1. // Euro 2012
  2. // Groupe C
  3. // 3e journée

Les scénarios du Groupe C

Dans ce groupe C, tout est encore possible, sauf pour l’Irlande, déjà éliminée. L’Italie craint surtout que la situation de 2004 se reproduise. En effet, un 2-2 entre la Croatie et l’Espagne éliminerait les Italiens. Ce serait drôle, quand même, un match arrangé qui se retourne contre l’Italie.

Modififié
0 22

Scénario 1
Qualifiés : Espagne et Italie

Le champion du monde 2006 et le champion du monde 2010. Difficile d’imaginer que l’un des deux va sortir dès le premier tour. Malgré ses deux matches nuls lors des deux premiers matches, l’Italie reste potentiellement qualifiable. Ce qu’elle aime moins, en revanche, c’est qu’elle doit remettre en partie son destin entre les mains de l’Espagne. Aïe. Face à l’Irlande de Trapattoni, qui était le sélectionneur italien en 2004, quand l’Italie s’était faite éliminée par ce nul entre le Danemark et la Suède, la Nazionale aligne un tandem Giovinco-Di Natale. Le petit lutin de Parme, dès l’entame de match, délivre un caviar pour Toto, qui trompe Given. 1-0. On se dit que l’affaire est déjà pliée. Mais avec l’Italie, elle ne l’est jamais vraiment. En début de seconde période, l’Irlande égalise sur une frappe déviée de Cox. À 1-1, la Squadra est out. Balotelli entre. Après avoir perdu un premier duel face au gardien irlandais, il obtient un pénalty. Supermario le tire à sa façon, plat du pied, tout doux, et fixe ensuite Given avec les bras croisés. L’insolent. Dans le même temps, l’Espagne déroule face à une équipe de Croatie incapable de résister aux assauts de Torres et Silva. Le Mancunien s’offre d’ailleurs un doublé, pour une victoire finale 3-0 de la Roja. L’Espagne et l’Italie passent. Une double qualification made in Manchester City.


Scénario 2
Qualifiés : Espagne et Croatie

Après avoir rousté l’Irlande, l’Espagne a bien l’intention de ne pas faire de détails contre la Croatie. La Roja démarre le match à l’abordage, et il faut un super Pletikosa pour empêcher le champion du monde de prendre l’avantage. À la surprise générale, pourtant, ce sont les Croates qui ouvrent le score, sur un coup de casque de Ćorluka, des suites d’un corner. Cueillis, les Espagnols réagissent. Et que je te fais 200 passes à la suite, et que je te rends fou l’adversaire, et que je tire de partout. Bon, bah, forcément, au bout de 10 minutes, cela finit par passer. Xavi à la passe, Iniesta à la finition. Barça 1, Croatie 1. La suite, c’est une démonstration. Torres frappe à nouveau, confirmant son regain de forme, Silva y va aussi de son but, tout comme Llorente, à qui Del Bosque concède enfin 10 minutes de jeu. 4-1, merci, au revoir ? Non, pas au revoir. Car, dans le même temps, l’Italie, qui avait besoin d’une victoire pour passer, se fait bloquer par l’Irlande du Trap. La valise subie contre l’Espagne a laissé des traces : l’Irlande a déjà la pire défense de l’Euro, elle ne veut pas rentrer au bercail avec une autre humiliation dans les pattes. Du coup, le plan mis en place est simple : tous derrière. Les ouvertures de Pirlo, les rush de Marchisio et les tentatives de talonnade de Balotelli n’y feront rien : la Squadra est tenue en échec, 0-0, et est éliminée dès le premier, tout en étant invaincue. 2004, 2012. Les Italiens savent vraiment comment arrêter le temps.


Scénario 3
Qualifiés : Italie et Croatie

Deux changements pour la Squadra de Prandelli. Maggio dégage, Balotelli aussi. Barzagli entre, ce qui permet à De Rossi de remonter au milieu, et Di Natale remplace Balo. L’équipe est, du coup, plus offensive. Or, l’Irlande n’a plus rien à jouer et, avec un sélectionneur italien sur le banc, elle n’a pas franchement envie d’afficher une grosse opposition. Les Italiens s’imposent 2-0, avec un but par mi-temps. Marchisio et Chiellini, une victoire blanche et noire, et l’Irlande repart à la maison avec zéro point. Comme la Hollande. Mais la folie, c’est dans l’autre match. L’Espagne doit assurer un nul pour se qualifier. Conquérant, le champion du monde attaque et veut détruire les Croates. Torres frappe le montant en début de match, mais la Croatie fait le dos rond et attend que l’orage passe. Problème : il ne passe pas. Les statistiques à la pause sont accablantes pour les joueurs de Bilić : 17 tirs à 0. Mais toujours un score nul et vierge. Du coup, le doute commence à s’emparer des Espagnols. Del Bosque se demande s’il faut continuer d’attaquer, ou blinder derrière pour conserver un 0-0 qui assurerait la première place du groupe à la différence de buts. Au fil des minutes, le match devient tendu. Il pleut des cartons. D’ailleurs, il pleut tout court. C’est dans ce décor apocalyptique que Mandžukić, sur la seule occasion du match, trompe Casillas. 1-0 pour la Croatie, dans un mauvais remake du Suisse-Espagne de 2010. Sauf que là, la rencontre est décisive. L’Espagne se rue à l’attaque. Pour rendre la fin de match plus épique, Ćorluka est exclu et Pletikosa sort de la lucarne une frappe de Xavi. On en reste là. 1-0. L’Espagne est éliminée de l’Euro. Le lendemain, Pep Guardiola est nommé sur le banc de la Roja.


