1. // Europa League – Liverpool/Lille

Les Reds et le filet garni

Pour Liverpool, la Ligue Europa ressemble un peu à un tournoi de pétanque. Il lui faut gagner « la consolante » pour ne pas terminer fanny. Mais le seul cochonnet qui vaille le coup d'être visé avec précision est celui de la Premier League et de sa quatrième place. Histoire de survie, économique surtout. A côté de ça, la Ligue Europa, c'est un peu gagner un filet garni. Petite revue de presse de ce qui préoccupe vraiment les Reds aujourd'hui.

Modififié
0 0
A jeter un coup d'œil sur la presse du coin, on s'éparpille plus que l'on ne se focalise sur le match de ce soir. C'est une semaine cruciale pour Liverpool, commencée de façon trompeuse mais optimale par une victoire contre Portsmouth lundi soir (4-1). On ne sait pas si ce sont les 3 buts en six minutes rappelant le miracle d'Istanbul, ou le premier pion d'Aquilani, mais cette victoire contre le dernier de la classe a redonné la pêche à pas mal de monde. Dans le Liverpool Echo, Ian Rush, légende vivante du club, pense qu'il ne faut pas mésestimer cette victoire et que l'incorporation d'Aquilani, à la place de Lucas, a permis aux Reds de retrouver un jeu de passes rapides vers l'avant qui lui faisait défaut. Il y voit même un remède à l'absence de créativité de l'équipe. On se demande s'il n'a pas un peu forcé sur la Carlsberg, le bon Ian. A part ça, ce qui l'inquiète vraiment ce sont les éventuelles poursuites contre Gerrard pour son mauvais geste à l'égard de Michaël Brown en seconde mi-temps. Pour lui, ce n'était pas intentionnel (ben voyons). La FA lui a donné raison puisqu'elle n'engagera pas de poursuites, vient-on d'apprendre.

Un nouvel investisseur ?

Mais ce qui préoccupe la presse, c'est le “bizness”. Peter Kilfoyle, député travailliste de Walton (la circonscription où se trouve le stade d'Anfield), vient de déclarer que seule la vente rapide du club lui permettra d'éviter le désastre financier. Suite à une conversation avec Christian Purslow, le managing director du club, qui semble reconnaître que l'on ne sait pas trop qui dirige la maison, le député demande à la Royal Bank of Scotland de mettre la pression sur les propriétaires pour vendre. Le club a répondu qu'il avait beaucoup de respect pour le travail du politique et de la sympathie pour sa passion de supporter mais que blablablablablaba...

[page]
Justement, le premier investisseur crédible vient de se faire connaître d'après le Guardian. Le Rhone Group, spécialisé dans les services bancaires, basé à New-York, propose d'injecter 100 millions de livres et de prendre le contrôle de 40% du capital. Reste à savoir si cela viendrait en réduction de la dette (247 millions de livres) ou pour financer de nouveaux investissements. C'est justement ce que veut savoir “Spirit of Shankly”, le groupe de supporters qui tente de peser sur l'avenir du club (un peu comme si une association de supporters parisiens s'appelait “L'esprit de Borelli”), et qui avait organisé une marche de protestation le jour du match contre Manchester United. L'association a fait passer dix questions au club pour pouvoir prendre position dans cette affaire. Au centre des débats, « A quoi va servir cet argent ? » , « Quel avenir pour le club, la construction du stade et les futurs achats de joueurs ? » .


Peut-on finir 4e en étant éliminé par Lille ?

La presse se fait aussi l'écho de nouvelles rumeurs de départ vers Madrid de Benitez, qui a nié se préoccuper de tout ça, comme d'habitude. « Je me focalise sur le match contre Lille » déclare Rafa. Il semble le seul car c'est bien le match contre Manchester United dimanche en championnat qui sera l'événement à ne pas rater. A côté de cela, le LOSC semble coincé au milieu de cette semaine de tous les dangers. Pourtant, à qui fera-t-on croire que Liverpool a une chance de finir quatrième s'il n'est pas capable d'éliminer Lille ce soir ? Finalement, en parlant si peu de l'équipe du Nord de la France, Liverpool semble considérer le match comme quantité négligeable. Car au fond d'eux, les Reds, du haut de leur grandeur, pensent qu'il suffira qu'Anfield mette la pression et que Torres soit en forme pour se qualifier. Il sera toujours temps de passer aux choses qui comptent vraiment ensuite. Tout le paradoxe de cette période délicate dans l'histoire du club.

Traduit de l'anglais par Christophe Lalo, source The Sun

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0