Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 16es
  3. // PSG-Guingamp (4-2)

Les quêtes secondaires du Parc des Princes

Mercredi soir au Parc des Princes, le PSG a collé quatre buts à Guingamp, encore une fois, et satisfait son public sur un tout autre point : pour une fois, il y avait du suspense. Pas sur le score, non. Le tout était plutôt d'être là pour voir Cavani entrer dans l'histoire. Un moyen détourné de frissonner pour un match de Paris, mais une quête secondaire qui n'est pas loin de devenir l'attrait principal d'un club qui se cherche des challenges.

Modififié
Le protocole habituel. Porte d’entrée du Parc des Princes, dire bonjour, se faire fouiller son sac, palper les jambes en position christique, découvrir la pelouse à travers le grillage des escaliers pour accéder aux tribunes, prendre place, s’asseoir à la va-vite car le match va débuter, lever les yeux sur le stade. Et constater : il est plein à craquer. Des tribunes à peine clairsemées, remplies dans leur totalité dans les virages, un peu moins parfaitement pour les tribunes latérales, d’ordinaire privilégiées par les familles et les « occasionnels » . Un stade rempli pour un 16e de finale de Coupe de France contre Guingamp ? Il fallait presque se pincer pour y croire, tant le Parc a historiquement peiné à bourrer ses travées lors de matchs de Coupe.


L’affiche n’était pourtant pas un choc annoncé, et les deux aspirateurs à public que sont Neymar et Mbappé étaient déclarés absents depuis plus de trois jours. Alors quoi ? En réalité, mercredi soir, le public parisien ne venait pas voir un match, mais un avènement. Combien se sont hier rendus au Parc portés par la motivation de voir Edinson Cavani devenir meilleur buteur du PSG ? Beaucoup, et cela s’est senti. C’est une chose nouvelle, dans ce Paris-là, celui qui dépense tout autant qu’il gagne : le public ne vient plus au stade pour voir une opposition, il parsème son expérience de jeux subsidiaires qui, eux, font le suspense. Voir Cavani marquer était celui d’hier soir.

Qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse


Même lui l’a senti. Il flottait dans l’air du Parc des Princes un sentiment étrange, réellement. Celui de prendre conscience, au fil des minutes, que le score n’était décidément pas si important. Une fois les enjeux sécurisés (2-0 au bout de vingt-cinq minutes), le public s’est affolé des ratés de son héros, l’a encouragé, s’est pris d’obsession pour un but qui ne venait pas alors que Guingamp n’a jamais, à part ses deux penaltys justement obtenus, su montrer quoi que ce soit de réellement menaçant pour le résultat final. C’est bien là l’un des écueils du volume pris par cette bête omnivore qu’est devenu Paris.


À force de répéter que le club vit et respire Ligue des champions, ses joueurs ont fini par y croire, et son public aussi. Tout comme Di María traînait l’an passé son ennui sur les terrains de Ligue 1 avant de claquer un doublé contre Barcelone, le public du Parc semble également chercher son frisson dans un ailleurs qui dépasse le simple tableau d’affichage. En Ligue 1, il y a les taules annoncées (parfois à tort), et les rares grosses affiches (Lyon, Marseille, Monaco). Et alors que le supporter trouve son essence même dans l’incertitude du résultat de l’équipe qu’il soutient, celui du PSG est désormais trop habitué à la victoire pour y voir quelque chose de noble. Il lui faut trouver du lien, se rattacher à quelque chose qui fait l’âme du club, défendre une cause qui le mérite, et Cavani, dernièrement, est de celles-là.

Une foule sentimentale


On aurait pu jurer, sur le troisième but de Pastore, que le rugissement du Parc s’était très légèrement perdu au moment de la prise de conscience que celui qui venait de claquer sa tête dans les filets n’était « que » Pastore. Il y avait des réactions d’humeur à chaque mauvais choix sur contre-attaque, ce supporter placé là, à gauche, qui éructait qu’il fallait passer la balle au Matador à tout prix, cette rumeur qui enflait dès qu’il se trouvait en position de frappe. Même en dépit du bon sens. Celui du jeu, celui qui, parfois, exigeait une passe.



Le Parc trouve aujourd’hui une excitation dans un jeu de tir de fête foraine où il espère voir son buteur ramener la grosse peluche à force de mitrailler, et peut-on lui en vouloir ? Mécanisme noble que celui de vouloir humaniser un club en processus de déshumanisation. S’il faut accorder de l’importance à quelque chose, désormais, c’est l’histoire, au moins dans les tribunes. En coulisses, lorsqu'un journaliste ose demander à Kevin Trapp s’il sait pourquoi Antoine Kombouaré est une idole de Paris, le gardien sourit, puis réplique que lui, « en tout cas » , ne sait pas. L’évolution du club est ainsi faite, et n’est pas sujette au jugement. Bien ou pas, le Parc trouve désormais son frisson dans ces « quêtes secondaires » à la Zelda – un record de buts, Pastore à défendre, afficher une banderole « siffler nos joueurs est à l’opposé de nos valeurs » pour Neymar, faire lever la foule pour scander le nom de son n°9 – sachant pertinemment que la quête principale sera terminée sans même sourciller devant Ganondorf. Un club évolue, ses supporters aussi. Hier soir, c'était flagrant.



Par Théo Denmat, au Parc des Princes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 14:56 Pronostic Bayern Munich Real Madrid : 10€ offerts sans dépôt et 450€ à gagner
il y a 2 heures Ce papy fan du Napoli devient fou sur le but de Koulibaly (via Facebook SO FOOT) il y a 4 heures Episode 16 : L'après-Wenger, Neymar au Mondial et le Soudanais sans club il y a 6 heures Les ultras de l'OM provoquent Jean-Michel Aulas (via Facebook SO FOOT) il y a 15 heures Trois matchs ferme pour Adil Rami et Anthony Lopes 208
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Podcast Football Recall
Hier à 08:10 Pourquoi tout le monde kiffe Les Herbiers (via Facebook SO FOOT) lundi 23 avril Le top 5 des joueurs les mieux payés cette saison 32 lundi 23 avril Gilberto Moraes tacle le crâne de son adversaire 9
À lire ensuite
Lyon bouffe un petit Monaco