En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. // Éliminatoires Euro 2016
  2. // Groupe A
  3. // J8
  4. // Turquie/Pays-Bas (3-0)

Les Pays-Bas ont vécu l'enfer

Solidaire, inépuisable, infranchissable. Dans un match capital, la Turquie a marché sur les Pays-Bas (3-0) grâce à un Arda Turan de gala (un but, une passe dé'). Les Turcs chipent la troisième place, synonyme de barrages, aux Oranje qui, pour la première fois depuis 32 ans, pourraient bien manquer l'Euro.

Modififié

Turquie - Pays-Bas
(3-0)

O. Ozyakup (8'), T. Arda (26'), B. Yılmaz (85') pour Turquie


L'image en dit long. L'arbitre vient à peine de siffler la mi-temps et Arda Turan, pris de crampes après un énième tacle rageur, est en grande difficulté pour rejoindre les vestiaires. Preuve du rythme insoutenable imprimé par la Turquie dans un match aux allures de mort subite. Une bonne heure plus tard, les grimaces ont disparu du visage du néo-Barcelonais. Auteur d'une passe décisive et d'un but, le capitaine, interdit de compétition avec le Barça jusqu'en janvier, a offert un sursis aux Turcs. Plongeant dans le même temps les Pays-Bas dans une crise majeure. Car, distancés au classement par l'Islande et la République tchèque, Robin van Persie, Wesley Sneijder, Memphis Depay and cie se dirigent sur le même chemin que leurs aînés Ronald Koeman, Ruud Gullit, Frank Rijkaard et Marco van Basten, non qualifiés pour l'Euro 1984... en France. Il restera deux matchs aux Turcs et Néerlandais pour accrocher une troisième place synonyme de barrages. Pour l'heure, avantage Turquie.

La Torku Arena, l'enfer sur terre


« Bienvenue en enfer » semblent dire les 42 000 âmes de la Torku Arena. Dans une ambiance bouillonnante, les Turcs profitent des doutes néerlandais. Ils harcèlent le porteur de balle et sautent à la gorge des Bataves dès l'entame de match. Eux aussi sont dos au mur, condamnés à gagner après un très mauvais début de campagne. Et ça paye. Après une nouvelle récupération de balle, Arda Turan lève la tête, ouvre son pied droit et met Oğuzhan Özyakup sur orbite. Le milieu de Beşiktaş, né aux Pays-Bas, a hésité entre les sélections turque et néerlandaise. Mais pas devant le but. Très mal couvert par la défense des Oranje, Ozyakup plonge la Torku Arena dans un état second d'un subtil ballon piqué (1-0, 8e). Le départ parfait, tout comme le coup franc d'Hakan Çalhanoğlu, spécialiste du genre, déposé sur la tête non cadrée de Serdar. Ultra dominatrice au milieu, la Turquie ne lâche pas le steak. Les lignes de passes sont coupées, la défense est alignée et les Pays-Bas asphyxiés. À l'image de Daley Blind et Jasper Cillessen. Pressé sur une touche, le premier se fait chiper le ballon par Arda Turan à l'entrée de la surface. Quant au second, il se troue sur la frappe du milieu barcelonais qui fait le break (2-0, 26e). Les Bataves sont cliniquement morts. Narsingh, Sneijder et Depay tentent bien de relancer la machine, mais butent tous les trois sur Volkan Babacan, irréprochable dans ses bois.

Burak Yılmaz les a dégoûtés


Deuxième match, deuxième calvaire donc pour Danny Blind. Lâché par Bruno Martins-Indi jeudi soir face à l'Islande, le nouveau sélectionneur des Oranje sort un Stephan De Vrij à l'agonie au retour des vestiaires. Coaching presque gagnant. Seul au point de penalty sur un joli service de Depay, Georginio Wijnaldum, le nouvel entrant, foire complètement sa tête et du même coup une occasion précieuse de revenir dans la partie. Les Turcs ont levé le pied et autorisent désormais Sneijder et sa bande à combiner aux alentours de la surface. Sans danger. Les Oranje sont toujours aussi brouillons, toujours aussi absents, encore sonnés par le scénario de la rencontre. Malgré tout, la tornade de la première période semble passée. Seuls subsistent quelques éclairs de Burak Yılmaz. La Torku Arena fait beaucoup moins de bruit, mais elle flaire déjà le gros coup réalisé par ses joueurs. Les hommes de Danny Blind se jettent vers l'attaque, usent et abusent de longs ballons dans la surface. Tous mal négociés, tous renvoyés par le bloc rouge ou interceptés par Volkan Babacan. À Burak Yılmaz le mot de la fin. Impressionnant depuis le coup d'envoi, l'attaquant de Galatasaray en a fait voir de toutes les couleurs à la défense néerlandaise. Servi par Caner après une faute non sifflée sur Van der Wiel, le buteur turc contrôle dos au but, se retourne dans la foulée et trouve la lucarne de Cillessen (3-0, 85e). À ce rythme-là, les Pays-Bas regarderont l'Euro sur le canapé. Comme toi.

Par Thomas Porlon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:35 243€ à gagner avec la Juve & Naples 3
il y a 3 heures Les maillots du PSG floqués en mandarin 10 il y a 8 heures La panenka ratée de Diego Castro en Australie 12 Hier à 23:25 Ligue 1 - 26e journée : Résultats et Classement Hier à 23:23 Suivez SoFoot.com sur Facebook Hier à 21:45 Nîmes, Le Havre et Nancy pleurent, Brest rigole enfin 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom