Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // Monaco-Dortmund

Les olympiades de Monaco-Dortmund

Ils vont vite, ils courent longtemps, ils lancent loin, ils tapent fort, ils sautent haut. Eux, ce sont les joueurs de Monaco-Dortmund, ce match un peu dingue qui nous offre une incroyable brochette d'athlètes. Tour de stade avec les experts de l'équipe de France d'athlétisme, entre analyses des qualités athlétiques et explications des gestes.

Modififié

Ronald Pognon (premier Français de l'histoire sous les 10 secondes au 100 mètres)

« Un athlète de niveau national, finaliste aux championnats de France, est largement devant Aubameyang »

« Les footballeurs n'ont pas les mêmes appuis que les sprinteurs. Nous, on va poser l'avant du pied. Ils vont vite quand même ! Mais comparé à un sprinteur pur, ce n'est pas la même chose. Après, maintenant, les crampons pèsent presque le même poids qu'une paire de pointes d'athlétisme. Je me souviens que quand j'étais chez Adidas, mes chaussures avaient la même forme que celles de Leo Messi, c'était à peu près la même matière, sauf que nous on avait des clous en dessous et qu'eux, ils ont des crampons. Les footballeurs dont on dit qu'ils courent moins de onze secondes au 100 mètres ? Non, non, non... Moi, je n'y crois pas. J'ai eu cette discussion avec Raymond Domenech. Ce ne sont pas les mêmes vitesses pures, ni les mêmes accélérations. Les sprinteurs, on accélère pour atteindre la vitesse maximale assez rapidement. Aubameyang qui dit que sur 40 mètres il bat Usain Bolt, c'est impossible. Même un athlète de niveau national, finaliste aux championnats de France est largement devant Aubameyang. Quand j'étais petit, je jouais au foot au Club franciscain en Martinique. J'étais ailier droit parce que j'étais rapide ! Et je sais que les footballeurs sont très forts au niveau des quadriceps et des adducteurs. Ça sert sur les déplacements latéraux ou pour tirer fort. Nous, on va toujours vers l'avant, donc on va être très forts sur nos ischios, nos mollets. Pour être fort sur le contact au sol. Et la foulée du footballeur n'est pas exacte comme celle d'un sprinteur, puisqu'il a le ballon au pied. C'est comme si on met un sprinteur comme moi avec un ballon, je vais aller moins vite. Quelques footballeurs m'ont déjà demandé des conseils, mais faire des gammes, ça les ennuie. Ils ne vont pas enchaîner les séances de montées de genoux comme nous le faisons. »



Mahiedine Mekhissi (triple médaillé olympique du 3000 mètres steeple et recordman d'Europe)

« À la fin d'un match, quand on voit qu'un joueur a couru 10 kilomètres en 90 minutes, c'est pas beaucoup... »

« Je me suis déjà entraîné avec des footballeurs, je me suis aperçu qu'ils n'avaient pas une grosse VO2 max. Ils ne sont pas très endurants, je pense qu'ils peuvent mieux faire et travailler plus dans ce secteur. Si un joueur bosse vraiment ça, il pourrait faire beaucoup de différences en deuxième mi-temps. Avec mon entraîneur, on s'est déjà occupé de certains joueurs, Karim Ziani ou Antar Yahia. On leur a fait passer des tests, en VMA ils sont à 15 ou 16 km/h, c'est pas terrible. Et là, je parle des meilleurs ! Moi, je suis entre 24 et 25. Quand je regarde les matchs, je vois des joueurs qui font la différence dans le dernier quart d'heure. Ça ce sont des athlètes, des footballeurs qui bossent beaucoup à côté. Un mec comme Cristiano Ronaldo, il ne se contente pas du préparateur physique du Real. Derrière, il bosse avec une préparation personnalisée. Quand l'entraînement du club est fini, il fait son entraînement à lui de son côté. En en discutant avec des footballeurs, j'ai eu l'impression qu'ils connaissaient mal le sujet. Ils me demandaient des plans d'entraînement, de m'occuper d'eux, de leur préparation physique. Moi, ça m'intéresse, mais j'ai ma carrière à gérer. On verra si je peux apporter mon expérience ensuite. Car à la fin d'un match, quand on voit qu'un joueur a couru 10 kilomètres en 90 minutes, c'est pas beaucoup... Ils peuvent mieux faire. Et nous en steeple, en plus on saute les haies. Un type qui saute par-dessus un tacle, c'est pareil. Il faut esquiver, puis mettre une accélération, ça ressemble beaucoup à ce qu'on fait. Et un gars comme Cavani, qui est fort et qui court partout, quand on le voit, on se dit qu'il est endurant. Mais c'est parce que les autres sont faibles ! On voit un mec qui court un peu plus que les autres alors on pense qu'il est fort, mais ramenez-le avec des coureurs, vous allez voir qu'il n'est pas si bon que ça. En conférence de presse, quand ils disent « On a du mal à enchaîner tous les trois jours » , c'est parce qu'ils ne sont pas frais. Pour les latéraux par exemple, c'est très important. Une année j'avais été impressionné par Daniel Alves, il faisait aller-retour sur aller-retour. »



