En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // Juventus-Real Madrid (1-4)

Les notes du Real Madrid

Trop fort, ce Real Madrid. Avec un Cristiano Ronaldo des grands soirs, un trio Modrić-Casemiro-Kroos intraitable, et un Zizou dans la légende.

Modififié

Real Madrid




Navas (7) : Si son homonyme espagnol va passer son été à chercher un club, ce ne sera pas le cas pour le portier. Solide et convaincant au meilleur des moments. Quel or, Navas !

Carvajal (5) : Blessé ces dernières semaines, il a failli rater la finale. Du coup, il a voulu gâcher celle de Mandžukić en l'envoyant également à l'infirmerie. «  La Ligue des champions est l'essence du Real Madrid » , assurait-il. Ok, mais notons que le pompiste n'est pas de droite.

Varane (3 coupes aux grandes oreilles) : À 24 ans, il est désormais le plus jeune défenseur de l’histoire à gagner la C1 à trois reprises. Devant un certain Paolo Maldini. L'Italie peut pleurer.

Sergio Ramos (6) : Cette fois, pas de tête à la dernière minute, pas de geste de héros. Juste l'énergie pour soulever le trophée au terme de la partie, la malice pour faire expulser Cuadrado, des taquets pour faire peur et tenter de ralentir la carrière de Dybala. Avec succès.

Marcelo (6,5) : C’est désormais lui qu’on regarde lorsque le Real est en difficulté. Sauf qu’il n’a jamais réclamé ce statut de sauveur. Comme Bob Dylan qui refusait l’étiquette du rebelle, mais qui récitait à la perfection sa partition. Le charisme qui va avec, les cheveux «  blowin' in the wind » .

Vidéo

Casemiro (7,5) : « Le monde est cruel, le monde est méchant. » Il avait rêvé ce jour depuis si longtemps... Loin de son sanctuaire de Bernabéu, Carlos Henrique Quasimodo n'a finalement rencontré ni haine ni mépris. Encore moins des tomates dans la gueule. Juste du kif qui cache la petite souffrance du début. Encore une preuve que Claude Frollo est un méchant menteur.

Vidéo

Modrić (7,5) : Discret, tout en caresses, toujours esthétique, presque romantique, ultra poétique, à la limite de l’érotisme. Luka Modoux.

Kroos (6,5) : Un entraînement spécifique sur les grandes transversales. Le seul mec du monde qui comprenait pourquoi on nous demandait du papier millimétré au collège. Et il adorait s'en servir, le salaud.

Isco (♥) : Un métronome qui se démarque parmi la masse, et ce malgré ses grosses fesses. Qui sont d'ailleurs ce qui fait sa marque de fabrique. Oscar Sisco.

Benzema (6) : En 77 minutes, l’attaquant a provoqué des démangeaisons intenses tout en provoquant continuellement du stress chez les supporters turinois. Résultat : une peau toute rouge pour les Turinois et des croûtes qui vont avoir du mal à cicatriser. Karim Eczéma. A laissé sa place à Bale, seul regret de cette saison.

Cristiano Ronaldo (600 buts en 855 matchs) : 8e minute : premier bon ballon touché, premier passement de jambes. 20e minute : premier tir, premier but. La troisième fois qu'il plante en finale de C1. 64e minute : troisième occasion, second caramel. Ce soir, CR7 n'a pas seulement dépassé Lionel Messi au classement des buteurs de l'épreuve 2016-2017, il l'a également rejoint au sommet des Ballon d'or.

Zinédine Zidane (10) : Déjà dans l'histoire des meilleurs entraîneurs de l'histoire après un an et demi d'exercice. What else ?



Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 1 heure La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 5
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 23:28 Le low-kick fou de Tony Chapron 164