Les Rams sortent la tête de l'eau, Steven vise toujours plus haut

Après un début de mois de septembre compliqué pour les Rams, Steven et ses coéquipiers ont enfin sorti la tête de l'eau. Motivé par la visite de ses parents, ses bons résultats scolaires et des découvertes toujours plus nombreuses, le jeune Montpelliérain a vécu une belle quinzaine. Jusqu'à ce qu'un petit pépin vienne tout faire capoter.

Modififié
83 3
Il y a deux semaines, tout n'allait pas pour le mieux de l'autre côté de l'Atlantique. Steven et ses coéquipiers restaient sur plusieurs lourdes défaites de rang et semblaient ne pas réussir à développer leur jeu. Partagé entre la déception liée à ces contre-performances et les sentiments incroyables qu'il avait ressentis en découvrant la Californie et son joyau, San Francisco, Steven voulait rebondir au plus vite. C'est aujourd'hui chose faite. Depuis son appartement, qu'il partage avec quelques coéquipiers, Steven reconnaît avoir le moral. Il faut dire qu'entre la visite de ses parents, qu'il n'avait pas vu depuis son départ de Montpellier, début août dernier, les premières victoires des Rams, son équipe, et des sorties toujours appréciables, le jeune footballeur a eu de quoi se changer les idées. Les jours à venir, eux, seront peut-être un peu différents, puisque, pour la première fois cette saison, Steven va devoir rester écarté des terrains de football qu'il aime tant. La faute à « une petite entorse de la cheville » contractée à l'entraînement. Mais qu'importe, Steven reviendra encore plus fort.

Des victoires, enfin !


De retour de Californie, les Rams se remettent au boulot. Les entraînements sont toujours plus intensifs et Dave Giffard, le head coach, toujours plus exigeant. À grands coups de volonté et de détermination, Steven et ses coéquipiers sont allés chercher leur première victoire de la saison le 11 septembre, à la maison, contre Hartford (2-0). « Sur ce match, j'ai joué les 90 minutes. J'étais très content de ma performance et de celle de l'équipe, on a fait un vrai bon match. Il faut tout de même reconnaître que l'équipe adverse était un cran en dessous de celles qu'on était allé affronter en Californie » , reconnaît humblement Steven, qui ne veut pas faire de cette victoire un événement. Ce succès, les Rams ont même réussi à le bonifier, deux jours plus tard, en écrasant Jacksonville (3-0). Cette forme (re)trouvée, Steven l'analyse aussi d'un point de vue tactique, lui qui doit apprendre à se plier aux exigences du coach. « On joue désormais dans un système en 4-2-3-1. Défensivement, je joue comme deuxième numéro six. Offensivement, on passe en 4-1-4-1, et, dans ces moments, j'ai plus un rôle de relayeur au milieu » , explique le milieu de terrain, ravi de voir que des automatismes commencent à se créer. « Il y a une bonne alchimie qui est en train de se créer entre nous au milieu, particulièrement entre moi, Rafael Andrade, le numéro 10 et Jason McGlothern. »

Youtube

Youtube

Après ces deux victoires, acquises sous les yeux de ses parents, Steven ne relâche pas la pression et redouble d'efforts en vue de deux chocs qu'il attend avec impatience. Le premier contre Georgetown, « une grosse grosse équipe du top 5 NCAA » , et le second, contre University of Viriginia, « les champions en titre » . Prêt pour le premier de ces deux chocs, Steven donne tout sur le terrain pendant 75 minutes, et regarde son équipe aller arracher un match nul deux buts partout. Un résultat pas si mauvais, d'après le Montpelliérain, toujours très lucide après les rencontres. « On fait quelques belles séquences qui mènent notamment aux buts. De ce que j'ai pu voir depuis le début, Georgetown a été l'équipe la plus complète pour moi. Ils ont de très bonnes individualités et un jeu de groupe bien huilé. En ce qui nous concerne, je pense qu'on s'améliore vraiment de semaine en semaine. Le contenu de chaque match est de plus en plus intéressant, autant dans le placement défensif que dans la gestion de nos temps forts/temps faibles. » Surmotivé par la perspective de son premier derby face à University of Virginia, Steven doit pourtant se faire une raison en voyant sa cheville tourner à l'entraînement. « En contrant une frappe, je suis mal retombé... Pas de derby pour moi, mais du repos et des soins intensifs... » , détaille le jeune joueur, dépité. Sans lui, ses coéquipiers s'inclinent 1-0 au terme d'un match très disputé.