Mathilde Andraud (quintuple championne de France et recordwoman de France de lancer de javelot)

« Subašić pourrait être un très bon lanceur de javelot, mais il gagnerait moins bien sa vie ! »

« Pour moi, le geste des gardiens ressemble à un lancer au baseball. S'ils lançaient le ballon comme un javelot, je pense que ça irait plus loin, mais je ne suis pas persuadée qu'ils pourraient avoir la même précision. Mais il y a un gros travail à faire sur la touche. Ils pourraient lancer vachement plus loin s'ils utilisaient plus leurs épaules. Certains joueurs le font super bien et utilisent vraiment le phénomène d'étirement-renvoi dans les pecs et la chaîne antérieure de l'épaule. Mais la plupart font juste flexion-extension avec les coudes... Les gardiens ont tendance à relancer bras tendu donc ils utilisent vraiment la tension de l'épaule, mais à la touche, ça pourrait se travailler ! Je ne sais pas si ça amènerait beaucoup plus de buts, mais pourquoi pas les transformer en coups francs indirects. Si le mec lance une touche à 30 ou 40 mètres, ça peut tout de suite entrer dans la surface de réparation. Nous faisons énormément d'exercices avec des medecine balls, on fait des touches avec des balles de deux ou trois kilos, avec quelques pas d'élan, le but est de lancer le plus loin possible. Moi, j'arrive à lancer à une trentaine de mètres. Les mecs le font avec quatre ou cinq kilos, et lancent bien plus loin que ça. Le mouvement du lancer de disque peut aussi être un solution pour lancer le ballon très loin. Il y a aussi ce principe de mise en tension de la chaîne grand pec-deltoïde, et après ça fait un phénomène d'étirement-renvoi qui crée une vitesse supplémentaire par rapport à la simple relance. Mais la précision serait encore plus dure à trouver ! Avec son gabarit, Subašić pourrait être un très bon lanceur de javelot, il faudra le lui dire ! Mais il gagnera moins bien sa vie ! En plus, il y a un très beau meeting d'athlétisme à Monaco. Et si on faisait un concours entre lui et moi pour voir qui lance le ballon le plus loin, est-ce que je le battrais ? J'aimerais bien dire oui ! Mais il fait 1,90m, il a un bras de levier qui est quand même conséquent par rapport au mien. Et puis c'est un garçon quoi... Je fais un bon 1,72m et je ne suis pas une crevette non plus, mais bon. Même si techniquement je suis un peu meilleure, ce n'est pas dit que je le batte. Mais il y aurait match quoi ! »

Vidéo


Benjamin Compaoré (champion d'Europe de triple saut)

« C'est surtout Mbappé qui m'impressionne »

