En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 16 Résultats Classements Options
  1. // Publi-rédactionnel
  2. // Top 10
  3. // Les dream teams

Les plus belles dream teams de l’histoire du foot - Real 58

Composer une équipe de superstars n’a jamais été une garantie de remporter tous les matchs... Encore faut-il trouver un moyen de faire cohabiter tous ces ego démesurés, comme Luke Cage, Jessica Jones, Iron Fist et Daredevil s’unissant pour former les Defenders et défendre New York. En s’inspirant de la bande des super-héros de la série diffusée par Netflix à partir du 18 août, So Foot a décidé de répertorier quelques-unes des plus belles dream teams de l’histoire du foot : des joueurs magiques qui ne s’entendaient pas forcément en dehors du terrain, mais qui savaient associer leurs talents pour faire face à l’adversité !

Modififié

Real 58 Puskás + Di Stéfano + Kopa + Gento

Ferenc Puskás + Alfredo Di Stéfano + Raymond Kopa + Francisco Gento

La première vraie Dream Team de l’histoire du football. Oui, le Real Madrid n’a pas attendu Florentino Pérez pour aligner une collection de stars en attaque. À l’été 1958, Ferenc Puskás débarque de Hongrie pour être associé à l’immense Francisco Gento (futur capitaine, plus de 600 matchs et 175 buts pour le Real), au Français Raymond Kopa, tout juste élu meilleur joueur de la Coupe du monde 1958 et lauréat du Ballon d’or à la fin de l’année, et au légendaire Alfredo Di Stéfano (308 buts en 396 matchs au Real). Le Real évolue alors dans un schéma complètement dingue en 3-2-5, et terrorise toute l’Europe : les Madrilènes restent sur deux titres en Espagne et ont remporté les trois premières éditions de la Ligue des champions (alors Coupe d’Europe des clubs champions européens) en 1956, 1957 et 1958. Bref, le Real Madrid d’alors n’a rien à envier à celui de Cristiano Ronaldo, Karim Benzema et Gareth Bale. Puskás, Gento, Di Stéfano et Kopa ne joueront qu’une petite saison ensemble, ce qui ne les empêchera pas de remporter une quatrième Coupe d'Europe consécutive. Puskás ne pourra malheureusement pas prendre part à la finale contre Reims à Stuttgart, après avoir été interdit de séjour en Allemagne pour avoir déclaré que les joueurs de la RFA étaient dopés quand ils ont gagné la Coupe du monde. S’il laisse filer le titre en Liga au Barça, le Real de 1958-1959 reste l’une des plus grandes équipes de l'histoire. L’année suivante, Kopa décide de retourner à Reims, ce qui n’empêchera pas la Maison-Blanche de remporter la Coupe d’Europe en 1960, et huit titres en Liga au cours des dix années suivantes. Au fait, combien avait dépensé le Real pour réunir toutes ces stars ? 500 000 francs pour Kopa, et pas un kopeck pour Puskás.