Youtube

Entraide et bonnes notes


« Don't worry, be happy » , chantait Bobby McFerrin, et c'est peut-être ce que sifflote Steven en allant à l'école tous les matins. « Niveau cours, ça se passe bien. J'ai eu quelques examens, mais ce n'était pas encore très difficile » , rapporte le jeune homme, qui sait toujours bien s'entourer pour se faciliter la tâche. Déjà soutenu par le numéro 4 de l'équipe féminine, Steven peut désormais compter sur quelques autres personnes. « Dans mon cours de communication, celui que je suis en ligne, je me suis rendu compte que j'étais avec des filles du tennis que je connais. Elles m'aident pour les quizz, c'est plus facile du coup » , explique en rigolant celui qui trouve toujours le temps de donner de ses nouvelles entre ses deux siestes. Il faut dire que le rythme école/entraînement/match plutôt soutenu aurait de quoi fatiguer même les plus endurants. Pourtant, Steven arrive à tout concilier, et de plutôt bonne manière, qui plus est. « J'ai que des bonnes notes pour l'instant. J'ai eu un B en business, c'était un travail de groupe, et un 86% en psychologie pour le premier gros test, donc je suis vraiment super content » , se réjouit-il. « En psychologie, c'était amusant, parce qu'on s'est retrouvés avec plusieurs élèves de la classe dans une chambre pour s'aider à réviser. C'est vraiment cool de travailler comme ça, en étant ensemble ! »

Très concentré sur ses études et sur son football, Steven n'en oublie pas de décompresser de temps à autre. Alors, quand ses amis lui proposent une sortie le vendredi soir, le jeune Montpelliérain saute sur l'occasion. Downtown Richmond, Steven découvre une vie nocturne bien agitée. « J'étais avec un joueur de l'équipe, un pote du tennis et trois filles qui sont ici juste pour un échange sur un semestre » , explique-t-il, de retour de sa petite virée dans les bars de la ville. « Ça fait du bien de sortir un peu penser à autre chose et être en dehors de l'université pendant quelques heures. Je pense que ça permet de bien s'extérioriser, relâcher de la pression quotidienne pour ensuite mieux se reconcentrer le lendemain. » De la concentration, il va en falloir à Steven, de même que beaucoup de courage.

À cause de sa blessure, Steven manquera le déplacement des Rams à Los Angeles, ce week-end. Un coup dur à encaisser pour lui, bien qu'il préfère relativiser que déprimer. « Aller à LA, bien sûr que c'est le rêve, mais ça m'aurait fait perdre du temps. Je sais que c'est mieux pour moi de rester ici et bosser pour être prêt pour le prochain match. Je sais que mon but premier, c'est de revenir en forme, pas de visiter LA » , explique-t-il avec beaucoup d'intelligence.





Les premiers épisodes des aventures de Steven :
  • Épisode 1 : L'envie de tout casser
  • Épisode 2 : À la découverte de Richmond et des Rams
  • Épisode 3 : L'heure des premiers grands rendez-vous
  • Épisode 4 : Voyage et déception

    Par Gabriel Cnudde
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    La question que tout le monde se pose : il a pécho ?
    Il est pas mal leur maillot!
    Bon rétablissement à lui sinon!
    est ce qu'on a un montpelierrain par ici pour confirmer que:
    "Je pense que ça permet de bien s'extérioriser"

    ca veut bien dire dans le sud ce que je pense que ca veux dire?
    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    83 3