« Je fais du triple saut, on a de la détente à force de s'entraîner, mais ce n'est pas ce qu'on recherche en priorité. Le but, c'est d'avoir un angle d'impulsion très horizontal. Et effectivement, il y a quelques joueurs qui se démarquent en matière de qualité physique. Moi, c'est surtout Mbappé qui m'impressionne. Maintenant, nous en athlé, on cherche uniquement à développer nos qualités physiques, c'est ça qui prime, même si la technique compte. Alors qu'au foot, il y a plusieurs facteurs qui entrent en compte. La technique, la vision de jeu... Donc on peut être bon sans avoir des qualités athlétiques extraordinaires. Certains auraient été très bons en athlé, mais ce qui est bien au foot, c'est que tu peux t'en sortir sans ça. Du coup, dès qu'un joueur a des qualités supérieures, il se démarque très vite. Mais pour un athlète, c'est difficile d'être impressionné, on côtoie des Usain Bolt, des sauteurs en longueur qui font 8m60... Les footballeurs ne m'impressionnent pas par leur vitesse, mais par les changements de rythme et la fréquence gestuelle. Un footballeur va changer de vitesse, de sens, de rythme. Chez Mbappé, c'est surtout le fait qu'il soit jeune qui m'impressionne. À son âge, physiquement, on n'est pas développé à 100%. Je pense qu'il a de la marge. Après, quand on parle avec des gens qui ne font pas spécialement de sport et qui regardent le foot, ils nous disent « Ah ouais, les footballeurs ils sont rapides, c'est impressionnant » . Forcément, sur un terrain, on peut percevoir si un joueur va plus vite parce qu'il double les autres, mais ça ne veut pas forcément dire qu'il est rapide. C'est vraiment dans les changements de rythme que je les trouve fort. Nous à l'entraînement, en triple saut, on ne fait pas beaucoup de déplacements latéraux vu que notre discipline est très axiale. Les footballeurs en préparation, ils font des exercices sur les côtés avec des plots, en essayant d'avoir les épaules et le bassin dans l'axe. Il faut qu'ils soient gainés. Ils en font beaucoup à l'entraînement. Mais si on veut des athlètes, il faut plus aller voir des basketteurs ou des handballeurs, qui sont monstrueux. En matière de détente, ou sur ce qu'ils soulèvent au squat. »

Vidéo


Patrick Montel (voix de l'athlétisme, et parfois du football)

« Dembélé et Mbappé auraient été très intéressants pour l'équipe de France d'athlétisme »

« Je commente le foot, ça m'est arrivé de commenter pas mal de matchs. Je ne pense pas que je commente de la même manière l'athlétisme et le foot. Le football est inscrit dans la durée, l'athlétisme, ce sont des moments qui se juxtaposent, qui sont plus bornés dans le temps, donc on ne commente pas de la même manière. Je ne peux pas commenter un match de foot comme je commente un 100 mètres, ça n'aurait aucun sens ! Mais j'ai regardé Dortmund-Monaco, bien sûr. Et je pense que c'est dommage pour l'athlé ! Il y a des talents qui auraient été très intéressants pour l'équipe de France d'athlétisme. Quand je vois Dembélé ou Mbappé, je retrouve des morphologies qu'on voit en athlétisme. Après, c'est normal qu'ils aillent vers le foot, parce qu'il y a du pognon ! Très peu de gens suivent l'athlétisme, même à haut niveau. Donc je comprends très bien leur choix. Mais je pense qu'ils auraient autant leur place en athlétisme que dans le foot. Ce n'est pas parce que quelqu'un court vite qu'il sait jouer au ballon, mais l'inverse je ne sais pas. Quand on dit d'un footballeur qu'il fait moins de 11 secondes sur 100 mètres, c'est dur à vérifier. Ça fait quand même un paquet de matchs que je commente ! Le foot, c'est plus un marathon qu'un sprint. Et je suis aussi impressionné par ceux dont on dit qu'ils ont trois poumons que par ceux qui courent très vite. »



Par Alexandre Doskov Tous propos recueillis par AD
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Tsugi
Podcast Football Recall Épisode 33: Le feu d'artifice belge, les Bleus s'ennuient et les scandales anglais Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier