1. //
  2. // Groupe F
  3. //
  4. // Ajax/FC Barcelone

Les sales déplacements barcelonais

De retour à l'Ajax Arena un an après y être tombé, le FC Barcelone se retrouve face à son démon européen : le déplacement. Depuis 2012, la bande à Messi s'est fait une spécialité de prendre l'eau loin du Camp Nou. Et les indicateurs actuels n'annoncent en rien un changement de cap.

3 10
Seul un an sépare les deux déplacements du FC Barcelone à l'Amsterdam Arena. L'an dernier, toujours en phase de groupes de la Ligue des champions, les Blaugrana étaient tombés. Une défaite 2-1, grâce à des banderilles de Serero et Hoesen contre une de Xavi, qui allait annoncer un long chemin de croix des Catalans lors de leurs déplacements européens. Depuis, ils enchaînent une série de deux défaites (Atlético de Madrid en quarts de finale de la dernière édition, puis PSG cette saison en poules) pour une victoire, certes probante, sur la pelouse de Manchester City. Un bilan indigne d'un postulant pour soulever ces grandes oreilles. Les explications sont multiples, mais le constat est limpide : en déplacement, les cracks barcelonais ne répondent pas présent, le collectif encore moins. Luis Enrique a beau rabâcher que le Barça « jouera avec son style qu'il tentera de rendre imprévisible » , personne dans l'entourage du FCB n'imagine un revirement de situation rapide. Car le mal est profond et les solutions manquent.

Un tiers de victoires depuis 2012


Pour retrouver un bilan positif des Barcelonais sur les pelouses européennes, il faut se lever tôt. Que ce soit cette édition, la précédente, ou encore l'ultérieure, les chiffres sont accablants. L'an dernier, hors de leurs bases, ils n'ont remporté que deux rencontres (sur la pelouse du Celtic et de Manchester City) pour un nul (à San Siro) et deux défaites (à l'Ajax et à l'Atlético de Madrid). En 2012-2013, même topo : les Catalans sont tombés au Celtic Park, à San Siro puis à l'Allianz Arena. Bref, depuis plus de deux ans, le bilan barcelonais à l'extérieur en Ligue des champions est famélique : seulement quatre succès en douze visites, soit un ratio de 33,3 % de victoires. Impossible avec de telles statistiques de remporter la Ligue des champions. Pourtant, les entraîneurs passent, et les recettes restent les mêmes. Symbole de ce Barça qui ne gagne plus, Andoni Zubizarreta, directeur sportif catastrophique, explique que « le style ne se discute pas » . Un triste constat à l'heure où le football européen se fatigue du jeu stéréotypé du Mes que auquel il a trouvé la parade.

Les chiffres mis à part, reste le terrain. Encore une fois, pas de secret, les deux aspects sont liés. Dans son sempiternel 4-3-3, le Barça n'effraie plus grand monde. La faille la plus empruntée par ses adversaires est le coup de pied arrêté. En atteste sa sortie au Parc des Princes, la bande à Luis Enrique est toujours aussi peu en verve sur ces phases. Physiquement, ils ne font pas le poids dans leur surface. Surtout, ils semblent toujours aussi peu impliqués par un marquage strict sur leur vis-à-vis. Dans le sens inverse, en phase offensive, les coups de pied arrêtés semblent toujours aussi peu intéresser les rois du toque. Le Mundo Deportivo a ainsi décrypté que sur les 96 corners obtenus cette saison, aucun ne s'est conclu par un but. Dans le jeu, les options manquent elles aussi. Les pelouses européennes n'étant pas toutes aux dimensions XXL du Camp Nou, les espaces se font moins nombreux. Les défenses, resserrées, s'arc-boutent pour mieux exploser en phase offensive. Bref, des maux inextinguibles depuis le départ de Pep Guardiola.

Le remède Luis Suárez ?


