1. // #firstneverfollows
  2. // publirédactionnel

Les premiers cartons de la saison

La saison est à peine commencée, et pourtant il y en a certains qui ont déjà ramassé une telle valise qu’ils sont prêts à repartir en vacances. En un petit mois de compétition, on a déjà assisté à quelques matchs mémorables, et surtout à quelques volées d’anthologie qui pourraient laisser des traces. Coup d’œil dans le rétro pour voir combien de cartons on a déjà perdus en route.

Modififié
487 4

Paris SG 4-1 Olympique lyonnais, Trophée des champions


Si l’atmosphère est actuellement plutôt tendue autour du Paris Saint-Germain, qui n’a remporté aucun de ses trois derniers matchs, l'histoire retiendra pourtant qu’Unai Emery a soulevé un trophée pour son premier match officiel sur le banc parisien. Les joueurs de la capitale ont même lancé leur saison sur les chapeaux de roue face à l’OL, l’une des rares équipes de Ligue 1 susceptibles de leur mettre quelques bâtons dans les roues sur la route du 5e titre consécutif. Du moins, c’est ce qu’on croyait… Pastore, Lucas et Ben Arfa portent le score à 3-0 à la demi-heure de jeu, révélant au passage les errements défensifs rhodaniens. Kurzawa claque le but du 4-0 en seconde période, histoire de valider la déculottée infligée par le PSG à son dauphin. Le championnat n’a pas encore commencé, et pourtant il semble déjà réglé. Tolisso profite d’une fin de match apathique pour réduire la marque, histoire de sauver l’honneur – ou ce qu’il en reste.

Roma 4-0 Udinese, 1re journée de Serie A


Comme tous les ans, la Roma fait semblant d’y croire. Elle se dit que c’est peut-être enfin la saison où la Juventus marquera le pas : alors elle sait qu’il faudra répondre présent et profiter de l’occasion pour renouer enfin avec le Scudetto. Tant pis si la saison passée, malgré un très beau parcours à 80 points, la Louve pointait à 11 longueurs des Turinois… Tant pis si la Juventus a encore fait un mercato complètement fou… Comme tous les ans, la Roma se dit qu’elle ne doit rien regretter. Du coup, en ouverture du championnat italien, elle a pris soin de cartonner l’Udinese dans les règles de l’art. Ça n’a pas été si simple : les visiteurs tenaient plutôt bien le coup jusqu’à la grave blessure du Français Thomas Heurtaux (mâchoire fracturée) dès le retour des vestiaires. Et puis tout bascule : deux penaltys convertis par Diego Perotti mettent les Romains sur les rails avant que Džeko et Salah ne terminent le boulot dans les dix dernières minutes. Comme tous les ans, la Louve compte bien entretenir l’espoir le plus longtemps possible.

Bayern Munich 6-0 Werder Brême, 1re journée de Bundesliga


En Allemagne comme en France et en Italie, le nom du futur vainqueur ne fait aucun doute dans l’esprit de la plupart des observateurs. Et comment pourrait-il en être autrement quand le favori absolu atomise la concurrence dès le match d’ouverture du championnat ? Face au Werder Brême, le Rekordmeister a déroulé ses belles mécaniques de jeu, et dévoré son adversaire minute après minute sans lui laisser la moindre chance. Alonso et Lewandowski placent tous les deux de grosses pralines dans le premier quart d’heure, et déclenchent l’état de siège. Si les poteaux et Wiedwald dévient tout ce qu’ils peuvent en première période, la seconde est fatale au Werder : Lewandowski plante son premier triplé de la saison, et laisse les anciens Lahm et Ribéry ajouter leur pierre à l’édifice. Un set de tennis en guise de message à la Bundesliga, donc. Laquelle a parfaitement reçu le message.

Barcelone 6-2 Betis Séville, 1re journée de Liga


Dans le même genre, quoiqu’un peu plus permissif dans le secteur défensif, le Barça n’a pas loupé sa rentrée des classes en Liga. Sur la lancée d’une Supercoupe d’Espagne facilement remportée face au FC Séville (5-0 sur l’ensemble des deux matchs), les Blaugrana débaroulent sur le championnat espagnol avec un brin d’empressement : Turan ouvre le score après six petites minutes, mais Rubén Castro égalise à la 21e minute sur coup franc. Messi patiente jusqu’à la demi-heure avant de décréter que la plaisanterie a assez duré et de redonner l’avantage au Barça. Comme à leur habitude, les Catalans déroulent et s’amusent : Suárez s’offre un petit triplé, Messi un doublé, pendant que le Bétis se console avec un doublé de Castro en toute fin de match. Pas sûr que ça atténue vraiment la violence de la correction reçue.

Real Madrid 5-2 Osasuna, 3e journée de Liga


Évidemment, le Real ne pouvait pas se permettre de voir son légendaire rival empiler les cacahuètes sans réagir. Il n’aura donc fallu attendre que la 3e journée pour que les hommes de Zinédine Zidane assènent à leur tour un grand coup de massue sur la tronche de la concurrence. La malheureuse victime s’appelle Osasuna, et n’aura eu pour tort que d’être au mauvais endroit au mauvais moment – et éventuellement d’avoir titularisé Emmanuel Rivière en pointe. Cristiano Ronaldo, qui n’avait plus disputé le moindre match depuis la finale de l’Euro, cale son premier but au bout de six minutes, et lance les grandes manœuvres : Danilo plante le 2e en force, Ramos claque le 3e de la tête, Pepe use de la même méthode pour glisser le 4e, et Modrić enroule le 5e dans la lucarne. On est à l’heure de jeu, ça fait 5-0, et le Real décide que la mission est remplie et qu’il peut plier les gaules. Ça laisse le temps à Riera et Garcia de réduire la marque, et à Bonnin de se faire expulser, histoire de dire que la soirée aura vraiment été pourrie jusqu’au bout pour Osasuna.

