1. //
  2. // Queens Park Rangers

Les rockeurs de QPR pètent une corde

QPR, tamponné club rock’n’roll de l’opus 2012 de Premier League, ça fait peut-être classe mais ça sous-entend tout de même un peu de bordel. Et il n’aura pas fallu attendre la dixième journée pour que les Hoops envoient leurs premiers mauvais accords. Un homme tient le mediator : Joey Barton, étonnamment.

Modififié
6 0
Difficile de qualifier le début de saison des promus de Loftus Road. Irréguliers au tout départ (gifle prise en ouverture contre Bolton, victoire à Everton, défaite à Wigan, défaite en Carling contre le modeste Rochdale), les Rangers semblaient avoir lancé leur saison à la mi-septembre enchaînant un nul probant contre Newcastle et une victoire propre à Wolverhampton (3-0). L’équipe était solide, agrémentée d’une pointe de vitesse supplémentaire (Wright-Phillips), du chien de Barton et de la technique de Taarabt, parfait contre Newcastle. L’équipe que l’on voyait capable d’emmerder un bon paquet de seconds couteaux du championnat anglais n’arrive pour l’instant tout simplement pas à sortir de ses propres emmerdes internes. Premier set il y a deux semaines, après la fessée mise par Fulham à QPR (6-0). Taarabt est sorti par le coach Warnock à la mi-temps. Le Marocain prend la mouche et se barre du stade, rentrant chez lui en bus. Le deuxième set vient du Maroc où les médias locaux rapportent cette phrase du jeunot : « Je veux quitter QPR lors du mercato de janvier. C’est une question d’ordre financier » . Et bizarrement, l’ancien Lensois figurait sur le banc des remplaçants le dimanche suivant pour affronter Blackburn.

« L’Angleterre c’est une équipe de sudistes élitistes »

Le soir même, le nouveau venu et tout frais capitaine Joey Barton laissait Twitter et servait les balles neuves qui font mal dans un show radio au nom évocateur pour les Rangers, Absolute Extra’s Rock’n’Roll Football. Taarabt découvre de près le « skipper » (nom donné par Warnock à Barton) : « Les gens disent que c’est un génie. J’attends encore de voir. On est dans le top niveau du football mondial là. Si vous n’êtes pas préparé à travailler dur, vous vous retrouvez rapidement hors du coup. Après, je ne sais pas si c’est parce qu’il ne travaille pas assez dur ou si c’est parce qu’il a tendance à bouder. Cela dit, je suis heureux de le voir vraiment énervé parce que ça signifie qu’il se soucie de la situation, mais il y a une manière de faire. Il n’aimerait pas venir s’excuser pour ce qu’il a fait. Peut-être qu’il pense qu’il n’en a pas besoin. Beaucoup de joueurs expérimentés pensent qu’il devrait » . On fait difficilement plus explicite.

Ce cher Joey a même profité de ce show radio pour s’envoyer une balle gros calibre dans le pied. La sélection anglaise, Capello dans la charrette, a aussi pris dans les gencives : « Vous savez, je ne suis pas là à me lamenter. Au final, je joue pour QPR, en Premier League, et j’ai déjà travaillé dur jusque-là, donc cela aurait pu être sympa que je joue pour l’Angleterre. J’ai assez joué sur les 18 derniers mois pour qu’ils aient l’occasion de me sélectionner. Capello ne l’a pas choisi ainsi, donc moi je planifie mes vacances pour partir loin, à jouer au golf et à regarder l’Euro à la télé, à être sans doute énormément déçu de voir l’équipe d’Angleterre rentrer précocement à la maison » . Et le milieu anglais de se lancer sur un terrain un peu plus polémique : « En fait, mon principal problème avec l’Angleterre ou plutôt le Team England comme on dit maintenant, c’est qu’il est devenu une équipe de personnes du sud élitistes. C’est super d’avoir Wembley mais pourquoi l’Angleterre serait contrainte de ne jouer que là ? Comment pouvez-vous vous enthousiasmer pour la sélection si vous habitez à Newcastle et que vous avez à vous taper 250 bornes, pareil si vous habitez à Carlisle. A mon avis, aujourd’hui, l’Anglais moyen, il s’en fout un peu de l’équipe d’Angleterre » . On a comme l’impression que Barton n’a pas pris le soin de souscrire à une assurance annulation pour ses billets d’avion du prochain été. Alors que Terry Venables, dans les colonnes du Sun, réclamait une « seconde chance » internationale pour Barton, Capello ne peut que camper sur ses positions.

« Bombardez-le de saletés »

Neil Warnock, dans ce qu’on peut appeler ce bon bordel de vestiaire, joue, lui, sur un autre court. L’adversaire a un nom de Nutella à bas prix, Ric-Roc, pseudo d’un internaute contributeur au site de fans WeAretheRangerBoys.com. La veille du match contre Blackburn, Ric-Roc poste une news de la plus « haute » importance : DJ Campbell s’est blessé lors du huis-clos, est forfait pour la réception de Blackburn, Jamie Mackie effectue son retour et Taarabt débutera sur le banc. Considéré comme un avantage offert à la préparation de son adversaire du jour, Warnock s’énerve en conférence de presse d’après-match : « Des choses comme ça devraient rester à la maison. C’est fort possible que la source soit un joueur qui n’avait probablement pas l’intention de rendre ça public. J’espère que nos fans les plus fervents vont attraper cet internaute et le bombarder de saletés. Mais c’est décevant quand ça vient de votre propre vestiaire. C’est le seul endroit duquel cette info a pu sortir. Nous allons devoir resserrer la vis » .

Interrogé par le Guardian, le Ranger du risque Ric-Roc, qui reste toujours anonyme et qui n’a pas révélé sa source « in da club » , nargue, provoque et pond une belle histoire : « Warnock peut dire ce qu’il veut, il ne fait simplement que diversion parce que depuis trois matches, QPR ne joue pas bien. Moi, je connais les compos chaque semaine mais je ne les ai jamais publiées. J’ai posté un article hier à propos de la blessure de DJ Campbell et le retour de Jamie Mackie. C’est le genre d’infos qu’on retrouve d’habitude H24 sur les médias nationaux. Donc quand j’ai réalisé que ce n’était pas le cas ici, j’ai personnellement demandé au propriétaire du site de retirer le post. Au même moment, j’étais contacté par le club » . Chelsea, le prochain adversaire et visiteur au Loftus Road, est heureux. La routine européenne a été bien expédiée (5-0 à Genk) et l’approche médiatique du week-end de Premier League les a laissés tranquille. Soit les regards sont tournés sur les pseudos déboires du promu, soit ils sont fixés sur l’événement du week-end, le derby de Manchester. Avançant dans l’ombre, la situation est idéale pour les Blues, qui aimeraient sans doute accueillir Arsenal samedi 29 octobre avec au moins ses actuels neuf points d’avance.

Par Ronan Boscher
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Triste Paris
6 0