En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options

Les podiums de la C1

Pour le tableau final de la Ligue des Champions, sofoot.com revient après chaque salve de matchs sur ceux qui ont surpris et ceux qui ont déçu. Avec des top 3.

Les confirmations

Nasri (Arsenal) : Il était attendu comme Messi dans ce match, il n'a pas déçu. Après avoir dégouté Alves sur son côté avec le combo récupération/relance propre, Samir a parfaitement exploité la balle de match qui lui a été donnée. Ce que n'a pas su faire l'Argentin...

Lennon (Tottenham) : L'ailier droit a pleinement assumé son statut de danger numéro 1 des Spurs : toutes les attaques passaient par lui, et il a toujours fait le geste qu'il fallait pour créer un décalage. Sans compter son rush décisif, qui fait encore cauchemarder Yepes.

Raul (Schalke 04) : Plus que son but, ou son record, Raul, c'est surtout un espoir. L'intuition que le défenseur peut se trouer à tout moment ou qu'un gardien peut être avant tout surpris par une frappe ordinaire, à peine placée.

Les déceptions

Guardiola (Barcelone) : A une demi-heure de la fin, il enlève son seul attaquant de métier pour faire entrer Keita, obligeant son milieu à se réorganiser. Ceux qui avaient dit que Barcelone était supérieur à Arsenal dans tous les compartiments n'ont peut-être pas assez regardé le banc de touche.

Seedorf (Milan AC) : Le vétéran hollandais a raté toutes ses passes ou presque. La raison numéro 1 de la faillite d'Ibrahimovic, c'est lui.

Huntelaar (Schalke 04) : Même pas foutu d'être efficace. Il n'a donc plus rien pour lui.

Les révélations

Jurado (Schalke 04) : Passé par le Real et l'Atletico, Jurado a été très actif sur son côté gauche. Il a tout le temps demandé le ballon et il avait presque à chaque fois de bonnes idées.

Koscielny (Arsenal) : Dans un style pas évident du « je plie, je plie mais je ne romps pas » , il a fait un sans-faute. Son association avec Djourou se solidifie de match en match.

Jadson (Shakthar) : Les Ukrainiens jouent à quatre Brésiliens devant et Jadson est celui qui s'occupe de distribuer les ballons aux autres. De la folie certes, mais aussi des responsabilités.

Ceux qui n'ont pas le niveau

Antonini (Milan AC) : Quand le Milan se devait d'attaquer, il était incapable d'apporter le surnombre. Et ce n'est pas par hasard si au dernier moment, Redknapp a remis Lennon à droite.

Cassetti (Roma) : Le symbole de l'espoir qui ne franchit jamais le palier décisif. Contre le Shakthar, il n'a jamais été enragé, restant toujours à deux mètres du joueur qu'il devait marquer.


Aduriz (Valence) : Il est volontaire d'accord, mais qu'est-ce qu'il est maladroit. Valence a eu plusieurs fois l'occasion de faire le break. On connait la suite...


Ceux qui nous ont fait marrer

Gattuso (Milan AC) : Avec son nouvel ami, l'entraîneur adjoint de Tottenham :



Raul (Schalke 04): Et sa célébration de but ridicule. Pour un record, il aurait pu marquer le coup.

Vucinic (Roma): Qui veut jouer vite au coup d'envoi et qui donne sur le côté. Ça part direct en touche, de quoi mettre les visiteurs bien dans le match.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


il y a 14 minutes Un gardien espagnol marque de 60 mètres
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4