Celta Vigo 0-4 Atlético de Madrid, 3e journée de Liga


Le troisième candidat au titre en Espagne s’appelle l’Atlético de Madrid, et s’il a eu quelques difficultés en tout début de parcours (deux matchs nuls lors des deux premiers matchs, qui feront dire à Griezmann que son équipe jouait apparemment le maintien), les Matelassiers ont remis les pendules à l’heure à l’occasion de la 3e journée et de leur déplacement sur la pelouse du Celta Vigo. Le Celta, pourtant, ce n’est pas n’importe qui. Déjà, c’est le club historique d’Alexander Mostovoï, mais en plus, c’est une équipe qui s’est classée à la 6e place l’an dernier. Des détails historiques qui n’ont cependant pas pesé lourd face aux hommes de Diego Simeone. Après une première période compliquée, l’Atlético déroule tranquillement après la pause, notamment grâce à la performance XXL d’Antoine Griezmann. Le Français commence par offrir une passe décisive à Koke, avant de claquer un doublé en 8 minutes. En toute fin de match, Correa donne le coup de grâce sur un service de Koke. Enfin, l’Atlético a lancé sa saison.

Liverpool 4-1 Leicester City, 4e journée de Premier League


Le retour à la réalité est assez douloureux pour les champions d’Angleterre en titre. Nul doute que le plus optimiste des supporters des Foxes n’envisageait de toute façon pas reproduire l’exploit de l’an passé, mais tout de même : avec quatre petits points pris lors des trois premières journées, Leicester voit se profiler un déplacement périlleux à Anfield Road pour y défier les troupes de Jürgen Klopp. Lequel est actuellement en mission pour sa première saison complète à la tête des Reds. Autant dire que ça ressemblait tout de même drôlement à un guet-apens pour les renards. Firmino allume la première mèche au quart d’heure de jeu, Mané double la mise à la demi-heure. Les Reds prennent le temps de souffler et de commettre une énorme bévue en forme d’offrande à Jamie Vardy, mais c’est pour mieux repartir à l’assaut en seconde période : Lallana nettoie la lucarne de Schmeichel, et Firmino valide son doublé en toute fin de match. 4-1. Les lendemains de cuite sont parfois difficiles.

Celtic Glasgow 5-1 Glasgow Rangers, 5e journée de Scottish Premiership


Avec le derby mancunien et les retrouvailles entre Guardiola et Mourinho, le retour du Old Firm était indiscutablement l’événement football majeur du week-end dernier. Quatre ans après la relégation administrative des Rangers, les deux clubs de Glasgow, qui trustent tous les titres de champion depuis 1986, et qui figuraient déjà aux deux premières places du classement, s’étaient donc donné rendez-vous au Celtic Park pour une affiche au sommet… qui s’est transformée en démonstration de force. En première période, le jeune Frenchie Moussa Dembélé (vingt ans) gifle par deux fois les Rangers, lesquels répondent du tac au tac avec la réduction du score de Garner. Un but en forme de cache-misère, parce que la seconde période est à sens unique : Scott Sinclair plante le but du K.O. à l’heure de jeu, l’ancien Gunner Philippe Senderos récolte un rouge, et laisse tout loisir à Dembélé et Armstrong de corser l’addition. 5-1, le compte est bon. On attend déjà avec impatience le prochain Old Firm pour voir les Rangers tenter de laver l’affront.

Barcelone 7-0 Celtic Glasgow, 1re journée de Ligue des champions, groupe C


Quelques jours seulement après leur large succès dans le Old Firm, les joueurs du Celtic se sont donc présentés en pleine confiance au Camp Nou, histoire de passer le bonjour à leurs vieilles connaissances du Barça. Et c’est peu dire qu’ils sont mal tombés. Vexés comme des poux de s’être fait surprendre à domicile par Alavès quelques jours plus tôt, les Blaugrana sortent l’artillerie lourde et atomisent les Écossais, au cours d’une rencontre qui vire à l’humiliation pure et simple. Messi ouvre le bal à la 3e minute, et double la mise à la demi-heure, pendant que Ter Stegen écarte un péno de Dembélé. 2-0 à la mi-temps, et le massacre se poursuit : Neymar enroule un coup franc pour le 3-0, Iniesta claque une reprise de volée pour le 4-0, Messi se jette pour le 5-0, et puis Suárez entre enfin en scène pour s’offrir lui aussi un petit doublé. 7-0. Une séance de torture collective portant le sceau de la MSN. Et nul doute que le Celtic ne sera pas le dernier à trinquer.



Par Julien Mahieu
Modifié

Dans cet article

Sofoot c mané pas sané dans beaucoup de vos articles sur Liverpool vous écrivez sané
Message posté par fadiama
Sofoot c mané pas sané dans beaucoup de vos articles sur Liverpool vous écrivez sané


Merci, c'est corrigé !
Max_Payne Niveau : CFA2
C'est du publi-rédactionnel pour qui/quoi ?
Pas gentil de me rappeler la manita² du Celtic contre le Barça...Et quand tu sais que c'est City qui suit...

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Chili Concarneau
487 4