Scénario 4
Qualifiés : Italie et Irlande

En 2004, l’Italie avait vécu une drôle de situation, analogue à celle qu’elle est en train de vivre aujourd’hui. Après deux matches nuls, il lui fallait une victoire contre la Bulgarie, en espérant que Danois et Suédois ne fassent pas match nul. Raté. La Squadra s’impose 2-1 au buzzer, mais le Danemark et la Suède se quittent sur un score de 2-2 qui qualifie les deux équipes. Bizarre ? Pour l’Italie, oui. Pour les autres, non, tout normal. Ce coup-ci, pas question que la blague se reproduise. Et pourtant… Pendant que les Italiens battent l’Irlande avec un bon vieux 1-0 des familles, l’Espagne et la Croatie se font des courbettes. Torres ouvre le score, Modrić égalise, Jelavić donne l’avantage aux joueurs à damier, puis Piqué égalise. 2-2. Tiens, 2-2 ? Oui, oui, pile le score qui qualifie l’Espagne et la Croatie et qui élimine la Nazionale. C’en est trop pour la Fédé italienne, qui porte plainte. L’UEFA s’empare de l’affaire et scrute tous les comportements des joueurs. Platini (qui a toujours eu un penchant pour l’Italie, hein) rend son verdict : oui, ce match a été arrangé. L’Espagne s’insurge, mais la décision est irrévocable, comme dans Koh Lanta. Espagnols et Croates sont exclus de la compétition. L’Italie se qualifie, et l’Irlande, malgré son zéro pointé, chope son billet pour les quarts. Où elle retrouvera la France, deux ans et demie après. Titi, elle est pour toi, celle là.



Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Le scénar 4 serait ouf !
lisandr-ol Niveau : DHR
Quelqu'un peut t'il m'expliquer pourquoi si les trois équipes sont a 5pts, la Croatie et l'Espagne son qualifiés? Car ça se jouerai à la différence de buts, or la Croatie a +2, Espagne +4 et il suffirait à l'Italie de gagner 3-0 et c'est bon non?
crg_road_rebel Niveau : District
il est surtout impossible le 4 udinese
@lisandr-ol : ça se jouerait à la différence de buts particulière, soit celle concernant les matchs entre les trois équipes concernées. Avec que des matchs nuls, elle est de 0 pour les trois équipes. Du coup, le critère suivant est celui du nombre de buts marqués. Pour l'instant, c'est 2 pour l'Italie, et 1 pour l'Espagne et la Croatie. Avec un 2-2 ce soir, Espagnols et Croates passent à 3 buts marqués, et passent.
Cela dit, pour suivre le raisonnement de 3 équipes à 5 points ce soir, un 3-3, 4-4 etc. qualifierait aussi Croatie et Espagne ; un 0-0 qualifierait l'Italie et l'Espagne ; si c'est 1-1, il faudra voir la différence de buts générale dans le groupe (soit celui qui a fait le meilleur score contre l'Irlande, pour l'instant +4 pour l'Espagne, +2 pour la Croatie), et s'il y a encore égalité, le nombre de buts marqués.
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
Note : 1
scénario4: et l'Irlande remporte l'Euro dans la foulée...^^
Si j'ai bien compris, on regarde dans l'ordre :


- Les points.

- Si deux ou plusieurs équipes sont à égalité, on regardé la différence de buts particulière.

- Si les équipes sont encore à égalité, on regarde le nombre de buts marqué ?


