Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // PSG-Real (1-2)

Les notes du Real

Costauds mentalement, sûrs d'eux physiquement, confiants tactiquement, les Madrilènes ont montré quelles étaient les qualités indispensables pour soulever une coupe aux grandes oreilles. À l'image des patrons Sergio Ramos ou Casemiro, des soyeux Vázquez ou Asensio et du tueur Cristiano Ronaldo.

Modififié

Real Madrid



Navas (RAS) : Le temps d’un match, le portier aurait bien aimé se transformer en joueur du FC Séville pour multiplier les miracles et prêcher la bonne parole. Même pas la peine. Loin du Jesús Navas, donc.

Les notes du PSG

Carvajal (6,5) : Suspendu à l’aller, pas décroché au retour. Ultra présent. « Deux fusils, quatre pistolets / Et un couteau à cran d'arrêt / S'en vont à Guadalajara / C'est pour un fameux carvajal / Que s'avance cet arsenal » , chantait d'ailleurs Serge Gainsbourg à quelques lettres près.

Vidéo

Varane (7) : Vu qu’il fait apparemment l’objet de convoitises provenant de Manchester, le défenseur central ne sait pas où il sera la saison prochaine. En revanche, il connaît sa destination de juin : la Russie, au sein de la charnière centrale bleue. Paraît que Laurent Koscielny a pleuré en voyant sa prestation du jour.

Ramos (8) : « 116 ans d’histoire, 116 ans de légende. Aujourd’hui, nous essaierons de continuer à l’écrire. Pour notre écusson, pour toi. Joyeux anniversaire Real Madrid. » Quand Sergio Ramos tweete ce genre de choses, on peut être certain que la sueur va couler. Des gouttes transpirant la détermination chez lui, des larmes sentant la peur chez ses adversaires. Sergio Ragemos.


Marcelo (5) : Il est bronzé, il parle fort et il détestait le Paris Saint-Germain ce soir. Reste qu'il a eu du mal à l'empêcher de jouer au départ. Marseillo.

Vázquez (7) : Il semble parfois jouer dans la boue et se battre contre des sables mouvants. Sauf qu'il s'en sort toujours, appuie sur l'accélérateur quand il le faut (jolie, cette passe décisive ; dommage, ce poteau) et sait assurer ses arrières en demeurant sur la défensive comme sur ses appuis. De la vase, guez.

Casemiro (7,5) : Les Madrilènes jouent soit en 4-3-3, soit en 4-4-2. Mais tant qu’il y a Casimero, ils pourraient tout à fait évoluer en 5-2-3 ou en 4-1-5. Oublions l'égalisation. Avec le Brésilien, les chiffres ne comptent pas.

Kovačić (6,5) : On attendait Luka Modrić ou Toni Kroos ? Zinédine Zidane a préféré Mateo. Bon choix : ses deux concurrents ne se seraient par exemple jamais sacrifiés de la sorte pour stopper Ángel Di María parti au but. Et puis, le Real n'a jamais perdu en C1 avec le Croate. Zéro risque, donc. Remplacé par Kroos, histoire de Tonifier le cœur du jeu.


Asensio (7) : On attendait Gareth Bale ? Zinédine Zidane a préféré Marco. Bon choix : après avoir respecté les consignes à la lettre en bloquant le couloir tout en ne perdant aucun ballon (27 passes réussies sur 28 en première période), l'Espagnol s'est amusé avec Dani Alves pour provoquer l'ouverture du score. Un poteau. Asen si haut. A laissé sa place à Isco, plus beau que Pastore.

Benzema (5) : Bien dans ses fringues, aussi à l’aise en Espagne qu’en France. Centième match en Champions : ses chiffres à l’international vont bien, merci pour lui. Même s'il n'arrive pas toujours à mettre tout le monde d'accord en tuant le game, comme en attestent ses trois occasions ratées. Karim BenZeeman. Suppléé par Bale, pas complètement rallumé.

Ronaldo (12) : Comme son nombre de buts en huit matchs de C1 cette saison. Et 14 sur les neuf derniers matchs si l'on inclut le doublé de la dernière finale face à la Juve... Malins, les supporters parisiens croyaient pourtant avoir trouvé la solution en venant faire du bruit devant l’hôtel du Real pour empêcher Cri-Cri de dormir. CR7 a bougonné, certes. Mais il s'est réveillé après une sieste reposante durant la mi-temps.



Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

C1 - 8es de finale - PSG-Real Madrid (1-2)




Dans cet article


Partenaires
Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
Podcast Football Recall Épisode 33: Le feu d'artifice belge, les Bleus s'ennuient et les scandales anglais Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier
À lire ensuite
Les notes du PSG