Avec les recrutements de Neymar, puis de Luis Suárez, la direction Rosell-Bartomeu pensait avoir trouvé la parade. Mieux, avec l'arrivée de Luis Enrique sous la guérite, le board imaginait une relève enfin digne de ce nom à sa sainteté en exil en Bavière. Raté. Non que Lucho soit un mauvais entraîneur, mais la vindicte populaire étant ce qu'elle est à Barcelone, le moindre faux pas remet obligatoirement en cause toute la symbiose qui entoure le onze azulgrana. Le bon début de saison aidant, la nébuleuse qui entoure le Camp Nou voyait déjà un retour express au sommet. Aucun but encaissé en Liga et un petit faux pas au Parc : le Barça allait de nouveau marcher sur l'Espagne et l'Europe. Le Clásico raté et la claque face à Vigo ont remis tout le monde en place. Le déplacement à l'Ajax revêt alors une importance capitale. Luis Suárez, de retour dans sa seconde maison européenne, détient en partie les clés du problème. S'il n'est pas enfermé sur un côté, l'Uruguayen peut amener toute la diversité qui manque au jeu du FCB. De la folie, de la vitesse, et surtout une grinta qui semble avoir déserté les soldats de la première heure en proie aux turbulences des déplacements.

Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
L'article ne rentre pas vraiment dans le fond du problème. A mon avis, là où le bât blesse, ce n'est pas tellement le style ou le système mais la prestation défensive d'ensemble. Le pressing collectif n'est pas aussi bon, et l'équipe se retrouve plus facilement coupée en deux. Mais surtout, deux autres raisons fondamentales selon moi:
- la défense, qui est aux abois. 40 millions investis seulement alors que c'était le principal chantier, rapportés aux 80 millions mis sur le seul Suárez, c'était d'emblée préoccupant. Mais surtout, il suffit de revenir 4 ans en arrière pour se rendre compte du problème: à l'époque, derrière la charnière Piqué-Puyol, le Barça possédait Milito, Márquez ou même Abidal capable de jouer central. Maintenant, malgré les recrues, Mathieu n'est pas un central de formation, Mascherano non plus, Bartra tarde à s'imposer, Piqué est catastrophique, et Vermaelen toujours pas sur pied. Chaque déplacement périlleux est un calvaire.
- l'équilibre de l'équipe devait beaucoup à Busquets. Il joue actuellement diminué voire parfois blessé, et ça se ressent: premier au pressing, premier à la relance et au placement infaillible, il est indispensable au Barça. Mais actuellement il joue à 50% de ses facultés, perd des ballons chauds, et plus rien ne va.
Ce soir, sans Mathieu qui plus est, ça risque d'être assez difficile, même si l'Ajax est une équipe joueuse qui laissera des espaces.
Kit Fisteur Niveau : Loisir
En raison de la malédiction SoFoot, le Barca gagnera 3-0.
Heiseinberg Niveau : CFA
Dès que j'ai lu cette phrase "Zubizarreta directeur sportif catastrophique" j'ai su que c'était toi Robin Delorme avec ton côté madridista qui a pris le dessus. Faut être un ignare pour dire que Zubi est un directeur sportif catastrophique, ce n'est pas le meilleur, il a fait des erreurs mais rien de catastrophique ...

Le problème c'est qu'en 2012 Chelsea gagne 1-0 par miracle a Stamford Bridge, en serrant les fesses au maximum et en priant le bon Dieu pour que le Barça ne marque pas malgré ces multiples occasions et multiples frappes sur les montants. 2013 ils se font surprendre par le Milan encore une fois ce n'est pas le Barça qui est plus faible que le Milan mais surtout inefficace puis vs le Bayern il y a pas photo les bavarois étaient au dessus, même Messi sans sa blessure ça n'aurait rien changé tellement il était bien trop seul cette saison. 2014 n'est juste que la continuité de 2013 normal qu'au final ça se finit avec 0 titres.