Et la différence de buts tout court, ça sert à rien ?
@Danoyo : la différence de buts générale vient après, et c'est d'ailleurs pour cela qu'en cas de 2-2, l'Espagne est devant avec son 4-0 face à l'Irlande alors que la Croatie n'a une différence que de +1.
Une belle prise de tête quand même.
Je ne sais ce qui m'a fait voir Danoyo à la place de Danny10, la fatigue certainement...
Lazialetto29 Niveau : Loisir
" Du coup, le doute commence à s’emparer des Espagnols. Del Bosque se demande s’il faut continuer d’attaquer, ou blinder derrière pour conserver un 0-0 qui assurerait la première place du groupe à la différence de buts."
Faux ! Totalement faux ! Si Italie, Croatie et Espagne sont toutes à 5 points, c'est le critère du nombre de buts marqués dans les confrontations entre les 3 qui est pris en compte, donc en cas de 0-0 entre l'Espagne et la Croatie, avec en plus une victoire de l'Italie, même en cas de victoire avec un seul but d'écart, c'est l'Italie qui terminerait première du groupe devant l'Espagne.
Soyons pointilleux tout de même !
Plasil Power Niveau : CFA
effectivement il faut se faire aux neurones avec ce système à la con...
Dans mon esprit il suffisait que l'espagne et la croatie fasse un nul (0-0 ou 10-10 on s'en fout) et que l'italie ne gagne pas plus que 2-0 pour qualifier espagne et croatie (à la différence de buts +4 espagne, +2 croatie et + 2 italie mais un but marqué en plus par les croates).
Donc ce scénario qui me laissait espéré une élimination des ritaliens n'est pas d'actualité si j'ai bien compris?
Dans ce cas, je ne donne pas plus de 5% de chances aux croates de se qualifier. Ils ne peuvent réellement compter que sur une non victoire de l'italie sur l'irlande...
Note : 3
"Ce serait drôle, quand même, un match arrangé qui se retourne contre l’Italie."

Ah oui ! Et comment !
D'ailleurs, c'est tellement drôle qu'on en avait mal aux abdos à force de se tordre après Corée du Sud-Italie en 2002, Danemark-Suède en 2004...
On se faisait des clins d'oeil par dessus la Méditerranée avec l'Algérie 1982 et on repartait dans un fou-rire.
Les autres je sais pas, mais moi j'ai arrêté de rire à la fin d'Australie-Italie 2006.
Là ça redevenait sérieux.
Si seulement le 4ème scénario pouvait se produire ! lol
Faut vraiment avoir fait Math sup / Math spé pour y comprendre quelque chose critères de qualif'.

Ah non, mais même avec ça, j'y comprends rien
en cas d'égalité de points entre plusieurs équipes, le premier critère n'est pas la différence de but entre ces équipes, mais le nombre de points obtenus entre elles.
voici le règlement de l'Euro :
"En cas d’égalité de points de plusieurs équipes à l’issue des matches de groupe, les critères suivants sont appliqués dans l'ordre indiqué :
a) plus grand nombre de points obtenus dans les rencontres directes ;
b) meilleure différence de buts dans les rencontres directes (si plus de deux équipes sont à égalité de points) ;
c) plus grand nombre de buts marqués dans les rencontres directes (si plus de deux équipes sont à égalité de points) ;
d) si, après l’application des critères a) à c), deux équipes sont toujours à égalité, les critères a) à c) sont à nouveau appliqués exclusivement aux matches entre les deux équipes afin de déterminer leur classement final. Si cette procédure ne donne pas de résultat, les critères e) à i) s’appliquent dans l'ordre indiqué ;
e) meilleure différence de buts dans tous les matches du groupe ;
f) plus grand nombre de buts marqués dans tous les matches du groupe ;
g) position dans le classement par coefficient des équipes nationales de l’UEFA (voir annexe I, alinéa 1.2.2) ;
h) comportement des équipes en termes de fair-play (tour final) ;
i) tirage au sort."
Arturo Bandini Niveau : District
Arrêtons les calculs pour le moment, il faut déjà que l'Italie remporte son match contre l'Irlande et le grand Trap.
Et puis de toute façon, je sais pas pourquoi, j'ai un mauvais pressentiment. Comme l'ont dit certains, un 2-2 même sans arrangement est probable ; l'Espagne et la Croatie sont deux équipes tournées vers l'avant et un peu plus faibles en défense. Elles joueront toutes deux la victoire ce soir, et donc il peu très bien y avoir beaucoup de buts, et pourquoi pas un 2-2 dans le dernier quart d'heure qui paralysera les deux équipes qui arrêteront de se livrer par peur d'encaisser un but fatal à quelques minutes de la fin.
Je suis assez pessimiste pour la Squadra ; il faut dire que nous supporters avons souvent été habitués à des éliminations difficiles à digérer : pénos, buts en or, hors jeu inexistants sifflés contre nous et but dans la foulée, et puis bien sûr le "biscotto" de 2004.

Alors, arrêtons les calculs pour le moment, gagnons le match, et on verra bien. Et moi j'ai les fesses qui font bravo depuis ce matin.
Biscotto ok. Maintenant si la Nazionale avait su gagné l'un de ses premiers matchs (au moins la Croatie), il n'y aurait pas d'histoire.

C'est toujours de la faute des autres avec eux.
AVAIT SU GAGNER* PUTAIN* CLAVIER !!!
AVAIT SU GAGNER* PUTAIN* CLAVIER !!!
Arturo Bandini Niveau : District
@Pandelis :

Evidemment, j'ai oublié de le préciser de façon plus explicite, mais si l'Italie est éliminée ce soir, ce sera avant toute chose à cause de ses prestations. Et de son manque de réalisme assez affolant sous la cage. Espérons qu'ils frappent un peu plus ce soir, surtout Cassano.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 22