Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 18 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // PSG-Barça (4-0)

Les notes du PSG

Un doublé pour ses vingt-neuf ans et voilà Ángel Di María dans le cœur des Parisiens. Oui, l’homme qui pèse 40 kilos a marché sur le Barça. Lui et dix autres mecs.

Modififié

PSG




Trapp (7) : Sauvé par son poteau en fin de match, le portier allemand n’a pas eu beaucoup de travail, mais a fait l’arrêt qu’il fallait, quand il le fallait. Kevin, c’est ta Polo, en fait. Efficace, pas trop cher, une belle ligne et la climatisation en option.

Les notes de Barcelone

Meunier (8) : Demain, le Belge pourra boire son café devant les mesures économiques liées au libre échange de l’espace nord-américain. Petite paire de lunettes sur le nez. Avec le cordon. Ce soir, il a surtout offert un caviar pour Cavani sur le 4-0 à la conclusion d’une prestation de haut vol. Aurier ? C’est de l’eau. TÔT OU TARD MA GUEULE.

Marquinhos (7) : Le patron de la défense a bien vécu sa soirée sans son partenaire de danse. Pendant que Kimpembe bouffait la moitié des derniers Ballon d’or, Marquinhos comptait le nombre de fois où Suárez est venu le chatouiller.

Kimpembe (9) : Il y a deux ans, le garçon jouait en CFA, un salaire de ministre plus tard, le voilà dépucelé en Ligue des champions contre le trio Messi-Suárez-Neymar avec une nouvelle coupe de cheveux au menu. Finalement, le gaucher a bu l’âme de la MSN. Avec un petit rot de satisfaction derrière. Il a tout bloqué. Kimpembe Mutombo.

Kurzawa (6) : Comme dans Prison Break, le gaucher s’était tatoué le plan de jeu sur le corps pour ne rien oublier. À l’exception de son mauvais positionnement sur l’action d’André Gomes, le « Kurz » a fait le taff et laissé Maxwell et ses 35 printemps sur le banc. Sans souci.

Rabiot (8) : Un sécateur sur Neymar au bout 180 secondes de jeu pour donner le « la » d’une partition qui a frôlé la perfection. Le poste de sentinelle ne lui plaît pas ? Il a regardé Sergio Busquest dans les yeux, lui rappelant que son père en a pris deux ici, en 1995. Il a toujours bien « giclé » et presse Messi comme un vulgaire Milan Biševac sur le 2-0. La France peut rétablir la monarchie, Louis XIV est dans la place.

Verratti (8,5) : L’insolence dans un regard bleu comme le ciel. Des passes entre les lignes folles, un jeu de corps digne d’un premier samedi du mois et passeur sur le 2-0. Par sa faute, les grandes surfaces vont être prises d’assaut pour pénurie de Sopalin. Sorti carbonisé et remplacé par Nkunku qui s’est offert des roulettes en mode Youth League. L’irrespect jusqu’au bout.


Matuidi (7) : Blaise avait la dalle et ça s’est vu. Offensivement, il bute sur la main ferme de Ter Stegen, mais le capitaine rentre chez lui avec les jambes de Busquets, André Gomes et Iniesta. The bone collector.

Di María ( avec les doigts) : Un doublé, deux lunettes, du pressing, des cœurs pour sa femme, des courses, des déviations, du gel dans les cheveux qui ne bouge pas, le PSG avait fait sauter le PEL pour le faire venir et se retrouve enfin récompensé de son investissement. Remplacé par Lucas, petit chaton inoffensif.

Cavani (6,5) : Trente ans sinon rien. Le Matador a commencé son match en faisant ce qu’il fait de moins bien : des contrôles immondes, des remises à trois mètres, mais beaucoup de courses et du pressing. Après la pause, ce n’était pas mieux, mais il y a eu cet éclair, cette frappe qui termine au fond : 4-0.

Draxler (8) : Clyde a fait de Serge Robert sa chose. L’Allemand, sorte de faux lent mixé avec un faux rapide a constamment joué vers l’avant. Des contrôles orientés interdits aux moins de 18 parfaits pour sortir du pressing. En gros, tu lui files la gonfle, il fait le reste. Et en plus il marque des buts dans les matchs importants. Remplacé par Pastore, la maladie ambulatoire.



Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ligue des champions
Huitièmes de finale
PSG-Barça (4-0)




Dans cet article


Hier à 14:20 Inceste, homosexualité, sacrifice de sa mère : Shiva N'Zigou déballe tout 162
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE
jeudi 16 août Gervinho vers Parme 18 jeudi 16 août Euro Millions : 99 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti jeudi 16 août Une ville anglaise ne veut plus des supporters 4 jeudi 16 août Le fils de Ronaldinho cache son identité lors d'un essai 31
À lire ensuite
Les notes de Barcelone