cependant, après le premier tour, les dirigeants de la Venise du Nord se rendent bien compte qu'il faut insuffler une puissance supplémentaire au niveau de la finition, les Brugeois stagnent en effet juste au-dessus d'1,5 but par match. Ils jettent alors leur dévolu sur un attaquant colombien qu'ils suivent depuis l'été précédent : Carlos Bacca.

Adaptation difficile


Le buteur de l'Atlético Junior (D1 colombienne) est alors en pleine bourre : 75 buts en moins de 100 matchs, Soulier d'or colombien en 2011, il a aussi disputé ses premières rencontres sous la tunique des Cafeteros, inscrivant notamment un but contre le Pérou. Alors qu'il est annoncé en Argentine, au Chievo et au Lokomotiv Moscou, ce fils d'un ancien gardien de but rejoint les rangs du FC Bruges. Séduits par la lecture du jeu et le sens du but du coco, les Brugeois vont vite déchanter. À court de rythme et pas épargné par quelques pépins physiques, Bacca ne prend part qu'à trois rencontres jusqu'à la fin de la phase classique du championnat, pour aucun but. « Carlos est en phase d'adaptation au foot européen, le défend alors son coéquipier Thomas Meunier dans les pages de Sport/Foot Magazine. Tout est nouveau pour lui : le style de jeu, la langue, le climat, la gastronomie. Et les entraînements : Christoph Daum l'a fait courir comme un lapin pour l'adapter aux exigences de notre championnat. On ne digère pas toutes ces différences en quelques jours. »

De la photo à la bagarre


Quoi qu'il en soit, les fans brugeois commencent à s'impatienter et s'attendent logiquement à voir un peu plus de la part d'un mec transféré 1,5 million d'euros et originaire de la même ville que Shakira. Le doute s'installe et deux affaires impliquant Bacca remontent à la surface. Pendant sa période à l'Atlético Junior, l'attaquant aurait en effet eu une altercation avec un supporter mécontent de son expulsion avant d'être la cible d'une plainte d'une femme lui reprochant d'avoir transformé une simple demande de photo en une véritable bagarre. « C'était un truc de mon ex-club pour que je ne puisse pas venir en Europe, se justifiera Bacca en conférence de presse. Mais tout va rentrer dans l'ordre. Mon avocat s'occupe de l'affaire. » Absent des terrains, le Colombien n'impressionne pas non plus à l'entraînement où ses coéquipiers et son coach spécifique Kenneth Brylle commencent à se poser des questions concernant son réel niveau. Une interview du père de Bacca diffusée plus tard dans Sport/Foot Magazine viendra corroborer ces interrogations. « Les gens du village rappellent qu'il était indiscipliné et ils s'attendaient à le revoir au bout de six mois... »

Dans le flop 11 avant l'envolée


Pourtant, Carlos va s'accrocher. Durant les play-offs, il commence à faire étalage de ses capacités techniques et surtout de finition : il inscrit trois buts en sept rencontres, ce qui ne l'empêche pas de finir dans l'équipe type des flops de la saison dans pas mal de canards belges. Pour un homme qui s'est déjà retrouvé contrôleur dans les transports en commun, c'est une épreuve difficile à passer, mais il conserve la confiance des Brugeois qui justifient la méforme du Colombien en expliquant que de toute façon, il a été transféré pour la saison suivante. À l'été, Bacca retrouve néanmoins le banc et même les tribunes avant de recevoir un coup de pouce du Werder Brême. Les Allemands transfèrent ainsi Joseph Akpala (15 buts sur l'ensemble de la saison 2011-2012), ce qui libère une place dans l'effectif des Brugeois. Et c'est parti... 22 en 25 matchs de saison régulière en 2012-2013, titre de meilleur buteur et de footballeur pro de l'année, et transfert au FC Séville le 9 juillet 2013. Bacca, ou le diesel humanisé.

Par Émilien Hofman
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3