Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Les regrets de mercato du Napoli

Modififié
Directeur sportif du Napoli depuis octobre 2009, Riccardo Bigon est l'homme fort du mercato des Partenopei.

Une position qui permet au dirigeant napolitain de raconter certaines anecdotes notables au magazine E' azzurro : « Est-ce que j'ai des regrets ? Oui, j'en ai quelques-uns. Le premier est Gareth Bale. En 2010, j'étais arrivé depuis peu au Napoli et nous avions une urgence sur l'aile gauche. Il nous fallait un gaucher, et Bale jouait peu à Tottenham avec Redknapp sur le banc. Nous avions la possibilité de le prendre, mais il était très jeune, et Tottenham en demandait 10 millions d'euros. Dommage. Le second est Arturo Vidal. J'avais un temps d'avance sur lui. En avril, j'avais rencontré son agent, Felicevich, à l'occasion de Bologna-Napoli, puis je m'étais rendu à Leverkusen dans le plus grand secret pour démarrer les discussions avec le Bayer. J'ai encore le fax avec le prix à mettre. Si Vidal n'était pas parti à la Copa América, nous l'aurions probablement signé. Au final, il a attendu, et la Juventus nous a devancés. »


Bigon, à nos actes manqués. EM2
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 4 heures Paulo Bento débarqué de son club chinois 3 il y a 6 heures Le nouveau coup d'éclat de René Higuita 6
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
À lire ensuite
Le périple du Congo