Cette saison c'est le renouveau, Enrique a annoncé que le Barça passerait par de tels moments (Défaite Real + Vigo) avant ces 2 défaites ça disaient candidat crédibles a la LDC et maintenant ça en parle inférieur au PSG ...

Le problème c'est que Enrique doit fixer une équipe type 4 lascars en défense Busquets-Rakitic-Iniesta doivent toujours débuter pour s'habituer car vs le Real et Vigo le milieu prend trop facilement l'eau et donc la défense est directement exposée au danger sans parler des CPA ou constamment un corner tiré au second poteau il y a un joueur adverse tout seul, pas possible de constamment faire la même erreur, Verrati marque sur une bourde de TS mais seul au second poteau, pareil pour Pepe et le Celta a failli ouvrir le score sur corner avec un joueur toujours seul au second poteau ... Pour le trio offensif j'ai rien a dire ils vont vite se mettre au diapason. Il faut laisser du temps a l'équipe et a Enrique, on aura le meilleur Barça vers Janvier-Février normalement.
Le problème du Barça à l'extérieur ne remonte pas à 2012. Il est bien plus profond. Même lors de la campagne de 2009 le Barça n'avait pas gagné à Gerland ni à Standford Bridge. Peut être même que le Barça n'avait pas gagné à Munich... En phase de poule ça avait été très dur aussi lors de certaines rencontres, notamment la première à l'extérieur (un club ukrainien je crois) où Messi avait littéralement sauvé l'équipe avec 2 buts en 2 min.

Non, ce problème est récurrent chez ce club, et c'est très problématique. Alors quand t'es capable d'en coller 4 en une mi temps chez toi, les carences à l'extérieur se font moins remarquer, mais quand t'en es plus capable, quand il t'arrive de t'incliner chez toi, c'est une toute autre histoire.
Arrêtons définitivement d'appeler le jeu du Barça le toque. Regarder la Colombie des 90's suffit pour comprendre que cela n'a rien à voir.
" La claque face à Vigo" ... Perdre 1 à 0 en touchant 4 fois les montants ce n'est pas franchement ce que j'appelle une claque.

Après je suis d'accord avec momobarca, le pressing défensif n'existe plus ou est trop ponctuel depuis 2-3 ans et c'est ce qui faisait la force du barça
Vu le résultat de ce soir, la malédiction (tout dépend du point de vue) sofoot continue.
Je vous serai donc très reconnaissant d'un article : comment le PSG va mettre une tôle à l'OM

Au plaisir de vous lire
Trilaterale Niveau : Loisir
C'est vrai que c'est dingue: un article défavorable sur le barça et une brève pour dire que messi est cramé et bim, victoire du barça avec un doublé de Messi.

Sofoot vous êtes des champions. Moi ce que j'aimerais bien voir c'est un article de Sofoot sur la "malédiction de Sofoot" histoire de voir si ils ont vraiment de l'auto-dérision...
Au Barça, il y a deux problèmes sérieux, Piqué et Alves ces deux là n'y sont plus du tout, et ce depuis au moins deux saisons. Piqué est lent et se fait bouffer dans les duels, et Alves laisse des boulevards, problème de marquage évident. Aussi Ter Stegen devrait être titulaire, il est tout jeune, certes il fait une boulette contre le Psg, mais ses relances au pied font un bien fou, à chaque fois ça redonne de la vitesse à l'équipe, avec un jeu long très précis. Je reviens sur Alves, j'ai l'impression que même Pedro ferait mieux, ce serait peut-être une reconversion possible, c'est tout à fait farfelu j'en conviens, mais il a les jambes et puis ses montées pourraient être dévastatrices, enfin je délire un peu mais il y a un tel problème là qu'on en viendrait à jouer les alchimistes fous. Ah, la saison s'annonce dure, pas de titres à mon avis.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Barcelone après JC
3 10