En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir de la 23e journée

Les Olympiques font pitié, Monaco encore plus

Un week-end comme les autres en Ligue 1. Paris a encore gagné, tandis que ses soi-disant concurrents ont piétiné. Caen et Angers confirment leur statut de bonnes surprises du championnat.

Modififié

L'analyse définitive de la semaine : Angers va se qualifier pour la Ligue des champions


Il y a deux semaines, Hatem Ben Arfa s'interrogeait : « Comment les joueurs d'Angers peuvent-ils prendre du plaisir en jouant comme ça ? » Sous-entendu, le SCO est une équipe chiante à mourir qui passe sa vie à défendre. Ce week-end, les Angevins ont prouvé qu'ils savaient manier le ballon. Face au dauphin monégasque, les hommes de Stéphane Moulin ont développé un football plaisant et surtout très efficace. Entre Yattara injouable en pointe, Ketkeo et Sunu insaisissables sur les côtés, Ndoye, Capelle et Saïss intraitables au milieu, et Letellier infranchissable dans les buts, les Angevins n'ont laissé aucune chance aux Monégasques. Et vu l'homogénéité actuelle du championnat, il ne serait pas si surprenant que ça de les retrouver sur le podium en fin de saison. Parce qu'après tout, ce week-end, peu d'équipes peuvent se vanter d'avoir fait mieux que le SCO.

La polémique de la machine à café : qui est le plus affligeant, Lyon ou Marseille ?


Même s'il est évident depuis longtemps que le PSG n'a pas de concurrence, Monaco, Lyon et Marseille sont censés être les équipes les plus compétitives du championnat derrière les Parisiens. Si Monaco galère un peu, on sent bien qu'il ne devrait pas y avoir de problème à la fin de la saison. En revanche, les deux Olympiques désespèrent leurs supporters respectifs depuis maintenant quelques mois. Mais qui est le plus à plaindre ? Côté entraîneur, égalité. Michel n'a toujours aucun plan de jeu et n'a pas fait progresser son équipe d'un poil en plus de six mois. Quant à Bruno Génésio, sa nomination n'a strictement rien changé et il ne semble pas avoir les épaules. Côté président, Lyon a l'avantage. Même s'il est insupportable, Jean-Michel Aulas sera toujours plus digne de confiance que Vincent Labrune, dépassé par les événements. Côté joueurs, Marseille a plus de motif d'espoirs. Dans le marasme, quelques individualités parviennent à surnager (Mandanda, Lassana, Nkoudou et dans une moindre mesure, Michy et Cabella). Tandis qu'à Lyon, plus personne ne paraît capable de sauver la face. Égalité dans la médiocrité.



Vous avez raté Bordeaux-Rennes et vous n'auriez pas dû


On est d'accord, un match entre Bordeaux et Rennes, c'est souvent gage d'un bon vieux 0-0 des familles. Mais cette fois-ci, quelques éléments sont venus animer un match finalement très agréable à regarder : des Bordelais revanchards après la branlée encaissée contre Lille, un Cheick Diabaté de gala, des Rennais laxistes en défense et un sens tactique de Rolland Courbis proche du néant. Lors de la première mi-temps, les Bordelais ont d'abord tablé sur une réussite remarquable et sur le jeu de tête de Diabaté. En seconde période, les hommes de Willy Sagnol ont pu dérouler et ont inscrit trois buts de plus. Ceux qui se souciaient de l'avenir des Girondins sans Saivet ni Khazri ont été en partie rassurés. Ceux qui ont cru les promesses de deuxième place de Courbis sont un peu redescendus sur Terre.

Ils l'ont dit


- « Il y a eu une grande variété de pertes de balles, de mauvais contrôles et de mauvaises décisions. » Michel, entraîneur de l'OM. Ça paraît presque positif, dit comme ça.

- Andrea Raggi, défenseur de l'AS Monaco : « Mais on a aussi vu un arbitre scandaleux ! Je le dis, c’est la quatrième année que je suis en France et je n’ai jamais vu ça. C’est une honte. Toutes ses décisions sont mauvaises. » Peut-être qu'il a voulu se mettre au même niveau que l'ASM.

- « Je retourne dans la peau d'un entraîneur qui perd et c'est frustrant. » Claude Robin, coach de l'ESTAC. Va falloir s'y habituer.

- Florian Thauvin, ex-ex-joueur de l'Olympique de Marseille, très content d'avoir fini son échange Erasmus en Angleterre : « Ça m’a fait plaisir, chaud au cœur de retrouver la Commanderie, de retrouver mes amis. »

- « Quand on joue contre des équipes qui jouent à cinq derrière, c’est compliqué. » Blaise Matuidi, PSG. Arrête Blaise, c'est comme ça à chaque match, et ça ne vous empêche jamais de gagner.


Le tweet


« Spartiates ! Mangez vos victuailles avec appétit... Car nous dînerons en enfer ce soir. »


Le top 5


- Antoine Rabillard (Marseille) : Premier but pour l'OM, et pas dans n'importe quelle circonstance. Qui a dit que Marseille manquait d'avant-centre ? Qui a dit que l'OM n'avait pas de centre de formation ?


- Brandão (Bastia) : Pour tous ceux qui avaient oublié son existence.

- Frédéric Hantz (Montpellier) : 4-0 pour son premier match de Ligue 1 avec Montpellier. C'est ce qu'on appelle une belle entrée en matière.

- Wissam Ben Yedder (Toulouse) : Quel courage il a Wissam, à continuer de marquer des buts inutiles.

- Zlatan Ibrahimović (PSG) : Qui rappelle semaine après semaine à qui en douterait que c'est bien lui le meilleur joueur du PSG.

La stat inutile



  • Résultats et classement de Ligue 1


    Par Kevin Charnay
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4 vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3